Freitas va débuter comme directeur de course à Barcelone

Retardée en raison du calendrier chargé du premier, la rotation entre Eduardo Freitas et Niels Wittich à la tête de la direction de course va s'opérer lors du Grand Prix d'Espagne.

Le directeur de course Eduardo Freitas, au centre

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Eduardo Freitas devrait faire ses débuts comme directeur de course de la Formule 1 à l'occasion du prochain Grand Prix d'Espagne. D'après les informations de Motorsport.com, c'est à Barcelone qu'une première alternance sera opérée entre les deux nouvelles têtes nommées pour prendre la succession de Michael Masi. Directeur de course lors des cinq premiers Grands Prix de la saison, Niels Wittich enfilera le costume d'adjoint.

Eduardo Freitas conservera ensuite ses prérogatives pour le Grand Prix de Monaco, avant de mettre la F1 entre parenthèses puisqu'il devra se concentrer pleinement sur son rôle de directeur de course pour les 24 Heures du Mans, dont la Journée Test aura lieu le dimanche 5 juin, immédiatement suivie de la semaine d'essais, de qualifications et de course. Par conséquent, Niels Wittich reprendra le flambeau pour le Grand Prix d'Azerbaïdjan ce week-end-là.

Avant le début de la saison, la FIA avait réorganisé la direction de course en Formule 1 pour répondre à la polémique du Grand Prix d'Abu Dhabi 2021, évinçant ainsi Michael Masi pour privilégier un fonctionnement plus collectif. L'idée de départ était d'alterner toutes les deux courses entre Niels Wittich et Eduardo Freitas, mais dans les faits, cette rotation a été rendue impossible par l'implication du Portugais en WEC. L'agencement des calendriers l'a ainsi empêché d'être présent pour le Grand Prix d'ouverture à Bahreïn ainsi que pour le Grand Prix de Miami la semaine dernière. À chaque fois, c'est Colin Haywood qui a officié comme adjoint de Niels Wittich.

Niels Wittich a officié comme directeur de course lors des cinq premiers GP.

Niels Wittich a officié comme directeur de course lors des cinq premiers GP.

Derrière cette organisation, l'objectif assumé de la FIA est de pouvoir interchanger les rôles entre les deux directeurs de course sans que cela ne se ressente dans l'organisation des Grands Prix. Reste à savoir ce qu'il en sera concernant l'approche, alors que Niels Wittich a adopté une attitude plutôt inflexible lors des épreuves disputées jusqu'ici. L'Allemand entendait faire passer le message d'une stricte application des règles, avec peu de place laissée à l'interprétation, ce qui a été plutôt bien accueilli par les écuries, qui savent désormais à quoi s'en tenir.

"De mon point de vue, la nouvelle organisation avec Niels et Eduardo a très bien commencé pour cette nouvelle ère de la F1", confiait à Miami le directeur de McLaren, Andreas Seidl. "Niels est assez direct en ce qui concerne l'application des règles. Il l'est aussi pour ce qui est de la communication et de ses attentes. Et personnellement, c'est ce que j'apprécie. Dans le même temps, il est toujours disponible pour dialoguer et pour recevoir un avis constructif si l'on pense que certaines choses doivent être reconsidérées. Quand je regarde comment les premiers Grands Prix se sont déroulés, je pense que nous sommes dans une bonne situation."

Cet accueil positif n'écarte toutefois pas certains points de discussion qui ont déjà eu lieu, notamment lors du dernier meeting avec les team managers, qui lui ont fait remarquer sa mauvaise interprétation des règles d'utilisation du DRS lors des qualifications d'Imola. Sa tendance à déclencher une voiture de sécurité virtuelle (VSC) avant d'envoyer le Safety Car en piste a également étonné certains observateurs, comme ce fut le cas dimanche dernier à Miami après l'accident entre Lando Norris et Pierre Gasly.

L'absence de Tecpro contre les murs de la chicane de Miami a également été un point polémique, critiqué par certains pilotes dont Carlos Sainz et Esteban Ocon. Enfin, son insistance auprès des pilotes pour appliquer les règles de sécurité figurant dans le Code Sportif International en matière de port des bijoux et de sous-vêtements ignifugés a provoqué des tensions chez les pilotes lors des dernières courses.

Avec Adam Cooper

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Mercedes garantit son engagement en F1 à très long terme
Article suivant Lorenzo Bandini, la mort au bout du tunnel

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France