Pourquoi Schumacher est encore à Grenoble

partages
commentaires
Pourquoi Schumacher est encore à Grenoble
25 mars 2014 à 15:23

Le Dr Gary Hartstein, ancien Délégué Médical de la FIA, a une nouvelle fois proposé son analyse sur la situation médicale de Michael Schumacher, ainsi qu’un éclaircissement sur des termes de vocabulaire médical que l’on pourrait (malheureusement) voir prochainement au sujet du Septuple Champion du Monde de F1

Le Dr Gary Hartstein, ancien Délégué Médical de la FIA, a une nouvelle fois proposé son analyse sur la situation médicale de Michael Schumacher, ainsi qu’un éclaircissement sur des termes de vocabulaire médical que l’on pourrait (malheureusement) voir prochainement au sujet du Septuple Champion du Monde de F1.

Parmi les sujets argumentés dans sa longue analyse, le Dr Hartstein détaille les raisons pour lesquelles l’entourage de Schumacher a pu choisir de maintenir l’Allemand à l’unité de soins de Grenoble, plutôt que de le rapatrier vers une autre clinique.

« Certains facteurs doivent être considérés. Premièrement, d’un point de vue médical : le patient peut être transféré relativement loin, une fois sorti de la phase mettant sa vie en danger avec une pression intracrânienne élevée […] », explique Hartstein, qui décrit donc la situation comme un choix.

Le transfert doit être préparé avec attention, mais même de longues heures de vol sont possibles avec des patients intubés et ventilés comme Schumacher. Pourquoi est-il donc encore à Grenoble ?

"Je me base sur la notion selon laquelle Michael est toujours dans l’unité de Soins Intensifs, et qu’il est toujours ventilé", commence l'ex-délégué médical de la FIA. "Cela montre tout d’abord clairement que son entourage est totalement en confiance quant à la qualité des soins reçus par Michael. Il est important de se souvenir que les lits en Unité de Soins Intensifs sont une ressource très limitée. Cela requiert un tri – en décidant qui a les meilleures chances de progresser en étant admis dans l’unité-. Les patients […] dépendant de la technologie (ventilateur) pour rester en vie, comme Michael, sont un problème énorme pour le personnel.

Au fur et à mesure que le temps passe, il devient de moins en moins sûr que Michael n’émerge de façon significatrice. Dès lors, je pense qu’il est inévitable qu’en cas de statu quo prolongé, l’équipe de l’Unité de Soins Intensifs ne décide qu’un patient ayant besoin d’être admis n’ait un plus grand besoin de lit que Michael, compte tenu de sa situation clinique et de son pronostic".

Hartstein se montre cependant rassurant concernant les conditions de soins dans lesquelles un patient sortant de l’Unité Intensive se retrouve dans ces cas-là. Cela peut être « une clinique, ou un environnement similaire à une Unité de Soins Intensifs, que son entourage pourrait aménager comme son domicile ».

Prochain article Formule 1
Sepang, un bon test pour les nouvelles F1 selon Hülkenberg

Article précédent

Sepang, un bon test pour les nouvelles F1 selon Hülkenberg

Article suivant

La perte de poids de Schumacher relativisée par le Dr Hartstein

La perte de poids de Schumacher relativisée par le Dr Hartstein

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Type d'article Actualités