Renault retarde sa prochaine évolution moteur

partages
commentaires
Renault retarde sa prochaine évolution moteur
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
4 mai 2017 à 09:19

Renault compte désormais préparer sa prochaine évolution moteur d'ici la trêve estivale pour assurer qu'aucun manque de fiabilité n'accompagne ces modifications.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Le capot moteur et l'aileron arrière de la Renault Sport F1 Team R.S.17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17

Le constructeur français comptait apporter cette évolution au moment du Grand Prix du Canada, afin d'accroître le niveau de performance de son nouveau concept 2017.

Cependant, des inquiétudes subsistent quant à la longévité des moteurs sur le banc d'essai. Par conséquent, Renault compte désormais introduire son évolution d'ici la fin juillet, à condition que le losange soit convaincu de la fiabilité de l'unité de puissance.

Directeur général de Renault F1, Cyril Abiteboul a déclaré à Motorsport.com : "Nous voulons faire ça avant la trêve estivale. Nous voulons que cela reste synchronisé avec l'intégration de l'unité de puissance, et nous voulons le faire avec l'unité de puissance numéro 3 si possible."

Les écuries devraient utiliser leur deuxième unité de puissance à partir du Grand Prix d'Espagne ou de Monaco, tandis que la troisième pourrait entrer en action en Grande-Bretagne ou en Hongrie, au mois de juillet.

"Cela demeure un travail en cours", poursuit Abiteboul. "Nous atteignons certaines limites, mais nous croyons que le concept que nous avons introduit cette année est le bon. Nous avons des innovations et de la performance dans les tuyaux. Ce que nous avons besoin de maîtriser, c'est la fiabilité du moteur, je l'ai dit à de nombreuses reprises."

"Nous savons qu'il y a de la fragilité dans le système qu'il faut gérer. C'est vrai en piste et c'est vrai sur le banc d'essai. C'est vraiment ça, la difficulté au niveau des problèmes de fiabilité. C'est pareil pour Honda : les problèmes de fiabilité ont également un impact négatif sur le programme de développement à l'usine. C'est le genre de chose qui nous handicape à ce jour. Nous devons gérer ça."

Malgré ce contretemps, Abiteboul demeure optimiste quant au potentiel de Renault sur l'ensemble de la saison, avec l'espoir de réduire l'écart sur l'avant du peloton à terme.

"Je ne renonce pas à mon ambition de réduire grandement l'écart sur Mercedes et Ferrari. Je ne dis pas que nous devrions faire jeu égal maintenant, mais nous avons un plan", insiste le Français.

Verstappen y croit pour Bakou

Bien que les évolutions de l'unité de puissance Renault soient considérées comme la clé pour la progression de Red Bull, l'équipe reconnaît qu'il n'y a pas grand-chose à faire. Lorsque le retard de l'évolution lui a été mentionné, Max Verstappen a déclaré que selon ses informations, l'évolution pourrait encore arriver pour Bakou.

"C'est comme ça. On ne peut rien y faire. Nous devons juste faire en sorte d'avoir une bonne voiture, et il faudra simplement attendre Bakou", conclut le Néerlandais.

Article suivant
Pirelli dévoile les pneus pour le GP d'Autriche

Article précédent

Pirelli dévoile les pneus pour le GP d'Autriche

Article suivant

Grosjean remplace Button comme directeur du GPDA

Grosjean remplace Button comme directeur du GPDA
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités