Honda a pris un "très gros risque" avec son nouveau moteur

partages
commentaires
Honda a pris un
Par : Casper Bekking
15 févr. 2017 à 15:35

Le responsable du programme F1 de Honda, Yusuke Hasegawa, concède que le choix d’un nouveau concept pour le moteur 2017 de la firme était un risque.

Fernando Alonso, McLaren MP4-30, contraint à l'abandon
Fernando Alonso, McLaren Honda F1 Team MP4-31
Eric Boullier, McLaren Racing Director avec Yusuke Hasegawa, responsable du programme Honda F1
Photo de groupe : Fernando Alonso, Stoffel Vandoorne et Jenson Button posent avec leurs McLaren MP4-31 Honda devant l'équipe
Jenson Button, McLaren Honda F1 Team MP4-31
Jenson Button, McLaren Honda F1 Team MP4-31
Fernando Alonso, McLaren Honda F1 Team MP4-31 devant Jenson Button, McLaren Honda F1 Team MP4-31
L'équipe travaille sur la McLaren MP4-31 Honda dans le garage
La McLaren MP4-31 Honda dans le garage

Le retour du motoriste nippon en Formule 1 n’a sans doute pas été aussi fructueux qu’attendu quand l’annonce en avait été faite courant 2013. En effet, les deux premières saisons de Honda dans l’ère du V6 turbo hybride ont surtout été marquées par de graves problèmes de fiabilité et de performance.

En conséquence, McLaren-Honda a dû se contenter, comme meilleurs résultats, d’une poignée de top 5, sans le moindre podium à se mettre sous la dent. Et même si du mieux a été constaté en 2016, le chemin à parcourir semble encore important. D’autant plus que la firme a choisi de changer son fusil d’épaule en revoyant la conception de l’unité de puissance, profitant notamment de l'abandon du système de jetons pour 2017.

"Le concept est complètement différent", explique ainsi Yusuke Hasegawa à Autosport. "C’est un très gros risque, nous ne savons pas beaucoup de choses concernant ce nouveau concept. Nous savons que cela nous donnera un avantage de performance mais le plus gros risque est de savoir si nous pouvons exploiter ce potentiel cette année."

En effet, comme l’a révélé Tim Goss, directeur technique de McLaren, en janvier, l’architecture et le design du bloc turbo hybride ont été revus et doivent permettre à la fois un gain de performance mais aussi une meilleure optimisation de l'installation, en tirant les leçons des deux saisons écoulées.

Il semble que Honda ait d’ailleurs emprunté la même voie technique que Mercedes, qui a clairement dominé les trois premières années de l’ère turbo hybride.

Par ailleurs, Hasegawa explique que la combustion interne demeure un domaine clé sur lequel travaille le constructeur, tout en ne délaissant pas les autres zones où des progrès sont nécessaires.

"Il faut nous concentrer sur le moteur à combustion pour cette année. Si nous améliorons le moteur lui-même, ce qui signifie booster l’énergie des gaz d’échappement, il faut booster la turbine sinon nous ne pourrons pas être aussi performants en termes de déploiement."

"Nous devons toujours faire quelques tests et il y aura des essais et des erreurs. J’espère que nous avons compris la direction et les éléments sur lesquels nous concentrer. Mais il n’est pas facile de combiner complètement les éléments pour réaliser les améliorations sur le moteur à combustion."

Avec Mitchell Adam

Article suivant
Vers une nouvelle association des écuries de F1 ?

Article précédent

Vers une nouvelle association des écuries de F1 ?

Article suivant

Minardi - La faillite de Manor, c'est "l'échec du système"

Minardi - La faillite de Manor, c'est "l'échec du système"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Casper Bekking
Type d'article Actualités