De Chaunac : "Je ne comprendrais pas que Toyota ne gagne pas"

B.D., Le Mans - Grande figure des 24 Heures du Mans et président d'ORECA, Hugues de Chaunac s'est confié à Motorsport.com en ce début de semaine mancelle, durant laquelle ses équipes sont très représentées.

De Chaunac : "Je ne comprendrais pas que Toyota ne gagne pas"
Hugues de Chaunac
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
Des fans du Toyota Racing
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050
Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050
#28 TDS Racing Oreca 07 Gibson
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#39 Graff Racing S24 Oreca 07 Gibson: Vincent Capillaire, Jonathan Hirschi, Tristan Gommendy
#48 IDEC Sport Oreca 07 Gibson

Hugues de Chaunac, vous êtes présents chez Toyota, chez Rebellion, et il y a de nombreuses ORECA en LMP2. Peut-on rêver mieux pour la semaine du Mans ?

Non, mais c'est proportionnel au nombre de soucis que l'on a en même temps ! C'est une très belle épreuve, où on a beaucoup de présence ORECA. C'est évidemment une certaine fierté car ORECA devient le constructeur le plus représenté aux 24 Heures du Mans, devant Porsche. C'est une belle récompense. Et en même temps, il y a beaucoup de choses différentes à voir.

Sur les LMP2, après l'année dernière je pense que l'on a des bonnes équipes et qu'il y a tout ce qu'il faut pour que ça se passe très bien. Pour Toyota, je dirais que la logique serait que Le Mans lui revienne. Je ne vois pas pourquoi ça ne lui reviendrait pas. Je serais heureux qu'ils gagnent, et je ne comprendrais pas qu'ils ne gagnent pas.

Quant à Rebellion, il est clair qu'il faut travailler. Le premier objectif de Rebellion est d'être là dimanche. La seule obligation de Rebellion, c'est de saisir les opportunités. S'il y a des opportunités, il faut déjà être là, car tout le monde dit "Ah si Toyota a un problème…", mais il faut être là !

Quel serait pour vous le podium de rêve dimanche à 15 heures ?

Franchement, j'espère que Toyota va gagner. Et puis plus il y a de Rebellion sur le podium, mieux c'est !

Comment ORECA gère ses multiples activités sur une semaine aussi intense ?

Ça se passe bien, c'est vraiment un travail collectif, un travail d'équipe. Chacun prend sa part de sujets et de problèmes. Les nuits sont plus courtes, on fait trop de rêves !

Vous êtes toujours très proches des pilotes, et cette nouvelle semaine mancelle sera l'occasion à nouveau de nombreux partages, d'échanges d'expérience…

Il y a beaucoup d'échanges, car c'est très important de mettre les pilotes dans les meilleures conditions, et qu'ils comprennent bien ce que vous attendez d'eux. Cette année, ce qui est important pour nous c'est la fiabilité humaine et technique avant la performance. Il faut faire zéro faute.

Le futur du LMP1 sera dévoilé vendredi, est-ce quelque chose qu'ORECA suit de près ?

Tout à fait, ça nous intéresse, et on va commencer à travailler très rapidement. 

partages
commentaires
La victoire au général, Button et Petrov y croient !

Article précédent

La victoire au général, Button et Petrov y croient !

Article suivant

Senna : Au Mans, "la rapidité ne fait pas tout"

Senna : Au Mans, "la rapidité ne fait pas tout"
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021