Formule E E-Prix de Portland I

Les deux DS Penske dans les points à Portland

La première des deux courses de Portland (USA) a permis à DS Automobiles d’enregistrer son 51e podium grâce à la troisième place de Jean-Éric Vergne. Son coéquipier Stoffel Vandoorne a passé la ligne d’arrivée en neuvième position, permettant une nouvelle fois aux deux voitures d’inscrire des points importants.

Jean-Eric Vergne, DS Penske

Photo de: DPPI

Le circuit de Portland étant permanent, les premiers essais libres ont pu avoir lieu vendredi en fin d’après-midi. Il s’agissait d’un moment de réglages et de prise de contact, sur une piste relativement sale bien qu’elle ait été partiellement empruntée quelques jours plus tôt par des dragsters. Après 30 minutes d’essais libres, les 20 premiers pilotes (sur 22) se tenaient en moins d’une seconde…

Samedi matin, à 7h30, les feux étaient au vert pour la deuxième séance d’essais. Mais dix minutes plus tard un drapeau rouge (à la suite de la sortie de piste d’une Nissan) est venu interrompre le jeu alors que les deux DS Penske étaient dans le top 10. D’une manière générale, beaucoup de voitures rebondissaient sur les vibreurs et passaient dans l’herbe, le grip étant de toute évidence assez bas.

Mais, sous le soleil de l’Oregon les choses se sont améliorées. Pour ce week-end de deux courses, la fraicheur du matin a cédé progressivement la place à la douceur, et au moment des qualifications (qui ont débuté à 9h40), le mercure indiquait 20°C. Dans le premier groupe, alors qu’il était en train de réaliser son meilleur tour, Vergne a  été gêné dans le dernier virage par une monoplace au ralenti et a dû élargir dans l’herbe. Une manœuvre qui lui a coûté sa place en quarts de finale et qui lui a rappelé de mauvais souvenirs.

"L’an dernier, pour éviter un crash j’avais déjà dû passer dans l’herbe, ce qui avait occasionné une obturation des pontons et la surchauffe de mon moteur", indique Jean-Éric Vergne. "J’espère que cette année nous ne serons pas trop exposés à ce genre de manœuvre, même si cela vient à nouveau de se passer."

La leçon du professeur Vergne

En partant depuis les 15e et 17e positions, Jean-Éric Vergne et Stoffel Vandoorne savaient qu’il leur faudrait rester dans le peloton un certain temps, puis en sortir au bon moment pour tenter de marquer des points. Le management des batteries est extrêmement difficile en Formule E, et plus particulièrement sur le circuit de Portland, que 12 virages au fil d’un déroulé de 3,170 km classent parmi les tracés les plus complexes. Ici, pas question de mener la course trop longtemps sous peine de ne pas voir l’arrivée ou de devoir céder des places.

Jean-Eric Vergne, DS Penske

Jean-Éric Vergne (DS Penske)

Photo de: DPPI

Cela a été une course d’attente, qui a obligé les stratèges des écuries à phosphorer en continu pour étudier l’évolution du niveau des batteries. Un domaine dans lequel excellent les pilotes DS Penske et leurs ingénieurs de course, qui conduisent à une issue favorable.

Bon leader à dix tours de l’arrivée, JEV aurait pu tenter d’emmener sa DS E-TENSE FE23 au bout. Mais il a préféré assurer et retourner quelques places en arrière. Sur les écrans, "l’ingénieur virtuel" de la Formule E a confirmé que le champion français avait eu raison, indiquant que seuls les sept derniers tours ne demandaient pas de gestion particulière de l’énergie. Autrement dit, que les pilotes pouvaient exploiter à fond les capacités de leurs monoplaces.

Mais à augmenter le rythme, on augmente aussi le niveau de risque… C’est ainsi que Nick Cassidy, alors leader, est parti dans l’herbe au volant de sa Jaguar. Son coéquipier Mitch Evans a pris la relève et passé la ligne d’arrivée en vainqueur. Mais ce dernier a dû purger une pénalité de cinq secondes. La victoire est alors revenue à la Porsche d’Antonio Felix Da Costa, devant l’Envision à moteur Jaguar de Robin Frijns.

JEV, parti de la 15e place, a fait une course exemplaire et est monté pour la 36e fois de sa carrière en Formule E sur le podium. C’est aussi le 51e podium du constructeur français dans la discipline. Une démonstration quasi parfaite de la maitrise de ces monoplaces si difficiles à piloter, et une nouvelle preuve que DS Automobiles est cette saison le seul constructeur capable de batailler avec Jaguar et Porsche. Stoffel Vandoorne a quant à lui terminé à la neuvième place, permettant une nouvelle fois à DS Penske de mettre ses deux voitures dans les points.

La seconde manche de Portland, qui est aussi la 14e course de la saison, aura lieu ce soir à 23 heures.

Stoffel Vandoorne (DS Penske)

Stoffel Vandoorne (DS Penske)

Photo de: DPPI

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent DS Penske veut faire encore mieux à l'E-Prix de Portland
Article suivant Un week-end fructueux pour DS Penske à Portland

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France