Pirelli opposé à deux arrêts obligatoires en F1

Mario Isola, responsable Pirelli F1, est opposé à plusieurs propositions faites pour tenter d'apporter du spectacle en F1, comme une restriction de l'usage de certains mélanges sur les week-ends de course en essais libres, ou encore l'obligation des équipes d'observer deux arrêts en course.

Pirelli opposé à deux arrêts obligatoires en F1

Parmi les nombreuses propositions ayant été faites lors des récentes réunions visant à trouver des solutions pour apporter plus de spectacle en course, il a été suggéré que les pilotes puissent être limités dans l'usage de l'un des trois mélanges disponibles au cours du week-end pendant les essais libres. Le but ? Créer de l'incertitude sur la manière d'utiliser au mieux chaque composé le jour de la course, en l'absence de données.

Un scénario de ce type s'est déjà produit par la force des choses en quelques occasions, comme lorsque la pluie a empêché les équipes de rouler en essais libres avec tous les types de composés avant d'arriver au jour de course ; ou lorsqu'un pilote ne dispose que d'un train de pneus durs pour tout le week-end et se garde de les passer le vendredi et le samedi.

Lire aussi :

L'idée, cependant, ne réjouit pas Pirelli, qui craint d'une part pour son image de marque en cas de mauvaise maîtrise par les teams des pneus, ainsi que pour la sécurité. "En 2021, nous aurons des pneus totalement nouveaux, ce qui fait que les équipes auront aussi besoin de temps pour les comprendre. Il y a eu des discussions au sujet de la possibilité d'utiliser seulement certains composés spécifiques en essais libres et de ne pas donner l'opportunité aux équipes de collecter trop d'informations dans le but d'apporter un caractère d'imprévisibilité pour la course du dimanche", relate Isola.

"Mais cela signifie que les équipes avec de jeunes pilotes ont un gros désavantage. C'est peut-être possible en 2020, car nous aurons une taille et un type de pneus bien connus des équipes, mais pas en 2021, avec les pneus 18 pouces et des voitures totalement nouvelles. Nous entrons dans le domaine de l'inconnue et cela signifie que ce sera très, très difficile pour les jeunes pilotes. Ils n'ont plus de tests, ou seulement des tests limités, et en plus de cela, s'ils ne peuvent pas utiliser trois types de mélanges en essais, on peut aisément imaginer à quel point ce sera difficile pour eux."

Contre le fait d'imposer deux arrêts en course

Isola n'aime pas plus la proposition de forcer les pilotes à utiliser les trois types de pneus sur chaque Grand Prix, au lieu de deux comme actuellement. Cela reviendrait à forcer les équipes à réaliser au minimum deux arrêts sur chaque course.

"Il y a eu une discussion à ce sujet. Mon sentiment sur ceci est que ça ne sera pas approuvé car en plus de fournir des contraintes additionnelles pour utiliser les trois mélanges, il faut pousser les équipes à toutes aller dans la même direction. Si l'objectif est d'avoir des stratégies différentes, nous ne prenons pas la bonne direction pour que ce soit le cas en imposant l'utilisation des trois mélanges."

Lire aussi :

Toujours autour des pneus, l'une des éventualités discutées serait de permettre aux équipes de disposer d'une liberté totale dans le choix des cinq mélanges de la gamme Pirelli, au lieu de ne disposer que de trois options par week-end. "Il s'agit d'une autre discussion", souffle Isola. "Nous avons proposé notre disposition à fournir des choix supplémentaires et en gros laisser les équipes décider ce qu'elles veulent."

"Peut-être que sur certaines courses, il faudra imposer une limite, car si l'on utilise le C4 à Suzuka ou Silverstone, cela pourrait être un choix agressif", poursuit-il, revivant le spectre des explosions de pneumatiques vues il y a quelques années lorsque les équipes poussaient les pressions d'exploitation et l'endurance de la trame des gommes au-delà des limites du raisonnable. "Peut-être que des équipes le feraient pour se trouver en meilleure position en qualifications, mais la course serait impactée car ils ne pourraient rouler que trois ou quatre tours compte tenu de la sévérité du circuit."

 

partages
commentaires
Le programme TV du Grand Prix de Russie
Article précédent

Le programme TV du Grand Prix de Russie

Article suivant

La base de données de la FIA désormais accessible aux fans !

La base de données de la FIA désormais accessible aux fans !
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021