Quelles primes recevront les équipes en 2017 ?

La troisième place de Ferrari au championnat des constructeurs 2016 ne va pas empêcher la Scuderia de recevoir davantage de primes que toutes les autres écuries pour cette saison. C'est ce que Motorsport.com est en mesure de révéler.

Quelles primes recevront les équipes en 2017 ?

N.B. - Tous les chiffres donnés dans cet article sont arrondis pour des questions de simplicité et donnés en dollars américains. À titre d'information, le taux de change au 8 mai 2017 est le suivant : 1$ = 0,91€.

Au début de chaque saison, Formula One Management projette des revenus provenant de trois sources différentes : les frais d'inscription payés par les circuits, les droits médias et tout ce qui comprend les hospitalités et les sponsors en piste.

Le chiffre d'affaires 2016 de la FOM est estimé à 1,83 milliard de dollars, tandis que les revenus sous-jacents sont estimés à 1,38 milliard. Environ 68% des revenus sous-jacents sont redistribués aux écuries, ce qui représente 940M$. C'est 3,5% de moins que l'an dernier : les dépenses liées aux marketing devraient augmenter en raison de la stratégie de Liberty Media pour la F1, tandis que le nombre de Grands Prix est passé à 20 au lieu de 21, ce qui représente également une réduction des revenus.

Les revenus sont répartis entre les dix équipes avec neuf paiement mensuels à partir d'avril et un dernier chèque début 2018 lorsque les sommes définitives auront été calculées. Les primes reçues par chaque équipe sont le fruit d'une série de facteurs qui comprennent leur position au cours de la saison en question, leurs succès passés et les accords spéciaux.

Le tableau ci-dessous, que Motorsport.com s'est procuré, détaille la répartition – disproportionnée – de ces revenus.

Revenus FOM des équipes suite à la saison 2016, en millions de dollars

Équipe  Col 1  Col 2  Col 1+2  EH*  BCC**  Autres  Total  2016 ± Champ.
 Ferrari  36  41 (13%)  77  68  35   180  -9%  3e
 Mercedes   36  61 (19%)  97    39  35 171  -  1er
 Red Bull   36  52 (16%)  88    39  35 161  +12%  2e
 McLaren   36  31 (9%)  67    30   97  +18%  6e
 Williams   36  33 (10%)  69       10*** 79  -9%  5e
 Force India   36  36 (11%)  72       72  +7%  4e
 Toro Rosso   36  23 (7%)  59       59  +3%  7e
 Renault   36  16 (5%)  52       52  -19%  9e
 Sauber   36  13 (4%)  49       49  -10%  10e
 Haas  ****    19 (6%)  19       19  -  8e
 Total  324,5  324,5  649  68  143  80 940  -3,5%  

Notes : * Écurie Historique -** Bonus Championnat Constructeurs -*** Bonus Héritage -**** Haas ne sera éligible pour la Colonne 1 qu'à la fin de sa deuxième saison

Les paiements de la Colonne 1 sont simples : chaque équipe reçoit 36M$ si elle s'est classée dans le top 10 du championnat des constructeurs lors de deux des trois dernières saisons. Tous les teams y sont éligibles, sauf Haas, qui n'est évidemment en Formule 1 que depuis un an. Si Manor avait survécu, ce chiffre aurait été de 32,5M$ seulement, mais la faillite de l'équipe permet aux neuf autres structures éligibles de se répartir cette somme.

La Colonne 2, quant à elle, se base sur la position de chaque équipe au championnat des constructeurs 2016. Il faut se classer dans le top 10 pour y être éligible, mais Manor, 11e l'an passé, n'est évidemment plus présent. L'écurie sacrée championne reçoit 19% de ce fonds, tandis que l'équipe classée dixième n'a droit qu'à 4%.

Ferrari, Mercedes, Red Bull et McLaren bénéficient d'accords séparés pour des primes supplémentaires liées à leurs performances récurrentes au championnat des constructeurs. La Scuderia s'octroie également un bonus de longue date lié à son statut, alors que Williams dispose de son propre accord récompensant son héritage.

Red Bull reçoit un paiement supplémentaire de 35M$, ayant été la première équipe à signer l'accord bilatéral actuel, qui s'étend jusqu'en 2020. Depuis que les Flèches d'Argent ont atteint l'objectif de deux titres mondiaux, Mercedes obtient une prime de 35M$ également.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13

Ferrari reçoit donc un total de 180M$, ce qui représente 19,15% des revenus totaux, mais 12M$ de moins que l'an passé. C'est néanmoins 108M$ de plus que Force India, qui n'a fini qu'une place derrière la Scuderia au championnat des constructeurs 2016. Mercedes a remporté les deux titres mondiaux pour une troisième année de suite... mais reçoit quand même 9M$ de moins que Ferrari. Quand aux équipes Force India et Williams, elles se sont classées devant McLaren au championnat, mais reçoivent moins d'argent en raison du bonus accordé à l'écurie de Woking.

Si ces revenus étaient partagés équitablement, chaque équipe recevrait 94M$. C'est 86M$ de moins que ce qu'obtient Ferrari pour 2017, mais 45M$ de plus que les primes octroyées à Sauber.

Motorsport.com a contacté le Formula One Group pour connaître la raison de ces primes légèrement moins élevées qu'auparavant, mais son porte-parole a refusé tout commentaire.

partages
commentaires
Haas va garder les freins Brembo à Barcelone
Article précédent

Haas va garder les freins Brembo à Barcelone

Article suivant

Hamilton n'a "aucun regret" au sujet des tests de pneus 2017

Hamilton n'a "aucun regret" au sujet des tests de pneus 2017
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021