Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
27 jours
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
33 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
41 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
61 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
69 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
83 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
90 jours

Ecclestone insiste : La F1 doit attendre 2021 pour reprendre

partages
commentaires
Ecclestone insiste : La F1 doit attendre 2021 pour reprendre
Par :
5 avr. 2020 à 13:00

L'ancien big boss de la F1 ne croit ni à une reprise à huis clos ni à un minimum de huit Grands Prix de Formule 1 organisés en 2020.

En une semaine, l'avis de Bernie Ecclestone n'a pas changé, et il s'est même renforcé. Interrogé sur ce qu'il ferait en cette période de crise s'il dirigeait encore la Formule 1, l'ex grand argentier affirmait le week-end dernier qu'il mettrait "un terme aux discussions sur la possibilité d'organiser des courses cette année". Alors que la pandémie de COVID-19 continue de frapper le monde entier et que la situation évolue chaque jour, celui qui est aujourd'hui président émérite de la discipline n'en démord pas.

Non seulement il ne croit pas à l'idée de "15 à 18 courses" soumise par Chase Carey pour un calendrier alternatif, mais il pense impossible d'en organiser ne serait-ce que huit. Un chiffre nécessaire pour valider un Championnat du monde. "Nous devrions arrêter le championnat cette année et le recommencer l'année prochaine, avec un peu de chance", martèle-t-il dans une interview accordée à BBC Radio 5 Live. "Je ne vois pas comment ça va être possible d'avoir le bon nombre de courses comptant pour un championnat. De mémoire, il doit y en avoir huit, et je ne les vois pas y arriver. C'est une situation difficile."

Lire aussi :

À ce jour, le Grand Prix du Canada le 14 juin est le prochain figurant au calendrier et n'étant pas encore reporté ou annulé. Néanmoins, tenir une telle échéance semble utopique pour la Formule 1, tandis que de nombreuses options sont à l'étude pour une reprise future. Parmi elles figure inévitablement la possibilité d'organiser des courses à huis clos mais là aussi, Ecclestone se montre particulièrement perplexe.

"Supposons que l'on puisse conclure un accord avec les promoteurs, qui dise qu'en gros, on roule à huis clos, et que l'on parvienne à une sorte d'arrangement financier avec eux pour le faire", imagine celui qui a conservé des liens importants avec de nombreux organisateurs. "Il faudrait alors se demander si toutes les équipes peuvent y participer. Elles pourraient se dire : 'Attendons de voir'. Ce n'est pas une bonne chose que quelqu'un organise un Grand Prix et dépense tout l'argent pour le faire, puis que les équipes disent : 'Nous vous avons dit que nous ne pouvions pas confirmer et que nous vous le ferions savoir plus tard'. Après il est trop tard. C'est une situation difficile."

Quant à la valeur d'un championnat réduit à sa plus simple expression, scénario auquel il ne croit même pas, Ecclestone estime toutefois que ça ne changerait rien à l'issue sportive. "Je ne pense pas que ça ferait une énorme différence pour Lewis [Hamilton], il gagnerait quel que soit le nombre de Grands Prix, que ce soit 8, 16 ou 20", prévient-il. "Si c'est un Championnat du monde et qu'il gagne, ça s'ajoutera à son palmarès et on dira qu'il a gagné un titre mondial. Ce qui est terrible, c'est qu'il pourrait remporter les huit courses. Ce ne serait pas un super championnat."

Article suivant
La F1 a-t-elle les épaules pour surmonter la crise de 2020 ?

Article précédent

La F1 a-t-elle les épaules pour surmonter la crise de 2020 ?

Article suivant

Le jour où Senna a provoqué la colère de Schumacher

Le jour où Senna a provoqué la colère de Schumacher
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine