Wolff ne se serait pas pardonné d'avoir refusé le Halo en cas de drame

partages
commentaires
Wolff ne se serait pas pardonné d'avoir refusé le Halo en cas de drame
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
Co-auteur: Yaroslav Zagorets
8 déc. 2018 à 08:00

Le directeur exécutif de Mercedes, Toto Wolff, a changé d'avis concernant le Halo en Formule 1 et déclaré qu'il ne se serait pas pardonné si l'avoir refusé avait entraîné des "conséquences potentiellement catastrophiques".

La protection controversée du pilote est devenue obligatoire en Formule 1 et en Formule 2 cette année, et elle a joué un rôle significatif dans des accidents survenus dans les deux championnats.

Wolff avait déclaré au début de l'année qu'il n'était pas vraiment fan du dispositif, imposé par la FIA pour des questions de sécurité, malgré l'opposition des équipes et avait plaisanté sur le fait qu'il le retirerait à la tronçonneuse s'il le pouvait.

Lire aussi :

Cette semaine, un rapport de la FIA a révélé que le Halo avait permis d'éviter que Charles Leclerc soit touché à la visière par l'aileron avant de Fernando Alonso lors de leur accrochage du premier virage du Grand Prix de Belgique de F1.

"Oui, j'ai changé d'avis", a déclaré Wolff en réponse à une question de Motorsport.com, en marge du gala FIA en Russie. "Je n'aime pas beaucoup l'esthétique, et j'espère que nous pourrons trouver une solution qui soit belle à l'avenir."

"[Mais] j'aime vraiment Charles, c'est un jeune pilote qui mérite d'être en Formule 1 et je ne me serais pas pardonné si nous avions voté contre le Halo, qu'il n'avait pas été mis en place et que nous ayons eu un grave incident avec des conséquences potentiellement catastrophiques."

"Donc, même si esthétiquement ce n'est pas ce que j'aime, c'est une super initiative qui a prouvé son bien-fondé. Je suis heureux que Jean [Todt, président de la FIA] l'ait poussé et qu'ils ne m'aient pas donné une tronçonneuse au début de saison."

Lire aussi :

La Halo va demeurer en F1 dans un avenir proche après une première saison réussie. Cependant, les avancées en matière de sécurité signifient que le temps de la Formule 1 à cockpit ouvert est peut-être compté.

"Il faut trouver le bon équilibre entre l'esthétique et la sécurité", a répondu Wolff quand il lui a été demandé s'il préférerait que les F1 aient le cockpit ouvert. "Personnellement, j'aime les cockpits fermés comme les avions de chasse. Entre les équipes, la FIA et le détenteur des droits commerciaux, nous avons juste besoin de travailler de façon proactive et collaborative pour trouver des solutions qui sont superbes et sauvent des vies."

Article suivant
Vidéo - Un tour embarqué en McLaren-Mercedes avec Alonso

Article précédent

Vidéo - Un tour embarqué en McLaren-Mercedes avec Alonso

Article suivant

Jean Todt a discuté avec Vladimir Poutine

Jean Todt a discuté avec Vladimir Poutine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Scott Mitchell