Pérez : "Si quelqu'un doit partir, c'est évident..."

S'il s'accroche à son contrat, Sergio Pérez a conscience d'être la victime expiatoire en cas d'arrivée de Sebastian Vettel chez Racing Point.

Pérez : "Si quelqu'un doit partir, c'est évident..."

Affirmant dès jeudi dernier que tout pouvait arriver en Formule 1, Sergio Pérez est le premier à ne pas écarter l'hypothèse de perdre son baquet au profit de Sebastian Vettel chez Racing Point la saison prochaine. S'il dispose d'un contrat, le Mexicain rappelle que cela ne garantit pas tout et juge évident qu'il sera le pilote menacé si jamais son équipe veut recruter le quadruple Champion du monde.

Il se dit que Vettel a reçu une proposition de Racing Point pour 2021, ce que l'intéressé a relativisé tout en admettant qu'il y avait eu jusqu'à présent de "vagues discussions" avec la structure qui deviendra Aston Martin F1 dans quelques mois. En fin de contrat chez Ferrari, Vettel ne sait pas encore s'il continuera sa carrière mais a peu d'options qui s'offrent à lui s'il veut poursuivre.

Lire aussi :

Si Racing Point franchit le pas de s'offrir un pilote de ce calibre, il faudra sacrifier Pérez ou Lance Stroll. L'écurie appartenant au père du pilote canadien, Lawrence Stroll, la victime semble toute désignée… "Je pense que si quelqu'un doit partir, c'est évident", a confié Pérez dans une interview accordée à Movistar+ F1. "Je suis père de famille, je ne mettrais pas mon fils dehors, mais je ne peux pas dire grand-chose. Il y a beaucoup de rumeurs. De mon côté, rien, tout reste pareil. J'ai un contrat avec l'équipe."

Pérez a révélé la semaine dernière avoir été approché par une autre écurie du plateau en vue de la saison prochaine, ce qui a alimenté davantage les spéculations. Il y a quelques mois, il a signé un contrat jusque fin 2022 avec Racing Point, mais celui-ci comporterait une clause permettant à l'écurie de s'en séparer. Sans entrer dans les détails, celui qui évolue dans la même équipe depuis 2014 ne nie pas cette information.

"Dans tous les contrats, il y a toujours des clauses", souligne-t-il. "C'est un peu lié au sponsoring. Cela peut ouvrir cette clause. Mais nous travaillons dur avec tous nos sponsors pour que ça n'arrive pas. Je dirais que ça ne dépend pas d'un seul sponsor, c'est davantage une question globale."

Avec Luis Ramírez  

partages
commentaires
Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon

Article précédent

Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon

Article suivant

Dans le secret des évolutions techniques F1 en Hongrie

Dans le secret des évolutions techniques F1 en Hongrie
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021