Renault doit "accepter que les choses prennent du temps"

Renault n'éprouve pas de "honte" à l'idée de perdre son duel face à McLaren cette année, mais sait sur quels points travailler afin de retrouver un rang supérieur en Formule 1.

Renault doit "accepter que les choses prennent du temps"

À deux Grands Prix de la fin de la saison, Renault compte 38 points de retard sur McLaren et devrait, sauf incroyable retournement de situation, perdre sa quatrième place au championnat constructeurs. Acquise l'an dernier, cette position avait pour but d'être confortée en 2019 tout en comblant l'écart avec les écuries de pointe. Le constructeur français a déjà reconnu son échec dans la quête de ces objectifs, mais refuse néanmoins de tout jeter au terme d'un championnat qui aura pris pour lui des airs de montagnes russes. Certes, être battu par une écurie qui utilise la même motorisation est un camouflet, surtout pour le département châssis à Enstone, mais Cyril Abiteboul relativise.

Lire aussi :

"C'est un fait, McLaren a fait une meilleure voiture que nous, un meilleur châssis", reconnaît le directeur général de Renault F1 auprès de Motorsport.com. "Je n'ai pas honte de me battre contre McLaren. Cela reste une équipe fantastique et un grand nom en F1. Nous devons juste accepter que les choses prennent du temps, que nous aimions ça ou non. La F1 est dure, et en effet, le fait est que nous nous améliorons dans la compréhension de la voiture et que nous sommes capables de faire mieux avec les réglages, car il n'y a pas de développement de la voiture, elle n'a pas changé depuis un moment."

Des qualifications problématiques

Renault a en effet signé un résultat très encourageant à Austin le week-end dernier grâce à la sixième place de Daniel Ricciardo, jumelée à la neuvième de Nico Hülkenberg. Parmi les incompréhensions qui persistent et qui doivent être réglées pour préparer 2020 figure la différence de rythme qu'affiche la R.S.19 en qualifications et en course.

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S.19

"Ils [McLaren] sont bien plus rapides que nous le samedi en qualifications, d'au moins une demi-seconde, mais le dimanche nous sommes bien plus proches, et meilleurs qu'eux en fait", constate Cyril Abiteboul. "C'était le cas aux États-Unis, au Mexique, et également à Suzuka, même si ça ne se voyait pas en raison de notre position sur la grille et de la stratégie, ainsi qu'avec ce qui s'est passé après la course [disqualification des deux pilotes]. Nous savons donc sur quoi nous concentrer. Ceci étant dit, nous savons que les qualifications démontrent le rythme et les limites de la voiture. Notre auto a des caractéristiques qui ne sont pas agréables lorsqu'on la pousse au maximum. Mais en course, quand on commence à gérer, les choses sont bien meilleures."

Ce constat n'est pas nouveau chez Renault, et il est partagé par les pilotes. Que ce soit à Mexico ou à Austin, Daniel Ricciardo a démontre que la monoplace avait le potentiel pour aller chercher des points de manière plus régulière.

"Je dirais que sur un tour, je ressens qu'en regardant les caméras embarquées des McLaren, ils semblent en mesure d'extraire plus facilement un chrono", admet le pilote australien. "Il semble que la fenêtre [de performance] soit un peu plus large pour eux et que c'est la raison pour laquelle nous ne sommes pas toujours en mesure d'extraire le meilleur de la nôtre en qualifications. Pour faire court, je dirais que c'est plus simple pour nous de faire une erreur ou de ne pas avoir le réglage au top. Mais ensuite, sur la course, une fois que tout se détend sur le rythme et que vous n'êtes plus à la limite sur le pneu, c'est là que nous sommes en mesure d'étendre naturellement la fenêtre pour un [bon] rythme. Je pense que c'est la raison pour laquelle nous sommes en mesure de revenir un petit peu sur eux."

Propos recueillis par Jonathan Noble  

partages
commentaires
Combien de GP en F1 ? "Pas de chiffre magique", répond Carey

Article précédent

Combien de GP en F1 ? "Pas de chiffre magique", répond Carey

Article suivant

Photos - Toutes les victoires d'Ayrton Senna en F1

Photos - Toutes les victoires d'Ayrton Senna en F1
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021