Ferrari : Porter un masque dans le garage sera le plus difficile

Devoir porter un masque dans la chaleur et l'intensité d'un garage de Formule 1 sera la plus grande difficulté pour les ingénieurs et mécaniciens vis-à-vis du nouveau protocole lié au coronavirus, juge Laurent Mekies.

Ferrari : Porter un masque dans le garage sera le plus difficile

Alors que les écuries se préparent pour le premier Grand Prix de la saison 2020 en Autriche, un certain nombre d'entre elles a déjà réalisé un premier roulage pour s'habituer à ce nouveau mode de travail. Bien que tous les concurrents soient préparés à des difficultés logistiques et à un travail qui prend davantage de temps à cause de la distanciation sociale, Laurent Mekies (directeur sportif Ferrari) estime que c'est s'habituer à vivre avec un masque qui pourrait s'avérer le plus difficile.

"Je pense que très simplement, la plus grande difficulté, surtout pour les gars dans le garage, sera de porter un masque en permanence", déclare Mekies, interrogé par Motorsport.com. "Nous commençons à nous y habituer, et pour nous tous, cela devient une partie de la vie normale. Ici, chez Ferrari, c'est obligatoire, donc nous le portons tout le temps dans l'usine et au bureau. Mais c'est une chose de le porter au bureau, c'en est une autre de le porter quand il fera 40°C au circuit. Bravo aux soignants et aux urgentistes qui ont l'habitude de le faire et le portent tous les jours au travail."

Lire aussi :

Ferrari a donc donné des conseils à son personnel avec des exercices de respiration pour mieux gérer la vie avec un masque et va également prévoir des pauses en dehors du garage pour chacun : "Nous essayons de mettre en place un certain nombre de mesures, en donnant des exercices de respiration et des pauses à ces gars, pour qu'ils fassent des exercices de respiration et restent dans la meilleure forme possible."

Le besoin de masques et de distanciation sociale fait partie des arrangements mis en place pour empêcher le personnel de chaque écurie de se mêler à celui d'une autre. De plus, les équipes auront des "bulles sociales" en leur sein : les mécaniciens et ingénieurs d'une voiture seront séparés de ceux de l'autre dans la mesure du possible. Mekies souligne néanmoins que s'il est nécessaire que des mécaniciens donnent un coup de main sur l'autre voiture, par exemple pour la réparer ou en changer le moteur à la dernière minute, ce sera quand même le cas.

"Ce n'est pas une règle, on n'est donc pas obligé de faire cette bulle", indique le Français. "On est obligé de placer l'équipe dans une bulle, mais faire une sous-bulle à l'intérieur de celle-ci relève de notre responsabilité."

"Nous serons aussi résilients que possible en cas de cas positif ; selon la manière dont nous organisons notre bulle, nous limiterons les opérations et le contact entre les gens. Nous allons essayer de l'organiser d'une manière qui n'affecte pas les opérations. Si jamais nous avons besoin de [faire un changement de moteur rapide], nous en sommes parfaitement capables. Ce que cela signifie, c'est qu'en tant qu'équipe, nous serons un peu moins résilients, au cas où l'une de ces personnes serait malheureusement positive via ce même processus. Mais c'est une décision que nous pouvons prendre en autonomie."

Mekies ajoute que toute tâche urgente contraignant le personnel à être physiquement proche ne compromettrait pas la sécurité : "Je pense que cela ne va pas du tout être un facteur. Peu importe le moment ou l'endroit où l'on ne pourra pas avoir la distance, il faudra porter le masque de toute façon. Par conséquent, à ce stade, nous ferons tout ce que nous devons faire de la manière la plus sûre possible. Il n'y aura donc aucune tentation ou incitation à abandonner ces [mesures de sécurité], car elles seront la norme."

partages
commentaires

Voir aussi :

Williams présente sa nouvelle livrée pour 2020
Article précédent

Williams présente sa nouvelle livrée pour 2020

Article suivant

Renault aura une triple évolution en Autriche

Renault aura une triple évolution en Autriche
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021