Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (4/5)

Après les succès de Nelson Piquet à Jacarepagua en 1983 et 1986, ToileF1 retourne aujourd’hui sur l’autodrome José Carlos Pace d’Interlagos, sur lequel le pilote brésilien le plus admiré de ses compatriotes l’emporta à deux reprises : il s’agit...

Après les succès de Nelson Piquet à Jacarepagua en 1983 et 1986, ToileF1 retourne aujourd’hui sur l’autodrome José Carlos Pace d’Interlagos, sur lequel le pilote brésilien le plus admiré de ses compatriotes l’emporta à deux reprises : il s’agit bien évidemment du regretté Ayrton Senna.

Déjà sacré Champion du Monde en 1988 et 1990, Magic Senna aborde sereinement son Grand Prix à domicile puisqu’il a remporté la manche inaugurale du championnat 1991, à Phoenix. Mais dans un coin de sa tête, le Pauliste doit sans doute rêver d’imiter Fittipaldi et Pace, ses deux aînés qui s’imposèrent à Interlagos, dans leur ville natale. La veille du départ, Senna signe la cinquante-quatrième pole de sa carrière au volant de sa McLaren-Honda MP4/6, devançant les Williams-Renault FW14 de Riccardo Patrese et Nigel Mansell.

Parfaitement élancé, le Brésilien conserve son avantage alors que Mansell, au coude à coude avec Patrese, parvient à doubler ce dernier. Le Britannique met alors la pression sur Senna, si bien qu’au vingtième tour, l’écart n’est que de sept dixièmes. Mais un arrêt au stand de près de quinze secondes et une crevaison de Mansell donnent de l’air à Senna, qui connaît maintenant de graves ennuis de boîte de vitesses puisqu’il a perdu son quatrième rapport. Alors qu’il rattrapait son retard, le pilote Williams part en tête à queue et endommage lui aussi sa boîte, ce qui l’oblige à abandonner quelques mètres plus tard. Patrese récupère la seconde position tandis que Gerhard Berger, le coéquipier de Senna, hérite de la troisième. De son côté, l’idole brésilienne souffre de terribles douleurs musculaires puisqu’il doit composer avec la pluie qui s’intensifie alors qu’il est désormais privé de sa troisième et sa cinquième vitesse. A bout de force, Senna s’impose finalement sous le déluge, avec moins de trois secondes de marge sur Patrese, Berger complétant le podium. Le Brésilien, tétanisé, aura du mal à s’extraire seul de sa monoplace et à tenir debout sur le podium.

En 1993, alors que son grand rival Alain Prost, qui effectue son retour en Formule 1 avec Williams-Renault, a remporté la première manche à Kyalami, Senna veut gagner à Interlagos pour ne pas le laisser s’échapper. Pourtant, c’est le Français qui écrase la concurrence en qualifications, devant son coéquipier Damon Hill, reléguant Senna à près de deux secondes !

La course, qui est marquée par un terrible accrochage au départ entre Michael Andretti et Berger, voit d’abord les deux Williams-Renault dominer, avant que la pluie ne s’invite dans les débats. Toujours, en tête, Prost ne peut éviter la monoplace en perdition de Christian Fittipaldi et doit abandonner. Hill prend alors les commandes, mais Senna, sur une piste s’asséchant, le double et offre sa centième victoire à McLaren. Hill termine second et le jeune Michael Schumacher arrive troisième. A l’arrivée, Senna est félicité par le quintuple Champion du Monde Juan Manuel Fangio. Aujourd’hui, ces quatre pilotes réunis totalisent pas moins de seize couronnes mondiales.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Michael Andretti , Gerhard Berger , Christian Fittipaldi , Nigel Mansell , Alain Prost , Ayrton Senna , Riccardo Patrese , Damon Hill , Nelson Piquet , Juan Manuel Fangio
Équipes McLaren , Williams
Type d'article Actualités