Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
27 jours
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
33 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
41 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
61 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
69 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
83 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
90 jours

Comme Ecclestone, Mosley annulerait la saison 2020

partages
commentaires
Comme Ecclestone, Mosley annulerait la saison 2020
Par :
15 avr. 2020 à 09:34

L'ancien président de la FIA estime que l'attente à laquelle s'accroche la F1 dans l'espoir de sauver la saison 2020 "risque d'aggraver la situation".

La pandémie due au nouveau coronavirus a plongé le monde et bien des secteurs d'activité dans une incertitude totale. Pour la Formule 1, cela se traduit aujourd'hui par l'annulation ou le report des neuf premiers Grands Prix et par la recherche d'un calendrier alternatif. Les dirigeants de la catégorie reine espèrent pouvoir organiser une saison 2020 qui débuterait durant l'été avec 15 à 18 Grands Prix, ne négligeant aucune alternative pour y parvenir.

Chaque épreuve reportée ou annulée plonge un peu plus les écuries du plateau dans des difficultés financières qu'il faudra résoudre pour assurer l'avenir, ce qui explique en grande partie la volonté farouche de tous les acteurs de trouver un moyen de courir dans l'année. Néanmoins, les prédécesseurs de ceux qui sont aujourd'hui aux manettes de la discipline assurent qu'ils n'auraient pas insisté. C'est ce qu'a déjà confié Bernie Ecclestone ces dernières semaines, et l'ex grand argentier de la F1 est aujourd'hui rejoint sur ce terrain par Max Mosley, ancien président de la FIA.

Lire aussi :

Dans des propos relayés par l'agence de presse DPA, Mosley se garde de donner le moindre conseil à son successeur, Jean Todt, rappelant qu'il n'a aucun contact rapproché avec les affaires de la F1 aujourd'hui. Néanmoins, il partage sa vision de la situation avec une conviction : la saison 2020 devrait être annulée.

"Ainsi, les promoteurs de Grands Prix auraient la sécurité nécessaire pour se projeter et prendre des mesures", justifie Mosley. "Actuellement, ils sont dans l'incertitude et beaucoup d'entre eux perdent de l'argent. Si l'on attend de voir, on risque d'aggraver la situation sans avoir la certitude de pouvoir y gagner quelque chose. Ce serait un désastre financier pour la plupart des promoteurs."

"Raccourcir les week-ends et organiser plusieurs courses sur le même circuit auraient également peu d'incidence sur les coûts. Il n'y a aucune garantie que les Grands Prix reprendront en juillet, ça devient en fait de plus en plus improbable. Il serait donc préférable pour la FIA et le détenteur des droits d'agir maintenant et de saisir l'opportunité de réorganiser et restructurer la Formule 1 afin de lui donner une assise financière plus solide pour l'avenir. Tant que nous ne saurons pas comment cette pandémie va évoluer, nous ne pourrons pas faire de projets rationnels pour la Formule 1." 

Pour l'heure, la F1 s'en tient à son souhait de mettre sur pied le championnat 2020 lorsque cela sera possible, tout en travaillant sur des décisions majeures à prendre pour son avenir économique. Parmi les discussions du moment, le débat est vif autour de la réduction du plafond budgétaire imposé à chaque écurie et qui doit entrer en vigueur l'année prochaine. Néanmoins, sur ce point également Max Mosley est perplexe. "Le problème des inégalités ne peut pas être résolu de cette manière", craint-il, "car les budgets proposés vont bien au-delà de ce qu'atteignent la plupart des petites équipes. Il y a aussi beaucoup trop d'exceptions proposées dans les règles."

Article suivant
Giovinazzi plaide pour des GP à huis clos

Article précédent

Giovinazzi plaide pour des GP à huis clos

Article suivant

Ricciardo : "Leclerc fait aujourd'hui ce que Bianchi aurait fait"

Ricciardo : "Leclerc fait aujourd'hui ce que Bianchi aurait fait"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine