Les directeurs d'équipe blâment encore un format "horrible"

Après la séance de qualifications du Grand Prix de Bahreïn ce samedi, les directeurs d’équipe ont de nouveau appelé de leurs vœux un retour rapide au format de la saison dernière.

Les directeurs d'équipe blâment encore un format "horrible"
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Le poleman Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 simule un arrêt aux stands
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Les mécaniciens Mercedes AMG F1 Team
Le volant de la Ferrari SF16-H
Franz Tost, team principal Scuderia Toro Rosso, Dave Ryan, directeur de la compétition Manor Racing, Robert Fernley, directeur adjoint Sahara Force India F1 Team, Claire Williams, directrice adjointe Williams
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H

Les équipes doivent rencontrer Bernie Ecclestone et Jean Todt dimanche avant la course pour discuter du format de qualifications. Deux alternatives devraient être proposées, mais la deuxième séance à élimination de l’histoire a été de nouveau vécue comme une immense désillusion à Sakhir. 

"Je ne crois pas qu’il y a de grande surprise dans ce que nous avons vu", regrette Christian Horner au micro de Motorsport.com. "Il y a trop d’accent mis sur le début des séances, et tous les pneus sont utilisés, il n’y a plus le temps de répliquer. Nous avons besoin d’une discussion sensée à ce sujet demain. Nous verrons ce qui se passera lors des discussions, car nous ne pouvons pas continuer avec ce système."

"C’était la bonne chose à faire [de tester ce format], nous l’avons fait, et je crois que nous avons maintenant dépassé les doutes qui montrent que ce n’est pas la voie à suivre. Oui, Q1 est intéressant au début, mais on utilise rapidement tous les pneus, et ensuite c’est terminé. Ce que nous avions fonctionnait."

"C’était terrible", a renchéri Toto Wolff, directeur de Mercedes, lui aussi interrogé par Motorsport.com. "Nous avons tous rendez-vous ; nous avons eu une discussion, Paddy [Lowe] et moi-même, pour comprendre pourquoi les gars sortaient de la voiture alors qu’ils pouvaient encore faire quelque chose. Pérez était dans un tour rapide mais son temps n’a pas compté, les Williams étaient en vitesse de croisière, et je ne suis pas certain qu’ils sachent pourquoi, en tout cas nous ne savions pas pourquoi ! Et à trois minutes de la fin, les qualifications étaient terminées."

"Nous devons simplifier les choses, et pas les compliquer. Nous avons une responsabilité envers les spectateurs, et nous n’avons pas assumé pleinement cette responsabilité récemment. Je crois que nous devrions revenir au format de l’année dernière et ensuite réfléchir à la manière de l’améliorer, analyser beaucoup de données, et voir s’il y a mieux à faire. Et s’il y a mieux à faire, après évaluation, faisons-le l’année prochaine."

Williams veut revenir au format 2015

Pour Claire Williams, c’est le manque de trains de pneus qui constitue le problème majeur de ce nouveau format de qualifications. 

"Le gros problème, c’est que nous n’avons pas assez de pneus pour assumer ce système", précise-t-elle. "Si ce problème ne peut pas être résolu, nous devons résoudre le problème du format en lui-même. Il y a eu trop de fois où nous avons vu des pilotes éliminés alors qu’ils étaient dans le garage car ils n’avaient pas de pneus, sans voitures en piste."

Claire Williams a ensuite expliqué la raison pour laquelle Bottas et Massa ont été renvoyés en piste en fin de Q2 alors que leur passage en Q1 était assuré : "Nous avons envoyé les pilotes en piste car nous avions un train de supertendres que nous n’utilisions pas, et il n’y avait personne en piste en fin de Q2 ; nous ne voulions pas qu’il reste quatre minutes sans voiture en piste. Je crois que nous devons résoudre cela."

La directrice adjointe de Williams considère que la seule option raisonnable est de revenir au format 2015, estimant qu’il est impossible de lancer un nouveau format d’ici le Grand Prix de Chine. 

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Grosjean - "On ne comprend rien aux qualifs, mais il ne faut pas être 8e"
Article précédent

Grosjean - "On ne comprend rien aux qualifs, mais il ne faut pas être 8e"

Article suivant

Comment Ferrari dépense ses jetons de développement moteur

Comment Ferrari dépense ses jetons de développement moteur
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021