Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2022

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, huitième manche de la saison 2022, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2022
Charger le lecteur audio

Les lauriers pour Lewis Hamilton

Note : 9

Durant les 296 Grands Prix de Lewis Hamilton en Formule 1, nous l'avons souvent entendu parler avec une respiration lourde à la radio et nous l'avons parfois vu dans un état de fatigue intense en sortant de sa voiture. Mais ce dimanche à Bakou, jamais avons-nous vu le septuple Champion du monde dans un tel état auparavant. Sa Mercedes, très sensible au marsouinage et aux irrégularités de la piste, n'a cessé de rebondir et de lui abîmer le dos. En conséquence, il a eu toutes les peines du monde à s'extraire du cockpit. L'on se demande même comment il est parvenu à tenir pendant 51 tours tout en ayant suffisamment de rythme pour finir quatrième !

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG, dans le parc fermé

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG, dans le parc fermé

Le bonnet d'âne pour Nicholas Latifi

Note : 4

Au-delà de l'absence de vitesse, c'est une habitude, Nicholas Latifi a déçu pour avoir volontairement ignoré les drapeaux bleus qui lui étaient présentés pendant la course. Le Canadien était-il pris dans une bataille avec un adversaire et souhaitait coûte que coûte rester devant lui ? Non, un stop-and-go de dix secondes pour une infraction sur la grille l'avait isolé au fond du classement dès le début de course. Alors, pourquoi Latifi n'a pas respecté ces drapeaux ? Tout simplement parce que, de son propre aveu, il essayait d'offrir son DRS à Gasly, aux prises avec Hamilton pour la quatrième place. Le Canadien a peut-être oublié qu'il ne pilotait pas pour AlphaTauri...

Nicholas Latifi, Williams FW44

Nicholas Latifi, Williams FW44

Le reste de la grille

Netherlands Max Verstappen

Note : 10

Max Verstappen était certain de l'emporter à Bakou même sans l'abandon de Charles Leclerc, et au vu de sa pointe de vitesse phénoménale en course, nous avons envie de le croire. Le Néerlandais se faisait déjà pressant sur Leclerc en début de course, il n'a finalement pas eu besoin de prendre de risques pour récupérer les 25 points de la victoire et creuser davantage l'écart en tête du championnat.

Mexico Sergio Pérez

Note : 8

De manière assez surprenante, il est assez décevant de voir Sergio Pérez ne pointer qu'à la deuxième place au terme du week-end. Car le Mexicain a été le pilote Red Bull le plus performant en essais et aux qualifications, et il menait même la danse dans les premiers tours. Son effondrement soudain, d'abord avec des pneus mediums usés puis avec des pneus durs, est donc difficilement compréhensible. Mais une deuxième place reste un excellent résultat pour un prétendant au titre, et nouveau deuxième homme au championnat.

United Kingdom George Russell

Note : 10

Encore une excellente prestation de George Russell, on commence à avoir l'habitude. Cela fait maintenant huit courses que le pilote Mercedes n'a pas quitté le top 5 (soit 100% des courses disputées cette saison), aucun autre pilote de la grille ne peut s'en vanter. Et contrairement à d'autres GP au cours desquels Russell a reçu un certain coup de pouce du destin pour devancer son coéquipier Hamilton, il a été incontestablement le plus rapide des pilotes Mercedes à Bakou.

France Pierre Gasly

Note : 10

Pierre Gasly a également été brillant tout au long du week-end, le Français n'ayant jamais quitté le top 10 lors des sept séances disputées (EL1, EL2, EL3, Q1, Q2, Q3 et la course). Sur les terres de son dernier podium en F1 à ce jour, acquis l'an passé, Gasly n'a pas fait un pas de travers et bien résisté au retour de Hamilton avant son second arrêt.

Pierre Gasly, AlphaTauri AT03

Pierre Gasly, AlphaTauri AT03

Germany Sebastian Vettel

Note : 9

Sans une sortie de piste lui ayant fait perdre trois positions et plusieurs secondes, Sebastian Vettel aurait lui aussi reçu un 10/10. Cette erreur lui a potentiellement coûté le top 5, toutefois il n'est pas nécessaire de critiquer lourdement le quadruple Champion du monde pour cette faute. Vettel a aussi été l'auteur d'un week-end excellent, récompensé par le meilleur résultat de l'année pour lui et pour son équipe. De manière cruciale, l'Allemand permet à Aston Martin de rester dans la lutte pour la septième place. Sans lui, nul doute que l'écurie serait encore lanterne rouge.

Spain Fernando Alonso

Note : 9

Il a beau avoir la carrière F1 la plus longue de l'Histoire, le doyen du championnat a encore une fois prouvé que son esprit et son coup de volant étaient aussi affûtés qu'à ses débuts, en témoigne sa gestion de la fin de Q1 pour rester dans la partie (qui a déplu à certains), sa nouvelle apparition en Q3 et cette septième place en course.  

Australia Daniel Ricciardo

Note : 8

Voilà qui aidera le pilote McLaren à remonter la pente. Pour la première fois depuis le GP d'Australie (et seulement la deuxième fois de l'année), Daniel Ricciardo a terminé une course dans le top 10. Mieux encore, il a réussi à devancer son coéquipier. L'on regrette que McLaren n'ait pas maximisé sa stratégie en début de course avec des consignes, peut-être aurait-il pu prendre la position d'Alonso.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

United Kingdom Lando Norris

Note : 7

C'est un Lando Norris légèrement moins fringant que d'habitude qui a pris les deux points de la neuvième place. Du bon pilotage et une bonne stratégie lui ont permis de décrocher ce résultat, toutefois on déplore l'excès de frustration du Britannique en fin de course lorsque son équipe a refusé d'inverser les positions.

France Esteban Ocon

Note : 7

Esteban Ocon permet à Alpine de placer ses deux voitures dans le top 10, néanmoins le Français ne récolte qu'un seul point. Assez décevant lorsque l'on voit Alonso en inscrire six. Les circuits urbains n'ont pas réussi au Français jusqu'à présent, espérons que les murs de Montréal lui portent un peu plus chance.

Finland Valtteri Bottas

Note : 5

Avec une victoire et un podium en Azerbaïdjan, Valtteri Bottas nous avait habitué à bien mieux. L'on a du mal à comprendre pourquoi le Finlandais n'a pas été performant ce week-end alors que son coéquipier, Zhou Guanyu, a connu moins de difficultés. Les nombreux abandons l'ont aidé à remonter au classement, mais ça n'a pas été suffisant pour lui ouvrir les portes du top 10.

Thailand Alexander Albon

Note : 6

Compte tenu du rythme de sa Williams, Albon a de quoi être heureux avec cette douzième place. Le Thaïlandais aurait même pu espérer un petit peu mieux puisqu'il s'est arrêté pour la seconde fois quelques minutes avant le VSC causé par l'abandon de Magnussen, mais il aurait été difficile pour lui de s'inviter puis de rester dans le top 10.

Japan Yuki Tsunoda

Note : 7

Tsunoda ne méritait pas ça. S'étant brillamment battu pour réintégrer le top 10 après son premier arrêt, en début de course, le Japonais a vu ses rêves de points partir en fumée avec la casse de son volet de DRS, une défaillance inédite. L'incident, qui a pu être géré lors d'un second passage au stand obligatoire, ne doit cependant pas effacer tout le travail effectué par le pilote à Bakou. Jusqu'à présent cette saison, Tsunoda est très loin du "gros flemmard" (ses mots, pas les nôtres) qui avait inquiété en 2021, et c'est tant mieux. 

Yuki Tsunoda, AlphaTauri AT03

Yuki Tsunoda, AlphaTauri AT03

Germany Mick Schumacher

Note : 4

Pari raté pour Schumacher, qui espérait de nombreuses sorties du Safety Car pour envisager quelque chose. Le pilote allemand n'a vraiment pas été impressionnant au cours de ces trois jours, accusant près d'une seconde de retard sur son coéquipier Kevin Magnussen en qualifications et végétant au fond du classement du départ à l'arrivée (précisons néanmoins que Schumacher a dû composer avec un premier arrêt calamiteux, seuls trois pneus neufs étaient prêts lors de son immobilisation). 

Canada Lance Stroll

Note : 4

Course fantomatique de Lance Stroll, qui a été contraint de jeter l'éponge à moins de cinq tours de l'arrivée sur problème technique. Pour la défense du Canadien, le week-end de Bakou n'a pas été tendre envers lui. Il a été victime d'un problème moteur en Q1 qui l'a poussé à attaquer jusqu'à l'excès pour se hisser en Q2, ce qui s'est traduit par deux accidents espacés de quelques minutes. Avant-dernier sur la grille, sa stratégie des pneus durs vers les mediums n'a vraiment pas fonctionné, il fonçait vers une 14e place certaine avant son abandon.

Denmark Kevin Magnussen

Non noté

Malgré son élimination en Q1, Kevin Magnussen aurait pu espérer des points à Bakou sans un problème moteur l'ayant contraint à l'abandon dans le 32e tour. Le pilote Haas avait mis à profit la neutralisation du début de course pour réaliser, selon toute vraisemblance, son unique arrêt de la journée et était blotti dans les échappements d'Esteban Ocon (classé dixième) depuis plusieurs tours avant son abandon.

Zhou Guanyu, Alfa Romeo C42, Kevin Magnussen, Haas VF-22

Zhou Guanyu, Alfa Romeo C42, Kevin Magnussen, Haas VF-22

China Zhou Guanyu

Non noté

Zhou n'a pas été noté non plus puisqu'il a dû jeter l'éponge quelques minutes avant Magnussen pour une raison similaire. Et cet abandon, le troisième en quatre courses, fait très mal : pour la première fois de la saison, le Chinois était beaucoup plus performant que son chef de file, Bottas, si bien que des consignes ont été passées pour que le Finlandais ne gêne pas inutilement son coéquipier. Collé à Vettel au fond du top 10, Zhou tenait ici très probablement son meilleur résultat de l'année. Quel dommage que la fiabilité continue de faire défaut au Trèfle.

Monaco Charles Leclerc

Non noté

Décidemment, Charles Leclerc n'est pas épargné ces derniers temps. Contraint à l'abandon en Espagne alors qu'il menait confortablement la danse, et délogé de la première place à Monaco en raison d'une stratégie catastrophique, le pilote Ferrari est de nouveau passé à côté d'une possible victoire à Bakou lorsque son moteur a rendu l'âme. Leclerc avait fait le plus dur en ayant effectué son unique arrêt sous la voiture de sécurité virtuelle, contrairement aux pilotes Red Bull, et disposait d'une bonne avance sur eux pour négocier les 32 derniers tours de course. Sur les 75 points disponibles lors des trois dernières manches, Leclerc n'en a récolté que 12. Verstappen, lui, en a pris 65.

Spain Carlos Sainz

Non noté

Peu de choses à dire sur la course de Sainz, qui a été anecdotique puisque l'Espagnol a abandonné au bout de huit tours. Nous pouvons toutefois regretter le fait qu'il a fermé la marche du quatuor de tête en qualifications et n'a jamais semblé être dans le match pour la victoire en Azerbaïdjan.

Charles Leclerc, Ferrari F1-75

Charles Leclerc, Ferrari F1-75

partages
commentaires

Pénalisé, Latifi voulait "donner le DRS" à Gasly face à Hamilton

Ocon : La rigidité est un problème, pas seulement le marsouinage