Des objectifs plus clairs mais très tardifs sur les pneus Pirelli 2020

La F1 ne rend pas la vie de Pirelli facile pour la production de pneus offrant plus de spectacle en 2020, tant dans les spécifications techniques requises que dans les délais donnés pour les produire...

Des objectifs plus clairs mais très tardifs sur les pneus Pirelli 2020

Une lettre d'intention spécifiant les besoins requis à l'égard de Pirelli pour produire des pneus F1 2020 plus endurants a circulé il y a quelques jours après que la discipline a tardivement décidé vouloir emprunter cette direction. Si la société italienne soutient pleinement tout changement de cahier des charges de la Formule 1 en qualité de fournisseur unique et s'est déjà dit prête à suivre n'importe quel type de requête, elle n'a pas non plus fait de secret quant au fait qu'elle doit désormais faire face à un "grand défi" pour préparer ce qui est sollicité et que le flou relatif des directives produites jusqu'à présent ne rend pas la réalisation d'objectifs – pour le moment grossiers – facile.

Le programme de tests 2020 de Pirelli a déjà pu compter sur la participation de neuf équipes au cours de quatre séances distinctes à Bahreïn, Barcelone, sur le Red Bull Ring et à Silverstone. Le but des séances consistait majoritairement à se concentrer sur la création d'une fenêtre de fonctionnement élargie et la génération de moins de surchauffe, compte tenu du fait que la discipline reine n'avait jusqu'à présent pas demandé au manufacturier milanais de se concentrer sur l'endurance des pneus...

Lire aussi :

La F1 en attend beaucoup mais donne peu d'indications

Pirelli n'a désormais plus qu'une seule séance, les 12 et 13 septembre, prévue sur le Paul Ricard avec Mercedes uniquement, pour tester des pneus à faible dégradation. Seulement quelques semaines plus tard, le fournisseur italien devra déjà fournir des produits 2020 définitifs pour faire rouler toutes les équipes lors des tests qui se tiendront dans la semaine suivant le Grand Prix d'Abu Dhabi.

Pour l'heure, Pirelli ne peut que travailler que dans le flou : il reste encore à la F1 à définir de manière formelle les requêtes en termes de dégradation, de fenêtre de fonctionnement, de chauffe et de delta de performance des mélanges : tout ceci sera entériné au cours du Grand Prix de Hongrie par toutes les parties concernées, espère Pirelli.

"Le consensus général semble se porter sur des pneus à faible dégradation", confirme Mario Isola, patron de Pirelli F1. "Une dégradation faible n'est cependant pas [une information] suffisante pour nous : cela pourrait être une faible dégradation à mes yeux et pas aux vôtres, par exemple ! Il nous faut donc comprendre quel est le chiffre correspondant à une dégradation faible, ainsi que le delta de temps au tour attendu entre les différents composés."

Lire aussi :

L'incertitude de Pirelli sur ce qui doit être fourni pour l'an prochain va jusqu'au nombre de composés par week-end de Grand Prix... "S'il n'y a pas de modifications dans les règles sportives pour la saison prochaine, cela signifie que nous allons amener trois composés par événement et il nous faut pouvoir nous préparer à ce que sont les temps au tour attendus entre les trois mélanges, leur niveau de dégradation ; la réduction de la surchauffe est une demande provenant des pilotes, et il y a la fenêtre de fonctionnement. Ce sont les principaux objectifs pour l'année prochaine."

"Nous progressons et avons besoin d'accélérer cette progression car nous n'avons pas beaucoup de temps. Il nous faut donc être certains à 100% de ce qui est attendu très prochainement ; clairement avant la pause estivale. Je crois que nous aurons un brouillon des objectifs qui pourra, je l'espère, circuler auprès de toutes les équipes avant la Hongrie. Puis j'espère que l'on pourra sceller ceci."

Des pneus Pirelli

Un programme 2020 presque bouclé avant les changements de la F1

En toute diplomatie, Isola se permet tout de même de faire savoir que le fait que la FIA et Liberty Media se soient décidés à envisager de nouvelles requêtes pneumatiques pour 2020 si tard dans la saison 2019 ne rend pas la tâche évidente pour Pirelli, qui avait quasiment bouclé l'intégralité de son programme de tests et développement pour les pneus 2020.

"C'est différent, car on parle d'une réduction de la surchauffe tout comme d'une plus large fenêtre depuis longtemps. Mais réduire le niveau de dégradation est quelque chose de nouveau. Je ne suis pas certain à 100% que nous ayons dans notre gamme de composés possibles ce qu'ils désirent ; auquel cas, nous devons développer quelque chose de nouveau. Nous n'avons plus qu'une session pour les pneus 2020, au milieu du mois de septembre, au Paul Ricard. C'est un gros défi, et j'espère que nous allons déjà dans la bonne direction avec le développement fait jusqu'à présent, mais il nous faut être sûrs à 100%. Une séance, ce n'est pas beaucoup ! Il faut y aller pas à pas. Maintenant, le plus urgent est de boucler le plan de route, puis de valider le développement en septembre et arriver à une conclusion."

Lire aussi :

Isola se rassure en sachant que les spécifications requises dans le bon de commande à venir seront enfin plus précises techniquement parlant. Les demandes seront aussi plus encadrées que celles faites sur les pneus des trois dernières saisons.

"C'est un nouveau plan de route, plus complet que la première version produite en 2016 pour 2017-2018-2019. Nous travaillons maintenant sur une nouvelle version. Bien évidemment, nous faisons des intégrations plus précises dans celui-ci grâce à l'expérience de l'ancienne. Être plus précis signifie que nous disposons d'objectifs plus clairs, et qu'il nous faudra faire de notre mieux pour tous les atteindre. Je ne peux pas signer maintenant et dire que l'on va tous les atteindre, mais au moins nous aurons une direction claire sur laquelle tout le monde sera d'accord. Sinon, nous allons continuer à recevoir des requêtes différentes de personnes différentes et n'arriverons jamais à une vue commune."

partages
commentaires
Un ingénieur Ferrari nommé responsable aéro d'Alfa Romeo

Article précédent

Un ingénieur Ferrari nommé responsable aéro d'Alfa Romeo

Article suivant

Ricciardo en désaccord avec Hülkenberg sur la stagnation de Renault

Ricciardo en désaccord avec Hülkenberg sur la stagnation de Renault
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021