Michelin aimerait recréer une "guerre des pneus", mais seul

Michelin se dit capable d'offrir aux fans de F1 les bénéfices d'une "guerre des pneus" en matière de spectacle, même dans un rôle de manufacturier unique, si les dirigeants de la discipline décident un jour d'aller dans cette direction.

Michelin aimerait recréer une "guerre des pneus", mais seul
Charger le lecteur audio

Le manufacturier français garde un œil attentif sur l'évolution de la Formule 1 depuis son retrait fin 2006, mais a récemment fait le choix de ne pas répondre à l'appel d'offres de la FIA pour la période 2020-2023. Il est clair que les coûts de production des pneus 13 pouces pour seulement une année, ajoutée à la requête de produire des gommes avec une dégradation élevée, n'étaient pas en accord avec la politique de l'entreprise.

Revenant sur cette décision et sur ce qui pourrait pousser Michelin à changer d'avis à l'avenir, le directeur de Michelin Motorsport, Pascal Couasnon, a évoqué un réel intérêt pour apporter quelque chose de différent en F1. Couasnon estime que le succès rencontré par Michelin en MotoGP – où une variété de choix pneumatiques aide à rendre les courses imprévisibles – montre ce qui pourrait être fait en F1 si elle s'ouvrait davantage sur ce qui est autorisé.

Lire aussi :

"Est-ce que la F1 est bonne aujourd'hui ? Ce serait ma question", lance Pascal Couasnon lors d'une interview exclusive accordée à Motorsport.com. "La discipline et le manufacturier [de pneus] devraient prendre un risque, mais par rapport à aujourd'hui [ça pourrait être bien]."

"Regardez le MotoGP. Nous apportons trois types de pneus à l'avant et à l'arrière, et les pilotes peuvent choisir. La course se termine avec trois combinaisons différentes sur le podium. Le meilleur compliment que nous ayons reçu des journalistes, c'est que Michelin a recréé une guerre des pneus avec une seule marque, et c'est ce que nous aimerions faire pour la F1."

"N'oublions pas non plus qu'en Endurance par exemple, en GT, nous fournissons des pneus spécifiques pour chaque voiture car il y a de grandes différences entre une Ferrari, une Porsche, une Aston et une Corvette. Et personne ne se plaint, car nous travaillons dur pour offrir le meilleur package possible, de manière à ce que tout le monde puisse se battre. C'est la philosophie que nous aimerions proposer en F1."

Pneus de tests Michelin MotoGP

Pneus de tests Michelin MotoGP

Photo de: Michelin Sport

#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Alex Lynn, Maxime Martin

#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Alex Lynn, Maxime Martin

Photo de: JEP / LAT Images

Pascal Couasnon précise que la décision de la FIA d'imposer des pneus 13 pouces pour une seule saison en 2019, et d'exiger des pneus à haute dégradation, n'a pas laissé d'autre choix à Michelin que de ne pas répondre à l'appel d'offres.

"Lorsque nous avons été informés des éléments clés de l'appel d'offres, nous les avons étudiés, et assez rapidement nous avons vu qu'il pourrait y avoir de très sérieux obstacles", admet Couasnon. "Évidemment, le premier concernait le fait de devoir développer des roues 13 pouces [pour 2019], ce qui n'avait vraiment pas de sens. Ça générerait beaucoup de dépenses pour quelque chose à propos de quoi Michelin a une position très claire."

"Les budgets sont restreints, et nous devons nous assurer d'utiliser l'argent pour quelque chose qui est utile aux sports mécaniques, mais qui l'est également pour la voiture de demain. C'était donc un sérieux obstacle dès le départ. Cependant, nous étions très encouragés par le fait que la F1 ait pris en compte cette proposition de Michelin [pour des pneus 18 pouces], que nous avions faites en 2010 et que nous avons pu implémenter en Formule E."

Alex Lynn, DS Virgin Racing

En plus de la problématique des pneus 13 pouces, Couasnon a été très clair sur le fait que son entreprise n'était pas à l'aise avec l'exigence de produire des gommes avec une forte dégradation.

"Le second problème en matière de philosophie était d'avoir des pneus qui se dégradent, et c'est encore une fois une chose à laquelle nous ne sommes pas favorables : dépenser des ressources techniques et de l'argent pour quelque chose qui n'est pas utile pour le conducteur de demain. Michelin veut utiliser sa technologie pour soutenir le spectacle, nous ne sommes pas là juste pour dire OK : la technologie pour la technologie, le reste on s'en fiche."

"On le voit en Formule E, on le voit en Endurance, c'est possible d'avoir de la bagarre et un beau spectacle avec de très bons pneus. La clé, c'est de vraiment développer le package qui aide le pilote à exprimer son talent et à se battre. Nous ne croyons pas que des pneus qui se dégradent pour construire une stratégie artificielle soit une bonne manière de procéder."

partages
commentaires
Vettel "prêt à courir contre tout le monde", dont Räikkönen
Article précédent

Vettel "prêt à courir contre tout le monde", dont Räikkönen

Article suivant

Un nouveau coup dur porté au Grand Prix de Miami

Un nouveau coup dur porté au Grand Prix de Miami
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021