Recrutement de Mekies : McLaren en colère contre Ferrari

Le recrutement par Ferrari de Laurent Mekies, directeur de course adjoint de la F1, ne manque pas de faire polémique dans le paddock, notamment chez McLaren.

Délégué sécurité de la FIA et directeur de course adjoint de la Formule 1 et de la Formule 2 aux côtés de Charlie Whiting, Mekies va quitter ce poste et rejoindra la Scuderia Ferrari dans six mois à peine, le 20 septembre. Il évoluera sous la supervision du directeur technique Mattia Binotto.

Si ce recrutement crée la controverse, c'est à cause de l'affaire Marcin Budkowski. En septembre 2017, ce dernier avait démissionné de son rôle de directeur du département technique de la FIA pour rejoindre Renault avec une période d'inactivité forcée de seulement trois mois – le Losange acceptant ensuite de différer l'arrivée du Polonais à avril 2018.

Pour éviter qu'un dirigeant de la FIA ou de la F1 n'emporte tous les secrets des écuries avec lui à l'avenir, un accord tacite avait été trouvé entre les équipes pour qu'aucun recrutement ne soit fait sans période d'inactivité forcée de 12 mois. Manifestement, ce ne sera pas le cas pour Mekies, et certains se sentent trahis.

"Nous sommes très mécontents de la FIA, qui a encore perdu un employé clé au profit d'une écurie", déclare Éric Boullier, directeur de la compétition chez McLaren, pour Motorsport.com. "Surtout après que toutes les équipes ont accepté lors de la dernière réunion du Groupe Stratégique qu'aucun technicien clé de la FIA ne soit recruté par une écurie moins de 12 mois après avoir quitté la FIA. Ferrari est allé à l'encontre de cet accord tacite, que la FIA n'a pas fait respecter."

Certaines écuries ont relayé une opinion similaire en privé, mais ne se sont pas officiellement exprimées à ce sujet.

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités