Titre 2012 : Vettel l'emporte de justesse (2/2)

Après cette rétrogradation en Allemagne, Vettel ne fit pas beaucoup mieux en Hongrie où Hamilton et les Lotus étaient hors d'atteinte : nouvelle quatrième place

Après cette rétrogradation en Allemagne, Vettel ne fit pas beaucoup mieux en Hongrie où Hamilton et les Lotus étaient hors d'atteinte : nouvelle quatrième place. Vettel se reprit en Belgique où après de mauvaises qualifs et un départ raté, il remonta une bonne partie de son retard pour finir deuxième, le mieux qu'il pouvait faire avec un Jenson Button intouchable.

Le podium était également un objectif réaliste en Italie sauf qu'il s'attira à nouveau les foudres des commissaires. Dans sa bataille avec Alonso, Vettel le tassa un peu trop rudement hors piste. Les règles étant qu'il faut laisser la place à son adversaire dans une bataille, il écopa d'un drive through, lequel n'eut plus aucune importance quand l'alternateur mit les voiles comme au Grand Prix d'Europe.

A cet instant, beaucoup considéraient que le titre était perdu pour Vettel. Or à Singapour, la Red Bull retrouva son allant de 2011, tandis que la Ferrari d'Alonso n'étant en mesure que d'assurer des points plus ou moins importants selon les épreuves. Ainsi, Vettel refit son retard : victoire à Singapour, victoire au Japon – avec un abandon d'Alonso dès le premier virage – victoire en Corée et victoire en Inde !

Les observateurs trop pressés de Monza pouvait manger leurs mots : Vettel était à nouveau favori à sa propre succession. Cependant, alors qu'on lui annonçait une fin de saison triomphale, la glorieuse incertitude du sport fit à nouveau des siennes.

En effet à Abu Dhabi, Vettel dut partir du fond de grille, faute de disposer de la quantité de carburant réglementaire en qualifications ! Une faute regrettable à ce niveau par Red Bull – bien que McLaren fit la même en Espagne plus tôt dans la saison – et qui allait compliquer la tâche de Vettel. D'autant plus que l'Allemand, surpris par un freinage de Daniel Ricciardo devant lui sous Safety Car, endommagea son aileron avant sur un panneau de polystyrène, le contraignant à un arrêt supplémentaire.

Ne se laissant pas démonter, Vettel usa de tout son talent, tout en profitant des circonstances de course, pour remonter jusqu'à la troisième place. Une performance que beaucoup relativisèrent à cause du facteur chance, mais on ne remontait pas du fond de grille au podium que par hasard. Une deuxième place derrière Hamilton aux USA plus tard, et Vettel se retrouva avec treize points d'avance sur Alonso. Il lui suffisait de finir dans les quatre premiers.

Une tâche facile en apparence, mais qui devint bien plus compliquée avec un accrochage dès le premier tour de course avec Bruno Senna ! Heureusement sans dommage important pour l'Allemand qui put repartir et fit preuve de la même force de caractère qu'à Yas Marina pour ne pas se laisser submerger par l'enjeu. Après plusieurs arrêts causés par des averses versatiles, Vettel vit son modèle, Michael Schumacher, alors en tournée d'adieux, lui ouvrir la porte pour la sixième place. Alonso finit deuxième, échouant ainsi pour trois petits points.

Au bout du suspens, le pilote Red Bull était devenu triple Champion du Monde.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Michael Schumacher , Bruno Senna , Daniel Ricciardo
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités