Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
16 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
24 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
37 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
72 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
85 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
100 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
108 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
121 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
128 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
142 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
156 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
184 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
191 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
205 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
212 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
226 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
241 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
248 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
262 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
275 jours

La F1 abandonne l'idée de Grands Prix sur deux jours

partages
commentaires
La F1 abandonne l'idée de Grands Prix sur deux jours
Par :
24 août 2018 à 13:01

Après avoir envisagé cette hypothèse, Liberty Media a finalement écarté la possibilité de réduire les week-ends de Grand Prix de trois à deux jours.

Les propriétaires de la Formule 1 ont exploré cette piste pour faire peser une charge de travail moindre sur les épaules des équipes, dans le cas où le calendrier venait à s'étendre jusqu'à 24 épreuves dans l'année. Finalement, l'accent sera mis sur l'élaboration d'une nouvelle organisation des séances dans le week-end, avec un possible changement du format des qualifications.

"Il y a une prise de conscience de notre part, selon laquelle il faut des Grands Prix sur trois jours, car les circuits et les diffuseurs veulent un engagement des fans sur cette durée", explique Ross Brawn, directeur sportif de la F1. "Toutes les réflexions concernant un événement sur deux jours ont été remises à plus tard, pour de futures discussions. Cela nous laisse la question de savoir comment nous pouvons organiser au mieux ces trois jours pour les fans au circuit, pour les fans qui regardent la TV et pour les équipes."

"Nous cherchons comment réussir cela et nous sommes actuellement en discussions avec les équipes quant à la manière dont nous pouvons configurer un week-end de course afin de le rendre plus efficace, productif et divertissant."

Lire aussi :

Qualifications et points à l'étude

Ross Brawn confirme les pistes récemment évoquées concernant l'instauration possible d'un nouveau barème de points. Dans le même temps, le format des qualifications fait l'objet de toutes les attentions, mais Liberty Media ne veut pas prendre le risque d'une révolution qui ne prendrait pas. Ni celui d'une "overdose" de changements.

"Nous regardons de près le format de qualifications ainsi que le fonctionnement du système de points. Nous sommes en discussions avancées avec les équipes et la FIA pour améliorer cela. Nous avons eu l'avis des fans et ils ont le sentiment qu'au-delà de la dixième place, personne ne court pour quoi que ce soit, et que les équipes préservent leurs monoplaces en raison des contraintes autour des éléments de l'unité de puissance et de la boîte de vitesses." 

"D'un autre côté, les équipes nous disent le contraire, et je suis personnellement d'accord avec ça, mais les fans ne le perçoivent pas. Alors nous regardons si le fait de donner des points jusqu'à la 15e place permettrait d'atténuer les inquiétudes des fans, selon qui il n'y a pas de course au-delà de la dixième position. Cependant, nous sommes très sensibles au fait d'apporter trop de changements. Lorsque l'on fait trop de modifications, ça peut presque devenir la norme – qu'il y ait des changements permanents – et je ne pense pas que ce soit une bonne chose."

Ross Brawn, directeur de la compétition du Formula One Group et Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group

Globalement, l'actuel format de qualifications est apprécié des fans, et la tentative de le modifier en ajoutant un système d'élimination directe en 2016 avait tourné au fiasco. Ross Brawn a toutefois le sentiment qu'il existe des pistes à améliorer pour le modifier.

"Disons les choses ainsi : il y a les qualifications en elles-mêmes, et il y a les qualifications pour la course. Ce que je veux dire par là, c'est que s'il y a un événement unique, on veut vraiment se qualifier pour être parmi les meilleurs à l'avant et voir qui est le plus rapide. Mais quand on pense les qualifications comme un élément pesant sur l'issue de la course, on veut que ça bouge et cela crée un certain désordre, si bien que des voitures rapides ne sont pas à leur place."

"Le degré de risque en qualifications est quelque chose que nous voulons analyser. Peut-être qu'en réduisant le nombre de runs que peut faire une voiture dans chaque séance, les équipes ne peuvent pas tout optimiser. Je pense que nous ferons les changements avec beaucoup de prudence, car le format actuel est populaire et il fonctionne bien."

Article suivant
Renault : La communication de Red Bull sur Honda est "une blague"

Article précédent

Renault : La communication de Red Bull sur Honda est "une blague"

Article suivant

Racing Point Force India va conserver ses primes

Racing Point Force India va conserver ses primes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine