Dorilton Capital voulait garder Claire Williams

Claire Williams est revenue sur sa décision de quitter l'écurie familiale, alors que les nouveaux propriétaires souhaitaient qu'elle reste.

Dorilton Capital voulait garder Claire Williams

Claire Williams vit à Monza son tout dernier Grand Prix à la tête de l'écurie familiale, dont elle a démissionné officiellement jeudi. Deux semaines après le rachat du team par Dorilton Capital, elle a choisi de se retirer, tout comme son père et fondateur de la structure, Frank Williams. Place nette est faite aux nouveaux propriétaires, à qui incombera la charge de faire perdurer l'héritage de la saga Williams dans les années à venir en Formule 1.

Lire aussi :

Devant la presse ce vendredi à Monza, Claire Williams a toutefois tordu le cou à certaines interprétations et précisé qu'elle avait elle-même fait le choix de quitter l'écurie, dont elle était la directrice adjointe depuis 2013. Par ailleurs, elle sera encore présente aux côtés de l'équipe dans les semaines à venir pour assurer une période de transition. 

"Il y avait beaucoup de rumeurs qui circulaient à Spa quant à ma fonction dans l'équipe", explique-t-elle. "Je voudrais être claire sur le fait que Dorilton voulait que je reste. C'est ma décision. J'ai eu le sentiment que c'était le bon choix pour moi de partir. Il y aura une période de transition. C'est naturellement mon dernier week-end de Grand Prix, mais je vais travailler encore dans les semaines à venir afin de passer le relais, de discuter avec Dorilton au sujet de l'équipe, du fonctionnement interne et de l'expertise qu'il leur faut en arrivant. Ils sont déjà aux affaires, ils font leurs devoirs, ils passent en revue les capacités et ils analysent pour voir ce qu'ils peuvent faire afin d'investir. Je les aiderai lors des semaines à venir."

Des années durant, Williams a résisté et s'est accroché à son statut d'écurie familiale et indépendante. La vente était un premier pas déterminant pour sauver la structure, le départ définitif de la famille en est un encore plus important, qui va laisser la page se tourner une bonne fois pour toute.

"Le monde change, et il a évolué considérablement ces dernières années durant lesquelles nous avons couru en Formule 1", constate Claire Williams. "Je voudrais faire remarquer que nous avons été beaucoup critiqués pour certaines décisions que nous avons prises chez Williams ces dernières années. Vous ne voyez pas ce qui se passe en coulisses en Formule 1, particulièrement dans un environnement comme le nôtre, qui est devenu encore plus rude sous l'égide des précédents Accords Concorde, et je pense que notre équipe a fait un travail extraordinaire. Tout le monde a travaillé pour que notre équipe reste en vie et continue à se battre en étant indépendante. Je suis très fière de ce travail. Je ne regretterai jamais d'avoir pris des décisions qui nous ont assuré de conserver cette indépendance ces dernières années."

partages
commentaires
Affaire Racing Point : Ferrari pose ses conditions
Article précédent

Affaire Racing Point : Ferrari pose ses conditions

Article suivant

Tours lents : les pilotes avertis par la direction de course

Tours lents : les pilotes avertis par la direction de course
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021