Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
12 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
19 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
33 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
68 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
81 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
104 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
117 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
124 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
138 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
152 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
180 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
187 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
201 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
208 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
222 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
237 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
244 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
258 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
271 jours

Steiner s'agace des pneus Pirelli : "Il faut que ça cesse"

partages
commentaires
Steiner s'agace des pneus Pirelli : "Il faut que ça cesse"
Par :
17 juin 2019 à 13:00

Face aux problèmes d'inconstance rencontrés par Haas depuis le début de la saison, son directeur, Günther Steiner, met en cause les gommes Pirelli.

Selon le team manager de l'équipe américaine, le niveau des monoplaces dans le peloton est largement biaisé par les difficultés que les écuries rencontrent à exploiter correctement les pneus du manufacturier italien. Le plus gros des difficultés de Haas a été largement réglé avec l'évolution apportée en Espagne, mais le Grand Prix du Canada, où Steiner a fermement recadré Kevin Magnussen au sujet des performances de la VF19 en course, n'a pas été un motif de sérénité.

"Il faut que ça cesse", avoue Steiner au sujet des difficultés de son équipe. "Que peut-on faire ? Il y a un moment où l'on ne peut pas être plus ennuyés. Je ne dirais pas que je suis déprimé, mais il faut que ça se termine, il faut qu'il y ait une dynamique positive quelque part, parce que ça ne peut pas être pire. J'espère que cela arrivera rapidement."

"Pour nous, les pneus manquent énormément de constance, et je pense que c'est pareil pour d'autres. Une voiture est très rapide lors d'une course et lors de la suivante, elle est nulle part. Quand vous êtes dans une bonne dynamique, vous pensez que vous avez réglé [le problème], et à la course suivante, vous revenez à la réalité. Ce sont de véritables montagnes russes."

Lire aussi :

Des variations drastiques que Steiner matérialise par la différence de forme de son équipe entre Monaco et le Canada, deux Grands Prix qui se sont suivis. En Principauté, Kevin Magnussen s'est qualifié sixième, tandis qu'au Canada, malgré une accession du Danois à la Q3, les deux pilotes ont navigué loin des points, incapables de viser une place dans le top 10.

"Si vous regardez Monaco, nous n'étions même pas à deux dixièmes d'une Ferrari en qualifications. Au Canada, à combien de secondes étions-nous ? Cela ne peut pas dépendre que de la voiture, ce sont les pneus. Ferrari n'avait pas une mauvaise voiture à Monaco. Peut-être qu'ils n'ont pas réussi à faire fonctionner les gommes et que nous y sommes parvenus."

Face à des Pirelli 2019 dont la fenêtre de fonctionnement est très étroite, Steiner déplore l'impossibilité pour les équipes de visualiser une tendance ou une logique dans cela. Il confirme de nouveau que les bons résultats de Haas, tout autant que les mauvais, ne peuvent pas être justifiés en interne.

"C'est très sporadique, la manière dont ça se produit. Le niveau global de confiance est, en théorie, plutôt bon, mais puis-je vous dire que nous avons réglé nos problèmes ? Non. Car nous ne savons pas pourquoi ça fonctionne et pourquoi ça ne fonctionne pas. Beaucoup de personnes demandent à revenir à la bande de roulement des pneus de l'an dernier car ils semblent plus réguliers. Cela ne peut pas être seulement de notre fait."

Article suivant
Ocon se concentre sur son rôle et ne pense pas à son avenir

Article précédent

Ocon se concentre sur son rôle et ne pense pas à son avenir

Article suivant

L'impact des changements chez McLaren sera plus senti sur la F1 2020

L'impact des changements chez McLaren sera plus senti sur la F1 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Emmanuel Touzot