Gommendy : Reporter les 24H du Mans est "une preuve d'intelligence"

Déjà monté à trois reprises sur le podium des 24 Heures du Mans en LMP2, Tristan Gommendy se fait l'écho d'un sentiment de soulagement des acteurs de l'Endurance suite à l'annonce du report de l'épreuve en septembre prochain.

Gommendy : Reporter les 24H du Mans est "une preuve d'intelligence"

Alors qu'il s'apprêtait à se lancer dans un nouveau défi avec le team Duqueine dans la catégorie LMP2, Tristan Gommendy va devoir prendre son mal en patience comme tous ses petits camarades. Néanmoins, l'annonce du report des 24 Heures du Mans, survenue dès mercredi soir avec une date claire officialisée pour septembre a été vécue comme un soulagement et comme un signe rassurant. Confiné en région parisienne, où il respecte les consignes des autorités données depuis le début de la semaine, le pilote français salue la manière dont l'ACO a décidé "de ne pas subir la situation" dans le contexte actuel de pandémie de COVID-19. Les atermoiements de la Formule 1 à Melbourne ont-ils servi de leçon ? "C'est certain", admet celui qui compte dix participations à la classique mancelle.

Lire aussi :

"Autant j'ai trouvé que les décisions concernant les premières courses du championnat [ELMS] ont été extrêmement tardives voire même passives sur les épreuves du mois d'avril, autant là je trouve que c'est une preuve d'intelligence de l'ACO de prendre les devants, de ne pas subir la situation et d'être tout de suite proactif par rapport à cette épidémie", confie Tristan Gommendy à Motorsport.com. "Aujourd'hui, l'ensemble des industries prévoit, à tort ou à raison, un redémarrage fin mai ou début juin. Reporter l'épreuve phare des 24 Heures du Mans au mois de septembre est une décision raisonnable et le fait qu'ils l'aient prise très tôt, c'est intelligent."

La crainte d'une annulation planait...

#39 Graff Racing S24 Oreca 07 Gibson: Tristan Gommendy

S'il a accueilli la nouvelle avec autant de bienveillance, c'est parce qu'il faut rappeler les implications majeures liées à l'événement manceau pour tous les concurrents invités à y participer. Derrière le terme de concurrents se trouvent non seulement les pilotes mais également les équipes et leurs partenaires. "Je dirais que ce report est une décision sage", insiste Tristan Gommendy. "Le fait qu'elle intervienne immédiatement permet à tous de s'y préparer et de ne pas être dans l'inconnu. C'est le gros point important. À titre personnel, j'avais malgré tout peur d'une annulation pure et simple, ce qui aurait été relativement dramatique pour l'ensemble des championnats, aussi bien ELMS que WEC. Dramatique, je ne l'entends pas uniquement sportivement mais aussi dans le montage financier des équipes et de l'intérêt des championnats, des conséquences financières de cette annulation. C'était une inquiétude forte parce que réaliste. Ça pouvait tout à fait être une conséquence de la situation actuelle."

"Ça laisse une marge de manœuvre, même si aujourd'hui on ne la connaît pas", poursuit-il. "Honnêtement, on a une vision très floue de ce que nous réserve cette épidémie. Maintenant on peut espérer quand même que les mesures qui sont prises, aussi longues soient-elles – et elles vont probablement perdurer encore quelques semaines – auront des effets positifs sur tout ça et qu'au mois de juin nous pourrons reprendre un peu le cours normal de nos vies. Ça donne quand même une vision à tous, aussi bien les prestataires, les teams, les pilotes, des possibilités et du calendrier à venir, même si évidemment il va y avoir énormément de décalages de dates. On attend plus de précisions dans les semaines à venir, mais j'ai envie de dire que l'essentiel est préservé."

Voir aussi :

Disputer les 24 Heures du Mans en septembre sera une nouveauté pour de nombreux pilotes, y compris pour Tristan Gommendy, mais les circonstances éveilleront la curiosité. "Évidemment c'est un moment un peu historique", fait-il remarquer. "Ce sera une édition un peu exceptionnelle. Quelque part, c'est très sympa et il faut le prendre positivement. La nuit va être un peu plus longue et probablement un peu plus fraîche. Et j'ai envie de dire : qu'importe ! Le mois de septembre n'est pas non plus le mois de novembre et il peut y avoir une arrière-saison très ensoleillée et très sympathique, ce qui arrive d'ailleurs de plus en plus. Que cette décision intervienne tôt et confirme un report et non pas une annulation, pour moi ce sont deux bonnes nouvelles."

partages
commentaires
Vidéo 1968 : quand les 24H du Mans ont eu lieu en septembre

Article précédent

Vidéo 1968 : quand les 24H du Mans ont eu lieu en septembre

Article suivant

Pilote et confiné : "Psychologiquement, il faut se redonner des objectifs"

Pilote et confiné : "Psychologiquement, il faut se redonner des objectifs"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , ELMS
Événement 24 Heures du Mans
Pilotes Tristan Gommendy
Équipes Team Duqueine
Auteur Basile Davoine
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021