Chaleur, risques de pluie, pneus : Les clés stratégiques de la course

La plus forte température relevée en piste la saison dernière, lors du Grand Prix du Brésil, fut de 57°C. Ce record était aujourd’hui sur le point d’être battu en Malaisie, puisque le thermomètre affichait 56°C durant la deuxième séance d’Essais Libres!

Dans des conditions aussi rudes et sur une piste constituée de virages appuyés appliquant une charge d’énergie sur les pneumatiques, la dégradation et l’usure de la gomme sont inévitablement très prononcées puisque le faible grip provoque une surchauffe de la bande de roulement.

Pirelli a ailleurs observé une différence de performance de 0'9s à 1'0s au tour entre les mélanges "dur" et et "medium" sélectionnés ce week-end à Sepang.

 

Pluie, chaleur, endurance : les paramètres stratégiques

Les températures ambiantes ont été aussi éprouvantes que sur l’asphalte, avec un pic de 36°C et un taux d’humidité très élevé. La pluie, dans ces conditions, demeure une menace, et il subsiste une possibilité qu’elle apparaisse samedi durant les qualifications et la course. La probabilité est d’autant plus importante que le départ de l’édition 2015 du Grand Prix de Malaisie sera donné avec une heure d’avance, sous une chaleur que l’on prévoit plus importante que l’an passé.

Mercedes, a dominé cette première journée d’action à Sepang en plaçant d’abord Nico Rosberg au sommet de la hiérarchie des Essais Libres 1, puis Lewis Hamilton au terme des Essais Libres 2. Avec des performances chronométriques en progression par rapport à celles observées la saison dernière au soir de la première journée.

"Si ces conditions persistent jusqu’à dimanche, le Grand Prix se déroulera certainement sous la chaleur la plus étouffante de la saison. Ce sera donc une véritable épreuve pour les pneumatiques", prévient Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport. "Le mélange de gommes medium souffre davantage que le dur, mais nous avions prévu cet état de fait, ainsi que l’usure particulièrement importante de l’avant gauche. Il faut cependant souligner que nous n’avons observé aucun phénomène de cloquage et une différence de performance entre les deux types d’enveloppes de 0’’9 à 1’’0. Cela laisse la porte ouverte à de nombreuses options stratégiques. D’autant qu’en raison de sa météo, la Malaisie est l’épreuve la plus imprévisible, qui augure de belles actions en piste ! "

 

EL1:

 

 

EL2:

 

 

1. Rosberg

1m40.124s

Durs usés

1. Hamilton

1m39.790s

Medium neufs

2. Raikkonen

1m40.497s

Durs usés

2. Raikkonen

1m40.163s

Medium usés

3. Vettel

1m40.985s

Durs usés

3. Rosberg

1m40.218s

Medium usés

 

Statistiques pneumatiques du jour :

 

 Dur

 Medium

 Intermédiaire

 Pluie

Kilomètres parcourus *

 2964

 1308

 0

 0

Trains utilisés **

 57

 19

 0

 0

Plus grand nombre de tours **

 21

 21

 0

 0

* Total de kilomètres parcourus aujourd’hui en EL1 et EL2, tous pilotes confondus. 
** Par type de gomme, tous pilotes confondus.

 

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Malaisie
Sous-évènement Essais libres 2
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Lewis Hamilton , Nico Rosberg
Type d'article Analyse
Tags malaisie, météo, pirelli, pluie, pneus, sepang, stratégie