Renault critique les délais imposés par Mercedes pour les transferts

Avec le recrutement d'environ 150 nouveaux employés lors des 18 derniers mois, Renault Sport F1 Team s'est fortement développé depuis le rachat de l'écurie Lotus, mais a trouvé des obstacles sur son chemin, posés par Mercedes.

Alors que les trois mois d'inactivité forcée de Marcin Budkowski, qui va rejoindre Renault en provenance de la FIA, faisaient débat il y a quelques semaines, Cyril Abiteboul se montre particulièrement critique de Mercedes, qui imposerait des périodes d'inactivité forcée de plusieurs années à ses employés lorsqu'ils rejoignent une autre écurie.

Le directeur d'équipe va jusqu'à affirmer que de telles clauses contractuelles sont contraires à l'intérêt de la Formule 1, car elles contribuent au gouffre qui sépare les top teams des autres écuries.

"Red Bull n'est pas trop agressif dans sa gestion du personnel, mais c'est Mercedes qui est le plus agressif", souligne Abiteboul. "Nous avons fait signer un cadre de Mercedes l'an dernier, 2017, et il ne va pas nous rejoindre avant 2019 à cause de la situation contractuelle. Le Royaume-Uni est très favorable à la protection des employés au bénéfice de l'employeur, mais cela nous donne quelques difficultés. Nous le savons, il faut juste faire avec."

"Red Bull n'est pas stupide dans sa protection de son staff. Mercedes a le droit de faire ce qu'ils font, mais je trouve ça un peu injuste. Ils ont déjà les ressources financières, mais maintenant, ils bloquent le système en s'assurant que personne ne puisse aller ailleurs. En fin de compte, cela reste un sport et nous devons fournir un beau spectacle intéressant, et ce n'est pas ce qui se passe si l'on fait ça."

Renault sera au niveau en 2018

La structure d'Enstone est dans une phase de restructuration depuis trois ans, laquelle touche à son terme. L'inexpérience des recrues de Renault a causé quelques maux de tête à l'équipe, qui a toutefois bon espoir d'être au niveau des top teams dans tous les domaines d'ici la saison prochaine.

"Les problèmes de fiabilité que nous avons cette année sur notre voiture sont dus en grande partie au fait que nous avons de très jeunes ingénieurs au bureau d'études. Ils ne connaissent pas forcément les niveaux de tolérance et de charge, et n'ont pas ce type d'expérience, donc nous souffrons."

"Nous avons recruté de nombreuses personnes très agressives, et beaucoup de gens viennent de Red Bull. Nous avons amélioré la soufflerie et ferons évoluer le CFD l'an prochain. Tout est question d'infrastructures, et nous serons au niveau de la meilleure équipe d'ici le milieu de l'année prochaine, en matière d'infrastructures, de nombre d'employés et de ressources. Maintenant, il s'agit juste de s'assurer qu'ils travaillent bien ensemble", conclut Abiteboul.

Propos recueillis par Charles Bradley

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes , Renault F1 Team
Type d'article Actualités
Tags cyril abiteboul