Räikkönen engrange malgré une petite déception

Bien qu'il estime que le résultat décroché à Shanghai ne soit pas le meilleur possible, Kimi Räikkönen poursuit sa moisson de points en ce début de saison avec Alfa Romeo.

Räikkönen engrange malgré une petite déception
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Du soutien de la part du public pour Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing
Des étincelles sortent de la voiture de Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing
Lando Norris, McLaren MCL34, devant Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38, à la lutte avec Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing
Charger le lecteur audio

Animateur du début de course à Shanghai, après avoir été privé de top 10 en qualifications suite à un problème moteur samedi, Kimi Räikkönen a ramené des points importants pour Alfa Romeo. Neuvième à l'arrivée, le Champion du monde 2007 a signé sa troisième arrivée consécutive dans la zone des points, qu'il est pour le moment toujours le seul à offrir à son écurie. Néanmoins, le Finlandais a clairement le sentiment qu'un meilleur résultat était accessible, après avoir échoué non loin de la Racing Point de Sergio Pérez et de la Renault de Daniel Ricciardo. Bien décidé à attaquer les deux pilotes devant lui en fin de course, il a finalement subi une perte de température dans ses gommes, ce qui l'en a empêché.

Voir aussi :

"Nous avons au moins pris quelques points, et c'est sûr que c'est mieux qu'hier [samedi]", explique Räikkönen à Motorsport.com. "La voiture se comportait plutôt bien, mais à la fin j'ai perdu de la température au niveau de mes pneus avant. Je pense que l'usure de mes gommes était très bonne, mais ils sont devenus trop froids et j'ai perdu du grip à l'avant, donc je ne pouvais plus attaquer. C'est un peu dommage car j'ai le sentiment que nous aurions pu rattraper facilement les autres voitures, mais ça n'a pas fonctionné à la fin." 

Giovinazzi toujours bredouille

Malgré cette pointe de déception, Räikkönen confirme un début de saison solide avec déjà 12 unités au compteur. À lui seul, il place ainsi Alfa Romeo au cinquième rang du championnat constructeurs, à égalité avec Renault. Il occupe par ailleurs la septième place chez les pilotes, symbolique puisque considérée comme celle du "meilleur des autres" derrière les six pilotes des écuries de pointe.

Ce bilan tranche inévitablement avec celui de son coéquipier Antonio Giovinazzi, toujours en quête de ses premiers points. L'Italien n'a toutefois pas grand-chose à se reprocher au terme d'un week-end qui n'a pas manqué de l'accabler en matière de problèmes techniques. Parti 19e sur la grille, il a pris la 15e place à l'arrivée.

"Franchement, je crois que la Chine n'était pas mon week-end", déplore-t-il. "C'était un week-end difficile, et aujourd'hui nous avons essayé d'appliquer une stratégie différente par rapport aux autres, pour essayer de gagner des places, mais au final ça n'a pas marché. C'est comme ça, et je veux juste être à Bakou."

partages
commentaires
Troisième problème de fiabilité en deux GP chez Renault
Article précédent

Troisième problème de fiabilité en deux GP chez Renault

Article suivant

Renault : "Ça doit s'arrêter dès que possible"

Renault : "Ça doit s'arrêter dès que possible"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021