Haas - "Nous devrions pouvoir générer des profits"

partages
commentaires
Haas -
Par : René Fagnan
9 nov. 2015 à 08:50

L’écurie Haas F1 Team a effectué un pas de plus vers sa participation au Championnat du monde de Formule 1 de 2016 en nommant son deuxième pilote le week-end dernier.

Gene Haas, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Lotus F1 Team avec Gene Haas, Président de Haas Automotion
Esteban Gutiérrez et Gene Haas
Les quartiers généraux de Haas F1 Team
Maurizio Arrivabene et Esteban Gutiérrez, Ferrari

La nouvelle écurie américaine de F1 fera rouler des Dallara à moteurs turbo hybrides Ferrari avec Romain Grosjean et Esteban Gutierrez au volant la saison prochaine.

Gene Haas affirme que sa décision de courir en F1 repose sur une décision d’affaires parfaitement mûrie.

"Courir en F1 est une décision d’affaires. J'en suis encore plus convaincu aujourd'hui. La réaction de mes clients est prodigieuse. Et si la F1 leur plaît, alors c’est excellent pour mes affaires! (rires)", déclare Haas lors d’une interview accordée à Formula1.com.

Haas est tellement convaincu d’avoir monté un plan financier solide qu’il prévoit même d'encaisser des bénéfices. Cela semble étrange à entendre quand autant de petites écuries affirment faire face à d’énormes soucis financiers et menacent même de fermer leurs portes.

"Il n’y a pas de secret", affirme Haas. "En effet, la plupart des écuries de F1 ne génèrent pas de profits. Mon entreprise de NASCAR a eu des sorties durant trois saisons avant de générer un peu de profit cette année. Le plan est de ne pas perdre trop d’argent d’un côté tout en optimisant les sources de revenus de l’autre. Cela s’applique autant à l’argent des sponsors qu'au primes. Selon mon analyse, c’est plus facile d’y arriver en F1 qu’en NASCAR".

Gene Haas explique un peu plus son raisonnement à propos des structures financières. "En NASCAR, il faut gagner des courses pour avoir droit aux primes. Par contre, en F1, si vous vous classez au 10e rang ou mieux, vous recevez un pourcentage [des revenus commerciaux]. Alors si vous vous classez parmi les 10 meilleures écuries, vous êtes certains d’avoir des revenus. Ce n’est pas le cas en NASCAR", précise-t-il.

Réduction des coûts de production

Gene Haas explique comment son écurie de F1 parvient à réduire au maximum ses dépenses, et surtout le budget de son département de design. "Nous tentons d’acheter autant de pièces que possible, et pas que chez Ferrari, mais aussi chez d’autres fournisseurs. La plupart des écuries de F1 fabriquent tout. Nous, au contraire, tentons de trouver des entreprises qui nous fournirons ce dont nous avons besoin. Nous tentons de fabriquer aussi peu de pièces que possible. Nous opérons de cette façon en NASCAR. L’idée n’est pas nouvelle, mais nous sommes les premiers à aller aussi loin dans ce concept en F1".

L’entrepreneur américain avoue que le changement apporté au calendrier 2016 lui cause un petit souci.

"La nouvelle a été annoncée suffisamment tôt pour que nous soyons capables de nous adapter. Oui, cela nous cause un petit problème, car cela place un peu plus de pression sur nos fournisseurs, et surtout sur le fournisseur de notre châssis. Nous avons conçu le châssis qui est fabriqué par Dallara", précise Haas.

Encore une fois, Haas fait la différence avec la NASCAR. "Les gens de Dallara m’ont dit qu’il leur fallait deux mois pour fabriquer un châssis complet. C’est très différent en NASCAR où nous ne fabriquons pas une monocoque. Si nous avons toutes les pièces sous la main à l’usine, nous arrivons à construire une voiture de Sprint Cup en 60 heures. Nous sommes très efficaces dans ce domaine", déclare Haas.

 

Prochain article Formule 1
Marchionne – Insensé d'imaginer offrir un moteur 2016 à Red Bull

Article précédent

Marchionne – Insensé d'imaginer offrir un moteur 2016 à Red Bull

Article suivant

Ricciardo - Nous prendrons n'importe quel moteur pour courir en 2016

Ricciardo - Nous prendrons n'importe quel moteur pour courir en 2016

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur René Fagnan
Type d'article Actualités