Pirelli augmente les pressions de pneus minimales au GP de Turquie

Après l'étude des données issues des premiers essais libres de ce vendredi, Pirelli a décidé d'augmenter les pressions minimales des pneus au GP de Turquie.

Pirelli augmente les pressions de pneus minimales au GP de Turquie
Charger le lecteur audio

La réglementation autorise Pirelli à rehausser les pressions minimales imposées pour les pneus en cours de week-end et c'est ce que le manufacturier italien a décidé de faire à Istanbul, une piste qui n'avait plus été empruntée par la F1 depuis 2011. Ainsi, les pressions minimum pour l'ensemble des pneus (slicks, intermédiaires, pluie) ont été augmentées de 1 psi à l'avant (ce qui donne désormais 24 psi minimum pour les pneus sec) et à l'arrière (21 psi minimum pour les pneus sec).

"Nous avons décidé d'augmenter un peu les pressions juste parce que sur la télémétrie d'hier nous avons constaté des charges importantes, même si le niveau d'adhérence était faible", a expliqué un porte-parole de Pirelli à Motorsport.com. "Si pendant le week-end le grip s'améliore, ce qui est possible, les charges vont également augmenter."

Lire aussi :

Voici donc une variable de plus avec laquelle les écuries et les pilotes vont devoir composer sur un tracé particulièrement glissant et sur lequel la pluie est tombée dans la nuit de vendredi à samedi, ce qui pourrait bien avoir nettoyé la piste de la gomme qui s'était déposée. À l'heure d'écrire ces lignes, des averses sont encore présentes et devraient donc garantir un roulage au moins en partie sur piste humide lors des derniers essais libres.

Le directeur de la compétition de Pirelli, Mario Isola, a mis en avant vendredi soir le fait que les pilotes avaient du mal à faire suffisamment monter leurs pneus en température pour qu'ils atteignent la fenêtre de fonctionnement idéale. "Il est plus difficile de chauffer les pneus parce que vous ne générez pas de chaleur, vous ne mettez pas d'énergie et donc vous ne pouvez pas générer d'adhérence. Bien sûr, la chauffe est difficile parce qu'ils glissent beaucoup."

"Ce n'est pas seulement le pneu avant. Souvenez-vous que sur beaucoup de circuits, nous disons que le pneu avant est particulièrement compliqué parce qu'il est difficile de mettre de l'énergie dans les pneus avant, alors qu'à l'arrière, c'est plus simple, vous pouvez vous servir de la traction pour les chauffer. Ici, on dirait qu'ils glissent sur les quatre pneus. Donc ils ne peuvent pas générer de grip."

La nouvelle surface lisse a en sus compliqué la donne. "Habituellement, quand nous avons un nouveau tarmac, vous avez beaucoup d'adhérence agressive, et cette adhérence agressive comble l'écart entre les composés. Vous avez les propriétés agressives du composé qui correspondent à la surface du tarmac."

"Le bitume et ce genre de choses génèrent donc cette adhérence agressive, [mais] c'est quelque chose que nous ne pouvons pas voir ici. Probablement parce que le niveau d'adhérence est si faible qu'ils ne sont pas capables de produire l'adhérence nécessaire pour mettre de l'énergie dans les pneus, pour chauffer le pneu et pour mettre les pneus en action."

partages
commentaires

Voir aussi :

Red Bull veut une décision rapide pour sa motorisation 2022
Article précédent

Red Bull veut une décision rapide pour sa motorisation 2022

Article suivant

EL3 - Verstappen toujours en tête sur une piste indigne de la F1

EL3 - Verstappen toujours en tête sur une piste indigne de la F1
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021