Vergne optimiste pour le prochain Grand Prix

Ce fut un weekend difficile pour Jean-Eric Vergne au Grand Prix d'Inde : 15ème au terme des 60 tours, le pilote Toro Rosso n'a pu rééditer la bonne performance du GP de Corée du Sud, suite à un accrochage avec Schumacher dès le premier virage

Ce fut un weekend difficile pour Jean-Eric Vergne au Grand Prix d'Inde : 15ème au terme des 60 tours, le pilote Toro Rosso n'a pu rééditer la bonne performance du GP de Corée du Sud, suite à un accrochage avec Schumacher dès le premier virage. Contraint à un passage aux stands, le jeune français s'est battu chaque tour pour parfaire ses chronos, malgré une monoplace en difficultés sur le circuit de Buddh.

Après que les lumières se sont éteintes, j'ai été immédiatement pris en sandwich. J'ai dû freiner plus fort et plus tôt que ce que je voulais. J'ai bloqué mes roues et suis rentré en contact avec l'arrière de la voiture de Schumacher. Cela a brisé mon aileron avant et j'ai dû m'arrêter au stand,” relate le pilote de 22 ans.

J'ai continué à pousser aussi fort que je le pouvais, en essayant de faire de bons chronos, mais les performances de ma voiture n'ont pas vraiment été bonnes, ce weekend,” regrette Jean-Eric Vergne.“Dans un sens, c'est une course à oublier, mais d'un autre, nous devons voir ce que nous pouvons en apprendre, de sorte d'arriver en meilleure forme à Abu Dhabi.

Huitième au terme de la course sur le circuit de Yeongnam, JEV ne baisse pas les bras, et compte sortir de cette petite impasse dès le Grand Prix d'Abu Dhabi.

Nous avons vu que même lorsque les courses sont juste à une semaine d'intervalle, cela ne signifie pas que les performances vont être les mêmes. Donc nous pouvons être optimistes quant à la prochaine course.

Franz Tost, directeur de l'écurie, paraît lui aussi optimiste au sortir du Grand Prix d'Inde, malgré un weekend peu probant.

Nos deux pilotes ont perdu la chance de marquer des points après des difficultés dans le premier tour. Le rythme global de notre voiture n'était pas trop mauvais pendant le reste de la course, puisque nous étions dans le même rythme que Di Resta et Senna,” constate-t-il.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités