Formule 1 GP de Monaco

Analyse GPS : comment Alonso a perdu la pole à Monaco

Jusqu'à quelques virages de l'arrivée, Fernando Alonso semblait assuré de la pole position, avant d'en être privé par Max Verstappen. Voyons ce que dit l'analyse GPS de cette fin de Q3 haletante.

Red Bull excelle en ce début d'année 2023 en grande partie grâce à l'efficacité aérodynamique et aux prouesses en ligne droite de sa RB19. Aston Martin a brillé grâce à la possibilité pour Fernando Alonso de freiner plus tard que ses adversaires, puis de reprendre les gaz très tôt.

Ces caractéristiques contrastées font que le tour étroit de Monaco était considéré comme la meilleure chance de l'équipe britannique de se hisser au sommet du classement.

Fernando Alonso, Aston Martin AMR23

Fernando Alonso, Aston Martin AMR23

Comment s'est déroulé le thriller de la Q3

Au terme des qualifications en Principauté, Aston Martin n'a pas réussi à le faire. Mais la bataille s'est jouée sur le fil. Pour débuter l'apothéose de la Q3, Charles Leclerc a bouclé son tour en 1'11"471 pour décrocher provisoirement une troisième pole position d'affilée à domicile.

Alonso, qui avait été le plus rapide de tous dans les deux premiers secteurs, a ensuite réalisé son meilleur temps personnel dans le dernier secteur du tour pour abaisser la référence de 0"022. Verstappen étant alors plus lent dans les secteurs 1 et 2, il lui restait un déficit de 0"204 à combler dans les sept derniers virages.

Lire aussi :

Malgré les performances de la Red Bull depuis le début de la saison, il semblait difficile pour le double Champion du monde en titre d'empêcher Alonso de décrocher sa première pole depuis le Grand Prix d'Allemagne 2012. Mais Verstappen a été super agressif, frôlant les barrières intérieures et le mur de sortie dans le complexe de la Piscine.

Cherchant à minimiser la distance que sa voiture aurait à parcourir jusqu'à la ligne, il a épousé l'intérieur à la sortie du dernier virage au point d'entrer en contact de manière plus significative avec le muret des stands. Néanmoins, il a réalisé un effort de 1'11"365 pour devancer Alonso de 0"084.

Max Verstappen en discussion avec Fernando Alonso.

Max Verstappen en discussion avec Fernando Alonso.

Où Alonso a-t-il laissé échapper la pole ?

La remontée de Verstappen a été encore plus tardive que ne le laissaient présager les graphiques TV. Plutôt que de reprendre du terrain sur Alonso dès l'entame du dernier secteur, c'est au contraire l'Aston Martin qui a entamé cette dernière portion en meilleure situation.

Les données GPS de l'AMR23 et de la RB19 placent Alonso en tête de la sortie du Bureau de Tabac et ce jusqu'à la moitié du gauche-droite-gauche de la Piscine. Selon la télémétrie, l'Aston bénéficiait d'une courbe d'accélération supérieure à la sortie du Tabac. Elle démarrait avec un avantage de 4 km/h et conservait son avance jusqu'au premier changement de direction.

C'est Leclerc qui s'est ensuite mêlé à la bataille et a passé le pilote de 41 ans pratiquement dans l'axe du sautoir, en prenant plus de vitesse. Mais le Monégasque a payé son rythme à la sortie en étant repassé par l'Espagnol, alors le plus rapide de tous.

En fait, Verstappen n'a imprimé le tempo qu'à l'entrée de la Rascasse. C'est là, pour la première fois dans le dernier secteur, qu'Alonso s'est laissé distancer par la Red Bull. Il ne repassera pas devant par la suite.

Lire aussi :

Contrairement à une grande partie de la saison, Verstappen a été le plus tardif des deux sur les freins pour plonger en tête. Il a également relâché les freins plus tôt pour emporter plus de vitesse. Presque ironiquement, Alonso a ensuite glissé jusqu'à 0"24 derrière le Néerlandais après avoir pourtant freiné plus tard que son rival dans Antony Noghes.

En fait, plutôt que d'égaler les efforts de Verstappen quelques mètres plus tôt, Alonso a souffert de son trop grand engagement dans le virage. En faisant tourner la voiture plus tôt, Verstappen a pu sauter sur l'accélérateur plus tôt pour accélérer jusqu'à la ligne.

L'Aston était en mesure de résister à environ 181 km/h. Les données indiquent que Verstappen a changé de vitesse plus tard, ce qui pourrait suggérer des rapports de vitesse plus longs et un taux d'accélération légèrement plus lent sur la Red Bull.

Mais la réalité est bien plus simple. Verstappen était occupé à taper le béton dans la remontée vers le drapeau, ce qui a momentanément freiné sa progression. Cela a permis à Alonso de ramener l'écart final sous le dixième. Mais ce n'est pas suffisant. Sur la ligne de chronométrage, Verstappen frôlait les 277 km/h contre 272 pour Alonso.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent "Cirque du Soleil" et Mercedes exposée : Toto Wolff préfère en rire
Article suivant Ce que l'on a appris des planchers Red Bull et Mercedes à Monaco

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France