Button : Alonso va revenir "avec beaucoup plus de respect"

Jugeant le retour de Fernando Alonso avec Alpine-Renault comme une excellente nouvelle pour la Formule 1, Jenson Button est convaincu que l'Espagnol affichera une attitude et un état d'esprit bien différents d'auparavant.

Button : Alonso va revenir "avec beaucoup plus de respect"

À l'instar de ce que décrivait Cyril Abiteboul au moment d'annoncer la nouvelle début juillet, Jenson Button pense que ses deux années passées loin de la F1 auront fait le plus grand bien à Fernando Alonso. Proche du double Champion du monde, avec qui il a collaboré chez McLaren durant sa fin de carrière, le Britannique estime que l'Espagnol ne décevra pas, et que son âge ne sera pas un frein à sa réussite avec l'écurie française.

"Il a essayé d'autres disciplines, mais il n'y a rien de comparable", prévient Button dans une interview accordée à Autocar. "En dehors de la F1, la compétition est très différente, c'est beaucoup plus terre à terre, comme je l'aime. Il va probablement revenir en étant un meilleur pilote et il aura beaucoup plus de respect pour la F1 dans son ensemble. Vous découvrirez un meilleur Fernando dans la manière dont il mène ses affaires. C'est cool qu'il revienne avec Renault, l'équipe avec laquelle il a remporté deux titres mondiaux, et c'est génial pour la F1."

"Il sera toujours au rendez-vous à 40 ans. J'ai cet âge désormais. Je me souviens qu'au 40e anniversaire de mon père, je trouvais ça vieux, mais ce n'est pas du tout le cas. Tant que l'on est encore en pleine forme et que la passion pour la course est toujours là, pourquoi pas ? Après des mois sans rouler, je sais que j'ai toujours ça en moi."

Lire aussi :

La mentalité très particulière qu'il faut pour réussir en Formule 1 et que Button prête encore à Alonso aujourd'hui, le Champion du monde 2009 confesse ne plus l'avoir. Se confiant sur son expérience personnelle, il met ce changement de perception essentiellement sur le fait d'être devenu père de famille.

"Il faut être très déterminé en F1, très égoïste aussi, et ça ne me dérange pas de le dire maintenant", avoue-t-il. "J'étais quelqu'un de très égoïste. Tout devait tourner autour de moi, parce que je devais tirer le meilleur de moi-même. J'avais un physio, un manager, un attaché de presse, et tous travaillaient pour moi, pour me faciliter le travail de manière à ce que je puisse faire de mon mieux en piste."

"Désormais c'est différent, car j'ai un enfant. On ne peut pas être celui qu'on était en F1 quand on a un enfant, en tout cas pas moi, car tout à coup, on n'est plus la personne la plus importante. J'adore cette expérience [de la paternité], même si au début c'était un choc. C'est impressionnant de le voir grandir. Avoir une famille et un chez-soi, je n'ai jamais connu ça auparavant, car j'étais en F1 et j'étais tout le temps sur la route. On voit les choses différemment."

partages
commentaires
Grosjean n'a "jamais été assez conscient" de son talent
Article précédent

Grosjean n'a "jamais été assez conscient" de son talent

Article suivant

Toto Wolff défend les fils de milliardaires, "stigmatisés"

Toto Wolff défend les fils de milliardaires, "stigmatisés"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021