Formule E
22 nov.
-
22 nov.
Événement terminé
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
35 jours
C
E-Prix de Mexico
14 févr.
-
15 févr.
Prochain événement dans
63 jours
C
E-Prix de Marrakesh
27 févr.
-
29 févr.
Prochain événement dans
76 jours
C
E-Prix de Sanya
20 mars
-
21 mars
Prochain événement dans
98 jours
C
E-Prix de Rome
03 avr.
-
04 avr.
Prochain événement dans
112 jours
17 avr.
-
18 avr.
Prochain événement dans
126 jours
C
E-Prix de Séoul
02 mai
-
03 mai
Prochain événement dans
141 jours
C
E-Prix de Jakarta
05 juin
-
06 juin
Prochain événement dans
175 jours
C
E-Prix de Berlin
20 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
190 jours
C
E-Prix de New York
10 juil.
-
11 juil.
Prochain événement dans
210 jours
C
E-Prix de Londres I
25 juil.
-
25 juil.
Prochain événement dans
225 jours
C
E-prix de Londres II
26 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
226 jours

Faut-il agrandir le Circuit des Invalides à Paris ?

partages
commentaires
Faut-il agrandir le Circuit des Invalides à Paris ?
Par :
2 mai 2018 à 13:55

Mesurant 1,93 km de long, le Circuit des Invalides est le deuxième tracé le plus court au calendrier de la Formule E. Faudra-t-il l'agrandir pour la Gen2 ? Motorsport.com a posé la question aux acteurs de la discipline.

Sébastien Buemi, Renault e.Dams
Sébastien Buemi, Renault e.Dams, Antonio Felix da Costa, Andretti Formula E Team
Antonio Felix da Costa, Andretti Formula E Team
Nicolas Prost, Renault e.Dams
Antonio Felix da Costa, Andretti Formula E Team, Nicolas Prost, Renault e.Dams
Mitch Evans, Jaguar Racing
Mitch Evans, Jaguar Racing
Lucas di Grassi, Audi Sport ABT Schaeffler, rentre au stand
Oliver Turvey, NIO Formula E Team, devance Jose Maria Lopez, Dragon Racing, Felix Rosenqvist, Mahindra Racing
Oliver Turvey, NIO Formula E Team, Jose Maria Lopez, Dragon Racing
Jean-Eric Vergne, Techeetah, Sam Bird, DS Virgin Racing, Andre Lotterer, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah, fait le tour du circuit à pied
Alex Lynn, DS Virgin Racing
Sam Bird, DS Virgin Racing, Andre Lotterer, Techeetah
Jean-Eric Vergne, Techeetah, Sam Bird, DS Virgin Racing

La troisième édition de l'E-Prix de Paris vient d'avoir lieu sur le Circuit des Invalides, tracé de 1,93 km qui passe autour du Tombeau de Napoléon, avec la Tour Eiffel en arrière-plan. Lucas Di GrassiSébastien Buemi et Jean-Éric Vergne s'y sont successivement imposés lors de courses toujours disputées.

Cette piste est toutefois particulièrement courte quand les circuits de Formule E mesurent en général deux à trois kilomètres – seule celle de Hong Kong est plus étriquée avec 1,86 km – et les dépassements y sont déjà ardus.

Ce pourrait être d'autant plus frappant la saison prochaine avec la nouvelle monoplace de Formule E, baptisée Gen2, dont la puissance sera de 250 kW (335 ch) pour une vitesse de pointe annoncée de 280 km/h. Selon Buemi, Champion en 2015-16, il sera impossible d'atteindre une telle vélocité sur le tracé actuel.

"Je pense qu’il faudrait déjà l’agrandir maintenant", estime le pilote Renault e.dams. "Après, on ne peut pas faire tout ce qu’on veut. À mon avis, à moyen terme, il faut vraiment l’agrandir. Vraiment pour l’année prochaine. Après, je sais que l’organisation fait son maximum. Nous, on n’est que les pilotes, on fera ce qu’on peut, on s’adaptera à ce qu’on a."

"Je crois qu’actuellement, [la vitesse de pointe] est aux alentours de 190 km/h, je pense que ce sera plutôt aux alentours de 210 km/h [avec la Gen2]. Ça va commencer à être vraiment petit, mais on fera du mieux qu’on peut."

"Honnêtement, je pense qu’on est déjà un petit peu dans la limite basse de ce qui est bien", approuve son coéquipier Nicolas Prost, "et je pense qu’il y aurait besoin d’agrandir, pas énormément, mais rajouter 300, 400 mètres, je pense que ce serait vraiment bien avec la nouvelle voiture. Sûrement essayer d’allonger un peu les lignes droites, parce qu’on aura des voitures plus puissantes, elles vont plus vite prendre de la vitesse. Ce sera plus difficile de doubler si les lignes droites ne sont pas plus longues."

D'autres sont mitigés, conscients des impératifs que représente le fait de courir dans le centre d'une métropole, espérant quand même qu'une solution soit possible mais indiquant que le tracé actuel reste viable.

"Je pense que certains circuits seront à la limite d’être trop courts", analyse Mitch Evans. "Hong Kong évidemment, Paris oui. Bien sûr, cela va être difficile pour la Formule E de modifier les circuits, mais si ce n’est pas pour la prochaine génération, la troisième génération aura vraiment besoin d’améliorations car la vitesse des voitures va grandement augmenter."

"J’aime vraiment ce circuit, je le trouve génial", ajoute Lucas Di Grassi. "J’adore le travail qu’ils font, et l’endroit où nous courons est fantastique. S’ils peuvent le rallonger, c’est mieux. Sinon, ça va quand même."

En revanche, pour Oliver Turvey, il n'y a pas matière à s'inquiéter. "Cette piste est très technique", souligne le Britannique. "Je ne pense pas qu’elle ait besoin d’être plus longue, il y a beaucoup de virages, deux lignes droites. Chaque tracé apporte un challenge différent ; ici, à Paris, c’est bosselé, technique. C’est un excellent circuit urbain."

Lorsque nous évoquons l'éventualité de changer d'emplacement, Jean-Éric Vergne est quant à lui catégorique : "Chercher un autre site, non, parce que celui-ci est génial. Je pense que ça va être du sport avec 250 kW en qualifs, ça va faire peur. Déjà qu’à 200 kW on fait notre signe de croix avant les qualifs, ça va être super et compliqué à la fois. Je ne pense pas qu’il y ait une grande nécessité à le changer."

Un cahier des charges adapté au circuit

Du côté des directeurs d'équipe, l'opinion est très tranchée : il est trop tôt pour penser à ces grandes manœuvres, et en attendant, c'est au pilote de conduire sa voiture du mieux possible, peu importe sa puissance et quelles que soient la longueur et l'étroitesse de la piste.

"Selon moi, tous les circuits sont très proches, et quand nous fixons le cahier des charges de la voiture, il est lié aux tracés", révèle Xavier Mestelan Pinon, directeur de DS Performance. "Même si la puissance va augmenter et que nous aurons plus d’adhérence, je ne pense pas que nous ayons besoin de modifier le circuit ou la voiture. Les deux travaillent ensemble."

"Peut-être après trois ou quatre saisons, quand la puissance et la performance de la voiture auront énormément augmenté, nous aurons besoin de travailler là-dessus, mais à ce jour, il est bien trop tôt. Nous voulons rester dans le centre des grandes villes, et pour ce faire, nous ne pouvons pas faire un circuit de Formule 1. C’est déjà très difficile de construire un petit circuit, vous imaginez s’il était trois fois plus grand ? C’est impossible."

Fondateur de Renault e.dams, Jean-Paul Driot acquiesce : "C’est au pilote de s’adapter au circuit et à la puissance. En Formule 1, nous courons toujours à Monaco avec bien plus de puissance et d’adhérence."

Le point de vue des organisateurs

C'est toutefois aux organisateurs que revient logiquement le dernier mot, et il semble qu'un agrandissement ne soit pas à l'ordre du jour. Les contraintes sont fortes autour des Invalides, avec une priorité : causer le moins de nuisances possible pour les riverains.

"Le circuit est homologué par la Commission nationale d’évaluation des circuits de vitesse (CNECV), qui dépend du ministère de l’Intérieur", nous indique Pierre Gosselin, directeur d'Electric Formula. "Il est homologué également pour la voiture de génération 2. À ce jour, il peut donc y avoir une course même avec les nouvelles voitures."

"Les projets d’agrandissement – comme dans toute entreprise, on regarde ce qu’on peut faire. Mais pour l’instant, on conserve la piste telle qu’elle est, y compris pour la voiture de génération 2."

Article suivant
Audi félicite Abt pour ses dépassements "époustouflants"

Article précédent

Audi félicite Abt pour ses dépassements "époustouflants"

Article suivant

Filippi fait son retour chez NIO pour l'E-Prix de Berlin

Filippi fait son retour chez NIO pour l'E-Prix de Berlin
Charger les commentaires