Haas n'a pas vu venir ses problèmes de freins

Au Grand Prix d'Autriche, Haas a vu resurgir ses vieux démons : Kevin Magnussen et Romain Grosjean ont été contraints à l'abandon par leurs freins.

Mise en difficulté par divers problèmes de freins tout au long de la saison 2017, la jeune écurie américaine espérera que le scénario ne soit pas similaire cette saison. Dimanche, au Grand Prix d'Autriche, les pilotes Haas ont été victimes de la surchauffe de leurs freins et se sont fait remarquer par des sorties de piste spectaculaires, heureusement sans percuter le mur, et aucun d'entre eux n'a franchi la ligne d'arrivée. Kevin Magnussen n'a pu parcourir que 24 tours, Grosjean 49.

Lire aussi :

"Le problème de freins, je ne sais pas pourquoi il est survenu, nous sommes encore en train d'analyser ça", commente le directeur d'équipe Günther Steiner, interrogé par Motorsport.com. "Ils ont surchauffé très tôt. Il fallait gérer ça pour finir la course, mais nous ne pensions pas que ce soit si grave, qu'ils allaient casser ou qu'ils n'allaient pas durer. Romain a eu le même problème que Kevin, et nous étions en train de l'appeler à la radio lorsqu'il a eu la défaillance, car nous avons vu que l'usure de ses freins devenait extrême aussi. Ils se sont trop usés à cause de la surchauffe."

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1, parle à la presse

"Il nous faut comprendre pourquoi ils ont surchauffé à ce point aujourd'hui. Nous étions convaincus de pouvoir survivre. Les freins posent toujours problème ici, mais nous ne nous attendions pas à ce que ce soit un problème au point de ne pas pouvoir finir la course. Le refroidissement des freins a une influence dynamique sur la voiture, et par conséquent on le limite au maximum, mais ce n'est qu'une estimation. On refroidit autant que nécessaire."

"Bien sûr, on va jusqu'à ce qu'on pense être la limite, en essayant de ne pas la dépasser, pour des raisons aérodynamiques : le refroidissement n'est pas censé être un problème, mais si on refroidit davantage, on perd de la performance aéro. Nous n'avons pas pris de risque évitable car nous ne nous attendions pas à ce que ce soit si grave. Il est clair que nous devons comprendre pourquoi cela n'a pas correspondu à nos simulations."

Lire aussi :

Kevin Magnussen occupait la 11e place au moment de son abandon, derrière les AlphaTauri et devant Ocon – rappelons que Pierre Gasly a fini septième, suivi par le pilote Renault. Grosjean, lui, était 16e lorsqu'il est parti en tête-à-queue au 21e tour ; il a passé le reste de l'épreuve en fond de peloton jusqu'à son retrait.

"Je pense que ce n'était pas mal", analyse Steiner quant au rythme des Haas. "Nous avons dû commencer à faire du lift-and-coast [lever le pied plus tôt avant un freinage, ndlr] très tôt, dès les premiers tours, car nous avons tout de suite remarqué que les freins surchauffaient. Cela n'aide pas à réaliser de bonnes performances en matière de temps au tour, ni à bien faire fonctionner les pneus. On ne peut pas changer la répartition du freinage, car sinon, les pneus se détériorent. Kevin était plus satisfait que Romain, et je pense que nous aurions pu bâtir là-dessus et faire la course jusqu'au bout, car nous étions capables de tenir le rythme des voitures autour de nous."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Mercedes : En l'état, le souci de fiabilité peut être récurrent

Article précédent

Mercedes : En l'état, le souci de fiabilité peut être récurrent

Article suivant

Alonso officiellement annoncé par Renault F1 pour 2021

Alonso officiellement annoncé par Renault F1 pour 2021
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021