Ocon et Renault : 2020, la pire année pour s'intégrer ?

Esteban Ocon met en avant le rythme effréné de la saison 2020, qui complique son intégration chez Renault.

Ocon et Renault : 2020, la pire année pour s'intégrer ?

Touché par deux abandons mécaniques lors des trois derniers Grands Prix (au Mugello et au Nürburgring), Esteban Ocon a fait une croix sur des points précieux pour lui comme pour Renault. Pendant ce temps, son coéquipier Daniel Ricciardo a rempli l'objectif tant attendu de décrocher enfin un podium, et l'écart entre les performances des deux hommes a commencé à faire parler. Sur le plan comptable, le Français accuse ainsi pas moins de 42 points de retard sur l'Australien, un bilan douloureux même si son ampleur peut s'expliquer par certains phénomènes.

Lire aussi :

Le principal d'entre eux selon Ocon reste la singularité de ce championnat 2020. Privé de volant l'an dernier et cantonné à un rôle de réserviste chez Mercedes, le Normand aurait aimé bénéficier du déroulement classique d'une saison pour s'adapter à sa nouvelle écurie. Crise du coronavirus oblige, tout a été chamboulé, et avec la mise en place d'un calendrier plus ramassé et intense que jamais, le processus d'apprentissage en a pris un coup.

"Daniel fait un travail impressionnant cette année", remarque Ocon. "C'est naturellement sa deuxième année avec l'équipe et il s'est intégré, il connaît beaucoup mieux l'écurie. C'était une bonne année d'apprentissage pour moi, pour apprendre à connaître les gens avec lesquels je travaille. Ces choses-là prennent du temps et j'étais aussi hors de la compétition l'an dernier donc ça a pris un peu plus de temps dans une saison où tout est très condensé et où il n'y a pas beaucoup de temps pour travailler entre les Grands Prix. Tout est allé très vite. On a l'impression que ça fait un bail que nous sommes allés en Autriche, mais ça ne fait que trois mois. C'est une saison folle mais je suis de plus en plus fort à chaque Grand Prix."

À six reprises dans les points depuis le début de l'exercice, avec pour meilleur résultat une cinquième place à Spa-Francorchamps, Ocon ne doute pas de ses capacités à terme. "C'était serré avec Daniel en qualifications au Nürburgring, j'étais bien là mais j'ai le sentiment qu'il fait un travail extrêmement costaud cette année", insiste-t-il. "Ça me pousse à faire mieux et j'espère pouvoir également l'aider à signer de belles performances lors des derniers Grands Prix."

Pour gagner en régularité, le pilote tricolore a évidemment besoin d'une mécanique qui ne le trahisse plus. Sur ce point, il fait pourtant contre mauvaise fortune bon cœur, admettant les aléas du métier tout en soulignant que les récents abandons sont sans doute intervenus dans les pires moments, puisque sur des tracés où la R.S.20 se montrait performante.

"Ce genre de choses arrive en sport automobile, malheureusement", constate-t-il froidement. "C'est arrivé lorsque nous étions en bonne position pour marquer de gros points. Alors il est certain qu'il nous manque quelques bons résultats. J'étais en passe de faire un top 5 au Nürburgring. Mais nous travaillons dur sur la fiabilité et elle était bonne en début d'année. Bien sûr il s'est passé des choses récemment, mais dans l'ensemble, notre package est plutôt costaud et les performances ont énormément progressé depuis le début de la saison. Même si j'ai abandonné, c'était génial de voir Daniel réussir à placer la voiture sur le podium. C'était un soulagement pour toute l'équipe, ça faisait tellement longtemps qu'ils n'avaient pas fait de podium. Ce serait génial d'en vivre davantage en cette fin de saison, et je vais essayer d'y arriver de mon côté."

partages
commentaires
Russell assure qu'il sera chez Williams en 2021 malgré la rumeur Pérez
Article précédent

Russell assure qu'il sera chez Williams en 2021 malgré la rumeur Pérez

Article suivant

Photos - Le paddock F1 découvre Portimão

Photos - Le paddock F1 découvre Portimão
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021