Chaleur, climatisation et poker menteur entre Toyota et Porsche

La chaleur attendue sur le Circuit des 24 Heures du Mans ce week-end pourrait déclencher l'activation d'un nouveau point du règlement 2017, concernant la durée des relais.

Chaleur, climatisation et poker menteur entre Toyota et Porsche
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Stéphane Sarrazin, Toyota Gazoo Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre

B.D., Le Mans - Omniprésente depuis le début de la semaine, la chaleur va perdurer pendant la course au Mans. Tandis que cette 85e édition devrait être épargnée par la pluie qui s'invite si souvent lors des 24 Heures, le mercure élevé va constituer une donnée majeure pour la course, sur différents plans. Le premier sera la gestion des pneus, sur laquelle tout le monde a travaillé tout au long des essais, plus particulièrement mercredi après-midi, dans les conditions supposées être les plus représentatives de la course.

Le physique sera lui aussi touché, mais les pilotes y sont préparés, et ont l'habitude de courir avec des températures plus élevées en WEC, comme à Austin l'année dernière. En 2016, lors de l'épreuve texane, la fournaise avait été telle qu'un nouveau point de règlement a été instauré concernant la durée des relais. Et voici que cette nouvelle règle pourrait être mise en jeu pour la première fois lors de ces 24 Heures du Mans.

L'article 10.10.3 de l'épreuve spécifie : "Uniquement pour les voitures sans climatisation, si la température ambiante maximale prévue lors de la course est supérieure à 32°C (ou à l’appréciation des Commissaires Sportifs), le temps de conduite consécutif maximal ne doit pas dépasser 80 minutes sur les plages horaires définies par les officiels avant le départ de l’épreuve."

Plusieurs sujets ont alimenté la conversation durant la semaine autour de ce point de règlement, puisque cette température de 32°C est sujette à débat. Il s'agit en effet de la température ressentie, ce qui implique un calcul particulier. Comme nous l'ont confié des prévisionnistes de Météo France Sports, le calcul de la température ressentie est moins rationnel que celui de la température ambiante. Il existe notamment plusieurs indices, en fonction des techniques. 

A priori, le "Heat index" pourrait avoir été retenu par la direction de course. Cette dernière devrait publier, deux heures avant le départ, la température prévue pour chaque tranche horaire de l'épreuve. L'article 10.10.3 ne rentrerait alors en vigueur qu'au début d'un intervalle horaire pour laquelle la température dépasse la limite fixée.

Porsche, avec ou sans clim' ?

Dans de nombreuses équipes, les pilotes n'ont pas caché que ce sujet n'avait pas forcément été abordé jusqu'à leur niveau, mais qu'il était essentiellement géré par le management, qui saura s'adapter et se mettre en conformité avec le règlement si nécessaire. "On est entraînés pour tenir trois heures sans la clim, ce n'est pas un problème", explique Nicolas Lapierre. "Par contre, au niveau réglementaire, on a un point qui dit que s'il fait plus de 32°C de température ambiante, peu importe la température à l'intérieur du cockpit, avec les voitures qui n'ont pas de climatisation, on doit faire des relais de 80 minutes maximum."

Si le pilote Toyota évoque le sujet, c'est parce que la TS050 Hybrid n'est pas équipée d'un système de climatisation, la rendant vulnérable à ce point de règlement. Si, à un moment ou un autre, l'équipe japonaise doit changer de pilotes plus souvent que prévu, le plan de route s'en trouvera largement affecté.

"Pour nous, 80 minutes c'est catastrophique, car on fait des relais de 50 minutes", détaille Nicolas Lapierre. "On ne va pas s'arrêter au milieu du deuxième relais, ce qui veut dire qu'on ne ferait que des simples relais. Dans ce cas-là, ce serait un peu pénalisant pour nous, dans la mesure où il faudrait changer de pilote sans arrêt."

Ce qui tracasse le pilote de la #9, c'est aussi que la donne pourrait être différente du côté de chez Porsche. Le constructeur allemand pourrait ne pas être affecté par ce point réglementaire s'il dispose de la climatisation dans sa 919 Hybrid. Un point sur lequel l'équipe se montre particulièrement mystérieuse et entretient un certain mystère. Certains pilotes Porsche ont affirmé catégoriquement que la climatisation était présente, d'autres ont parlé d'une "petite clim" en restant très évasifs. Team principal de Porsche LMP, Andreas Seidl répond quant à lui dans un grand sourire que les prototypes allemands sont équipés de "différents systèmes de refroidissement". De quoi tout et rien dire à la fois !

partages
commentaires
Warm-up - Toyota se rassure avant la course

Article précédent

Warm-up - Toyota se rassure avant la course

Article suivant

Phil Hanson, au Mans à 17 ans !

Phil Hanson, au Mans à 17 ans !
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021