Aston Martin vainc Corvette sur le fil

Le GTE Pro aura été la compétition la plus ardue de ces 24 Heures du Mans. Jamais, au cours des 24 Heures, les leaders n'ont été séparés de plus de 30 secondes, offrant un duel épique entre Aston Martin et Corvette.

Aston Martin vainc Corvette sur le fil
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Darren Turner, Jonathan Adam, Daniel Serra
#63 Corvette Racing Corvette C7.R: Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#91 Porsche Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Frédéric Makowiecki, Patrick Pilet
#63 Corvette Racing Corvette C7.R: Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Andy Priaulx, Harry Tincknell, Pipo Derani
#63 Corvette Racing Corvette C7.R: Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#63 Corvette Racing Corvette C7.R: Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird, Miguel Molina
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Darren Turner, Jonathan Adam, Daniel Serra
#63 Corvette Racing Corvette C7.R: Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Darren Turner, Jonathan Adam, Daniel Serra
#63 Corvette Racing Corvette C7.R : Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#77 Dempsey Proton Competition Porsche 911 RSR: Christian Ried, Matteo Cairoli, Marvin Dienst
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway

G.N., Le Mans – Dans un combat à couteaux tirés, mieux vaut s'avancer bien préparé. Des 13 concurrents de la très disputée catégorie GTE Pro, il était difficile de dire qui mieux que les autres avait su préparer ses 24 Heures du Mans. Longtemps, la partie de poker menteur a pesé sur ce peloton. Ford, Corvette, Ferrari, Aston Martin, Porsche, chacun y allait de son commentaire sur une BoP modifiée à maintes reprises, jusqu'à la veille de la course.

Toutefois, la politique reste la politique, et samedi, à 15h, les paroles s'envolaient pour laisser parler les moteurs. Aston Martin, en pole, profitait de son avantage, à juste titre, d'abord avec la #95, puis avec la #97, lorsque la première souffrait d'une crevaison, en début de soirée.

Toutefois, il ne fallait pas s'y tromper : si Aston Martin partait devant, Ferrari, Ford, Porsche et Corvette ne lâchaient certainement pas prise. En témoigne ce train de GT à haute vitesse, qui trois heures durant, a rythmé le début de course. Les faits de course ont pourtant été nombreux. L'accident de la Ferrari #82 du Risi Competizione, suite à un contact avec l'ORECA #28 du TDS, la sortie de la Corvette #64 en début de soirée, ou encore cette fameuse crevaison de la #95, le tout dans un peloton groupé de 12 voitures en un tour, cela offrait un scénario bien huilé.

Au bout de la nuit

Frédéric Makowiecki avait cependant prévenu le vendredi d'avant la course. La nuit, les températures plus basses permettraient d'en savoir plus sur la hiérarchie. L'homme ne s'est pas trompé. Très vite, à la faveur de l'obscurité, certains prenaient leurs aises, dont les deux Porsche, en retrait en début de course. La #91 et la #92 grignotaient avec Makowiecki et Estre, durant des relais impeccables au milieu de la nuit, le retard accumulé en début de course. Sans compter le retour en force de la Corvette #63, des Ford en affût et des Ferrari toujours aussi fortes, au lever du soleil, il y avait autant de certitudes sur un leader de la catégorie que de possibilité de gagner au loto.

Pourtant, quelques autos se démarquaient : la Corvette #63, la Ford #67, les Aston Martin #97 et #95, et les deux Porsche, tandis que les autres concurrents commençaient à perdre pied. Pour la #92, c'était vite vu. La voiture de Christensen allait se fracasser dans le mur à la chicane Ford. Les dégâts, trop importants cependant, empêchaient l'Allemande de repartir. De même, Sørensen, tout heureux de commencer à prendre l'avantage sur ce peloton très serré, partait à la faute à Mulsanne et obligeait son staff technique à refaire l'avant de sa GT anglaise.

Il était à peine dix heures, et des quatre concurrents restants, la Ford #67, la Porsche #91, la Corvette #63 et l'Aston Martin #97, il était impossible de présager d'un vainqueur. Cela se jouerait à la loyale, sur la piste. Au début de l'après-midi, l'écumage était d'ailleurs fait. Au jeu des arrêts aux stands, deux voitures sortaient du lot : la #97 et la #63, roues dans roues depuis le début de la matinée.

Final explosif

Une Corvette américaine contre une Aston Martin britannique, cela promettait un final incroyable. On n'a pas été déçus ! Tout s'est joué dans les derniers tours. Solidement ancré à sa première position, Jordan Taylor, sur la défensive, résistait dans la dernière demi-heure aux attaques de Jonathan Adam. À Arnage, l'Anglais tentait une attaque de la dernière chance sur le pilote américain.

 

Toutes roues bloquées, il faisait l'intérieur mais tirait tout droit et partait au large. La Corvette décroisait, les autos se touchaient, mais la Corvette prenait le large. Jusqu'au freinage de la Chicane Michelin, dans le tour suivant, où Jordan Taylor tirait tout droit, abîmant ses pneumatiques, et se tirant alors une balle dans le pied.

Ce sera la fin du match : dans le dernier tour, il crevait, l'Aston s'envolait alors vers la victoire, et la Corvette partait en miettes. L'Américaine avait un genou à terre. Un temps précieux s'écoulait alors pour la voiture jaune, rentrant au ralenti, et Tincknell passait avec sa Ford. Ce sera la fin dramatique d'une course particulièrement longue. Celle de la libération pour Aston Martin, qui fait enfin triompher la Vantage, celle de la désillusion pour Corvette qui pouvait gagner... pour quelques minutes de moins.

partages
commentaires
Avec une seule voiture, Porsche a "pris tous les risques"

Article précédent

Avec une seule voiture, Porsche a "pris tous les risques"

Article suivant

Une Porsche #1 cajolée, en vain

Une Porsche #1 cajolée, en vain
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
1 h
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021