Le Mans 2005 : Loeb qualifié six heures après une victoire en WRC !

Quand en 2005 Sébastien Loeb accepte de disputer les 24 Heures du Mans, cela offre une journée d'essais restée dans les mémoires... et pour cause !

Revivez ci-dessus les meilleurs moments des 24 Heures du Mans 2005. La version complète de cette édition et toutes les archives de l'épreuve sont disponibles sur Motorsport.tv. Abonnez-vous dès maintenant.

Lire aussi :

Sébastien Loeb, superstar du WRC mais touche-à-tout patenté (on le retrouvera plus tard en GT, en Porsche Carrera Cup, en WTCC, en rallye-raid, en rallycross, et même en… F1 à l'occasion d'essais en 2008), s'était lancé le défi de disputer les 24 Heures du Mans dès 2005, répondant à l'appel d'Henri Pescarolo. La venue du prodige français était déjà l'attraction de cette édition du double tour d'horloge sarthois. L'histoire qui s'est écrite autour a renforcé son importance. 

Le 5 juin 2005, Loeb venait de remporter le Rallye de Turquie alors qu'il visait un deuxième titre mondial en WRC. S'il voulait prendre le départ des 24 Heures du Mans deux semaines plus tard au volant de la Pescarolo C60 LMP1 à moteur Judd, il devait se plier à la réglementation : boucler dix tours du circuit de la Sarthe lors des essais préliminaires. Une règle toujours en vigueur aujourd'hui pour tous les novices du Mans, dans le cadre de la Journée Test.

Sébastien Loeb et Daniel Elena

Problème, cette journée d'essais se disputait le 5 mai, soit le même jour que l'étape finale du Rallye de Turquie. Impensable pour Loeb de rater l'épreuve de WRC, alors qu'il venait d'aligner déjà quatre victoires en six manches. Le timing du Rallye de Turquie, avec une arrivée à la mi-journée, pouvait lui permettre de combiner avec une présence au Mans en fin d'après-midi. Il faudrait jouer serré. D'autant que Loeb se "compliquait" la tâche en allant… au bout du rallye et en le remportant, ce qui l'obligea à se plier à quelques obligations protocolaires. Les célébrations étaient vite expédiées, mais les opérations douanières retardaient à leur tour le plan de marche. C'était le début d'une véritable course contre la montre.

À peine son trophée en main, Loeb courait vers un hélicoptère qui le déposait à l'aérodrome le plus proche où l'attendait un jet privé spécialement affrété. Décollage, direction Le Mans. Le vol se déroula sans encombre mais il y eut peu de place pour la détente. Loeb mit le trajet à profit pour continuer de mémoriser le Circuit de la Sarthe sur jeu vidéo, alors que ses coéquipiers étaient déjà en train de limer le bitume au Mans.

Henri Pescarolo attendait fébrilement l'arrivée de son pilote, qui devait effectuer ses dix tours réglementaires avant à 19 heures. Or, il était déjà 18h02 très précisément lorsque l'avion de Loeb se posa sur l'aérodrome du Mans ! Le Champion du monde des rallyes, qui avait revêtu sa combinaison aux couleurs de Pescarolo dans l'appareil, fendit la foule, escorté par un service de sécurité conséquent, et arriva enfin dans le stand Pescarolo, sous les vivas du public dans les tribunes.

#17 Pescarolo Sport Pescarolo Judd C60: Sebastien Loeb

Quelques conseils de ses coéquipiers Éric Helary et Soheil Ayari furent distillés, puis Loeb enfila gants et casque pour un roulage hors du commun au Mans, alors qu'il n'avait à l'époque qu'une expérience très limitée de la course sur circuit. À 18h17, le proto frappé du numéro 17 prit enfin la piste. Sébastien Loeb aligna ses premiers tours à bonne cadence malgré sa méconnaissance du circuit, passa deux fois par les stands pour changer de gommes notamment, et repartit à l'assaut du chrono alors que la tension était indescriptible. Six, sept, huit et neuf tours : il était précisément 18h59 lorsque la Pescarolo n°17 coupa la ligne de chronométrage, ce qui lui donnait le droit de boucler un dixième tour et de valider son ticket pour les 24 Heures du Mans, près de six heures après une victoire en rallye !

Deux semaines plus tard, l'équipage de la Pescarolo #17 fut contraint à l'abandon. Mais un an plus tard, associé à Franck Montagny et Eric Hélary, toujours sur la C60, Loeb passa tout près de l'exploit. Les trois hommes s'inclinèrent finalement face à l'ogre Audi et prirent la deuxième place des 24 Heures du Mans 2006, à quatre tours.

#17 Pescarolo Sport Pescarolo Judd C60: Sebastien Loeb
partages
commentaires
LIVE : Suivez les 24 Heures du Mans virtuelles en intégralité

Article précédent

LIVE : Suivez les 24 Heures du Mans virtuelles en intégralité

Article suivant

Fernando Alonso premier abandon des 24H du Mans virtuelles

Fernando Alonso premier abandon des 24H du Mans virtuelles
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021