Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

La F1 prête à abandonner les pneus à forte dégradation

partages
commentaires
La F1 prête à abandonner les pneus à forte dégradation
Par :
19 juil. 2019 à 08:45

La Formule 1 devrait abandonner l'idée d'avoir des pneus avec une forte dégradation à partir de 2021, date à laquelle la discipline doit entrer dans une nouvelle ère avec notamment une nouvelle réglementation technique articulée autour de l'effet de sol.

Les dirigeants de la Formule 1 semblent désormais convaincus qu'il ne s'agit plus de la voie à suivre, alors qu'elle a été plébiscitée depuis l'arrivée de Pirelli en 2011, avec un cahier des charges très précis à ce sujet. Lorsqu'ils ont révélé les principes de base de la future réglementation, qui doit encore faire l'objet d'un accord avec les équipes pour espérer une ratification en octobre prochain, Liberty Media et la FIA ont évoqué une nouvelle approche pneumatique. La volonté est de redonner aux pilotes des pneus leur permettant d'attaquer plus fort et plus longtemps en course. "Nous voulons des pneus qui permettent de se battre sans se dégrader, ou sans donner simplement un court intervalle d'attaque pour celui qui tente", explique Nikolas Tombazis, responsable technique monoplace à la FIA. "Les pneus actuels sont le produit de ce qui leur a été demandé [à Pirelli], et je pense que nous devons leur demander des choses différentes d'auparavant."

Lire aussi :

Directeur technique de la F1, Pat Symonds confirme à son tour que des discussions sérieuses ont été entamées avec Pirelli afin de travailler sur le sujet. "Par le passé, nous avons peut-être demandé de mauvaises choses", confesse-t-il. "C'est un problème très complexe, mais c'est quelque chose sur quoi nous n'avons pas encore d'idée claire. Nous faisons de nombreuses simulations et il y a plusieurs choses que l'on peut faire, mais nous croyons que les arrêts au stand sont importants en F1. Nous savons que nos fans aiment ces arrêts de deux à trois secondes, donc nous voulons en voir à un certain niveau. Peut-être qu'une chose simple à faire serait d'avoir un pneu type Le Mans qui peut tenir encore et encore, mais on perdrait les arrêts au stand. J'ai passé beaucoup de temps à discuter avec certaines équipes qui nous aident avec les simulations, mais c'est un sujet difficile. Je suis complètement d'accord avec Nikolas : nous demandions des choses totalement mauvaises à Pirelli ces dernières années. La cible de dégradation élevée n'était pas la façon de faire, je crois."

Pirelli prêt à se conformer à une nouvelle approche

Charles Leclerc, Ferrari SF90, à la lutte avec Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10

Le but recherché jusqu'à présent avec cette forte dégradation est de produire des différentiels importants entre les temps au tour et d'ouvrir des opportunités de dépassement. Mais l'un des effets indésirables se situe au niveau de la surchauffe des gommes quand une monoplace tente d'attaquer une autre, ce qui a finalement un effet néfaste pour la course. Pirelli a toujours rappelé que son approche était clairement conditionnée par les exigences formulées dans le cahier des charges, et qu'un changement était parfaitement envisageable si la F1 le demandait.

Lire aussi :

"Comme toujours, notre approche est de faire ce que la F1 attend de nous, donc si nous devons modifier les objectifs pour 2021, nous devons le savoir assez vite car nous allons débuter le développement de ces pneus", précise à Motorsport.com Mario Isola, directeur de Pirelli F1. "Si la F1 veut aller vers des pneus avec moins de dégradation, avoir un plus gros écart de performance ou toute autre idée, nous serons ravis d'aller dans cette direction si c'est faisable."

"Nous avons un groupe de recherches avec la F1 et la FIA, et nous avons eu plusieurs réunions avec eux pour comprendre quelle est la bonne direction à prendre. Ensuite, nous devons impliquer les équipes et les pilotes pour être certaines à 100% que nous allons dans le bon sens. Nous devons impliquer les équipes car ils ont des spécialistes de la stratégie pour comprendre si c'est la bonne voie, et les pilotes car ils sont au volant des voitures et ils savent exactement ce qu'ils veulent. Il est important que nous soyons sur la même longueur d'onde."

Propos recueillis par Jonathan Noble  

Article suivant
McLaren : "Maintenir cette tendance positive"

Article précédent

McLaren : "Maintenir cette tendance positive"

Article suivant

Le tout premier "Stig" fait son retour en compétition officielle

Le tout premier "Stig" fait son retour en compétition officielle
Charger les commentaires