Se battre avec Ferrari ne satisfait pas Haas

Il y a six mois, l'écurie Haas n'aurait certainement pas imaginé être à la lutte avec les Ferrari à la régulière. Mais le fait est que ni les unes, ni les autres n'étaient en mesure de jouer les points au Grand Prix de Belgique, et cela n'a donc rien de satisfaisant pour Günther Steiner, directeur de l'équipe américaine.

Se battre avec Ferrari ne satisfait pas Haas

Souffrant notamment d'un manque de puissance moteur probablement consécutif à l'accord confidentiel trouvé avec la FIA cet hiver, mais pas que, la Scuderia Ferrari était en grande difficulté à Spa-Francorchamps, Charles Leclerc et Sebastian Vettel s'étant qualifiés et ayant fini 13e et 14e (dans l'ordre inverse à l'arrivée de la course).

Romain Grosjean n'était ainsi pas si loin d'éjecter Leclerc de la Q2, avec moins de deux dixièmes de déficit, et le Français a fini la course juste derrière les deux SF1000, n'ayant été doublé par le Monégasque qu'au tout dernier tour.

"Forcément, on en tire un peu de satisfaction, au moins on se bat avec quelqu'un", commente Günther Steiner. "Mais à vrai dire, personne ne vient là pour essayer de battre quelqu'un pour la 12e ou la 13e place. Ce n'est pas pour ça qu’on vient. Quand on est en piste le dimanche et qu'on se bat avec quelqu'un, on est excité, mais quand on y pense, c'est vraiment quelque chose qui n'est pas très satisfaisant, battre quelqu'un qui est aussi en difficulté en ce moment. Je n'en tire aucune satisfaction."

Lire aussi :

"Honnêtement, c'est le mieux que nous puissions faire", renchérit Grosjean au micro de Canal+. "Alfa Romeo fait du très bon travail et arrive à être devant Ferrari. Je pense que nous avions peut-être un meilleur rythme, mais au départ, je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai patiné, Kevin m'a fait l'intérieur dans l'Eau Rouge, on a perdu de nouvelles places. Ensuite, dans le trafic, c'était très compliqué. On ne peut que comparer à son coéquipier et aux Ferrari. Je pense que la course est bonne, nous avons fait le maximum. Après, nous n'avons pas une Mercedes."

Le manque de vitesse des monoplaces propulsées par le cheval cabré n'était en tout cas pas une surprise. "Sur les six dernières courses, nous savions à peu près où nous étions", poursuit Steiner. "Ce que nous ne savions pas précisément, c'est à quel point le déficit allait être conséquent. Vous avez vu comment nous nous faisions dépasser. Nous avons déjà connu ce sentiment l'an dernier, donc nous avons un peu l'habitude."

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1

"Vous savez ce que j'en pense, il ne va pas y avoir d'évolution moteur, la voiture va également rester identique. Dans une semaine [à Monza], ce sera du déjà vu, j'imagine. Je ne connais pas trop le Mugello, mais j'imagine que la puissance y est moins importante. Ce sera fantastique. "

"Il est clair que Monza sera un grand challenge. Nous le savons, nous abordons ça en connaissance de cause, et nous essayons juste de faire de notre mieux pendant tout le week-end, juste pour tirer le meilleur de ce que nous avons. C'est ce qu'il nous faut faire dans cette position."

Quant aux perspectives d'avenir, l'Italien est bien conscient qu'une éventuelle progression de Haas dans la hiérarchie sera forcément limitée. Le groupe propulseur pourra évoluer en 2021 (et pas avant), tandis que les monoplaces seront complètement gelées à partir du 30 septembre 2020 à l'exception de deux jetons de développement pouvant être utilisés pour 2021. Haas n'avait de toute façon pas l'intention de faire évoluer son bolide au cours de cette saison, faute de budget, en raison de la crise du coronavirus.

"L'horloge tourne, car cette année, nous ne pouvons rien faire pour le moteur. Je ne sais pas exactement où ils en sont pour l'an prochain. Je sais qu'ils travaillent dessus, car vous pouvez imaginer que je pose cette question chaque jour, chaque heure. Je n'ai pas de réponse définitive, et il est difficile d'être le porte-parole de quelque chose que l'on ne contrôle pas. Je ne fais que relayer les messages, ils travaillent dur là-dessus car ils savent qu'il faut que ce soit mieux. Je pense que la seule façon de le savoir sera notre retour en piste l'an prochain."

"Lors de cette saison difficile avec l'arrivée du COVID en début d'année, nous n'avons pas fait de progrès car nous n'avons pas fait de développements, mais je pense que [la performance de Spa] est un bon pas en avant. En ce moment, nous ne sommes simplement pas assez bons pour obtenir de meilleures positions ou marquer des points. Mais il nous faut continuer à travailler, rester calmes et espérer des solutions avec l'unité de puissance. Pour l'an prochain, le développement de la voiture est en progrès. Nous pouvons donc revenir à notre niveau précédent. Nous n'avons rien abandonné", conclut Steiner.

partages
commentaires

Voir aussi :

Les notes du Grand Prix de Belgique

Article précédent

Les notes du Grand Prix de Belgique

Article suivant

Sainz pas au départ : McLaren attend les réponses de Renault

Sainz pas au départ : McLaren attend les réponses de Renault
Charger les commentaires
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021