Q2 - Toyota et Kobayashi pour un record époustouflant !

Le Japonais Kamui Kobayashi a signé la pole position la plus rapide de l'Histoire aux 24 Heures, avec une moyenne horaire de plus de 250 km/h. Il l'avait promis et s'y est tenu. Ce sera difficile de faire mieux, ce soir !

Q2 - Toyota et Kobayashi pour un record époustouflant !
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson : Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Eric Vergne
#98 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Paul Dalla Lana, Pedro Lamy, Mathias Lauda
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Andy Priaulx, Harry Tincknell, Pipo Derani
#26 G-Drive Racing Oreca 07 Gibson : Roman Rusinov, Pierre Thiriet, Alex Lynn
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE : Davide Rigon, Sam Bird, Miguel Molina
#43 Keating Motorsports Riley MK30 Gibson : Ben Keating, Jeroen Bleekemolen, Ricky Taylor
#32 United Autosports Ligier JS P217 Gibson : Will Owen, Hugo De Sadeleer, Filipe Albuquerque
#98 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Paul Dalla Lana, Pedro Lamy, Mathias Lauda
#34 Tockwith Motorsports Ligier JS P217 Gibson : Nigel Moore, Philip Hanson, Karun Chandhok
#69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE : James Calado, Alessandro Pier Guidi, Michele Rugolo
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson : Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE : Davide Rigon, Sam Bird, Miguel Molina
#84 JMW Motorsport Ferrari 488 GTE : Robert Smith, Will Stevens, Dries Vanthoor
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Nicki Thiim, Marco Sorensen, Richie Stanaway
#36 Signatech Alpine A470 Gibson : Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao
#38 DC Racing Oreca 07 Gibson : Ho-Pin Tung, Oliver Jarvis, Thomas Laurent
#63 Corvette Racing Corvette C7.R : Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor
#82 Risi Competizione Ferrari 488 GTE : Toni Vilander, Giancarlo Fisichella, Pierre Kaffer
#98 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Paul Dalla Lana, Pedro Lamy, Mathias Lauda
#99 Beechdean AMR Aston Martin Vantage GTE : Andrew Howard, Ross Gunn, Oliver Bryant
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#13 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson : Mathias Beche, David Heinemeier Hansson, Nelson Piquet Jr.
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Andy Priaulx, Harry Tincknell, Pipo Derani

G.N., Le Mans - Une Toyota stoppée, une autre inarrêtable ! C'est l'image de cette deuxième séance qualificative. Tout commençait mal pour la firme japonaise, avec une des TS050, la #8 de Sébastien Buemi, à l'arrêt, dans les Hunaudières. Une scène qui rappelle des souvenirs, un an après la fin rocambolesque des 24 Heures du Mans.

Signalée arrêtée, la voiture est rentrée par ses propres moyens aux stands. Peu de changement dans ce début de séance, aux avants-postes, les pilotes du LMP1 travaillant encore sur la voiture en vue de la course. 

Il faut dire qu'il faisait encore chaud au Mans, avec une température ambiante caniculaire et 34°C en ce début de séance. Pas un soucis cependant pour Thomas Laurent, qui du haut de ses 19 ans, venait signer avec l'ORECA #38 du Jackie Chan DC Racing au bout de 10 minutes de séances, la pole position en LMP2. Un temps canon en 3'26''776, qui reléguait Matthieu Vaxiviere à près de 2,5 secondes. 

Quelques secondes plus tard, c'était au tour de Mike Conway sur la Toyota #7 de signer un tour assez fou avec un chrono en 3'18''651, le propulsant en pole position provisoire. À peine le temps de se réjouir qu'Erik Maris, sur la Ligier #33 d'Eurasia Motorsport, allait fracasser son prototype dans le rail entre les deux chicanes des Hunaudières. Un choc qui imposait cependant le changement de plusieurs mètres de rail, et un drapeau rouge assez long puisque la séance sera interrompue une heure.

 

"Tour parfait"

La reprise est annoncée à 20h10 pour une prolongation jusqu'à 21h30, en raison du retard provoqué par la longue interruption. Au feu vert, la piste était encore claire et c'était bien l'occasion pour les concurrents du LMP1 de se lancer à la chasse à la pole position. Un seul s'y risquait alors, Kamui Kobayashi, au volant de la #7. Le Japonais a bien joué son coup et profitait d'une piste parfaitement claire. Personne ne s'y trompait alors, 20h18 devait sonner l'obsolescence de la pole position la plus rapide de Neel Jani et son temps en 3'16"887 signé avec la Porsche 919 en 2015. Deux secondes de moins pour le Japonais, qui franchissait la ligne 3'14"791 après avoir déclenché le chrono, probablement la pole position la plus rapide de l'histoire.

 

 

"C'est un tour incroyable, la voiture était incroyable, et nous avons attaqué sans avoir un seul soucis dans le trafic", s'enthousiasmait le Japonais à la sortie de sa voiture. "Ça dépasse toutes nos espérances. C'est incroyable, c'est rare de le dire, c'est un tour parfait. C'est cool d'être le plus rapide de l'Histoire au Mans [moyenne horaire la plus élevée], je suis vraiment ravi d'avoir le record du tour ici !"

 

Pendant ce temps, ça améliorait également dans les autres catégories, à l'image du 3'25"549 de Vitaly Petrov sur l'ORECA LMP2 #25 du Jackie Chan DC Racing qui reprenait le prestige de la pole position à Thomas Laurent. Un temps légèrement plus rapide qu'une LMP1, la CLM P1 du ByKolles qui signait une tour cinq dixièmes moins vite que la LMP2 la plus rapide. 

Côté GTE Pro, Jonathan Adam signait un chrono peu après la reprise assez remarquable, avec une boucle en 3'51"860 qui propulsait l'Aston Martin #97 devant un peloton groupé en une seconde de huit GTE, comprenant trois Ford, trois Ferrari et deux Corvette, les Porsche étant une seconde derrière. 

Côté GTE Am, la Ferrari #84 du JMW Motorsport avec un chrono en 3'54"543, prenait le meilleur sur l'ensemble d'un peloton de quatre concurrents, avec la Chevrolet #50, la Porsche #77 et l'Aston Martin #98 en une seconde juste derrière. 

Calme plat

Après 20h30, la situation se calmait cependant. Passé désormais le rush de la reprise, les écuries reprenaient un rythme plus tranquille. À l'exception d'Aston Martin en GTE Am, qui envoyait Mathias Lauda améliorer avec sa Vantage GTE. L'Autrichien allait chercher la pole provisoire en 3'54"556. Autre fait historique en ce jeudi soir, l'ensemble du peloton est passé sous la barre des quatre minutes au tour, une première dans l'Histoire du Mans.

Peu de choses se passaient par la suite, comme si la pole de Kobayashi avait mis KO l'ensemble du peloton. Néanmoins, quelques petits incidents sans gravité étaient à noter, comme le tête-à-queue de Paul Dalla Lana. Plus grave, l'arrêt une nouvelle fois en piste de la SMP #27 entre Mulsanne et Indianapolis, après l'incendie de mercredi. En GTE Am, une nouvelle fois, un changement était à noter, celui du leader, puisque Will Stevens, sur la Ferrari #84 venait coiffer sur le poteau Mathias Lauda !

Un bel effort était à noter cependant, celui des Porsche 919, la #1 et la #2 s'intercalant entre les Toyota sur le podium, à 2"4 et 3"2 de la pole position cependant, mais juste devant les Toyota #8 et #9. La #8 qui reprenait la piste à dix minutes de la fin de séance, deux heures après son premier ennui, en début de séance. Une tentative de sortie avortée, par un drapeau rouge.

Drapeau sorti suite à la sortie de piste de Timothé Buret sur la Ligier du Panis-Barthez. Un contact avec le mur au Tertre Rouge venait conclure cette séance aux nombreux records.

 

 24 Heures du Mans - Classement après Q2 

  # Cat. Équipe Pilotes Temps
1 7 LMP1
 Toyota Gazoo Racing

Mike Conway

Kamui Kobayashi

Stéphane Sarrazin

3'14"791
2 1 LMP1
 Porsche Team

Neel Jani
André Lotterer
Nick Tandy

3'17"259
3 2 LMP1
 Porsche Team

Timo Bernhard

Earl Bamber

Brendon Hartley

3'18"067
4 8 LMP1
  Toyota Gazoo Racing

Anthony Davidson

Kazuki Nakajima

Sébastien Buemi

3'19"431
5 9 LMP1
  Toyota Gazoo Racing

Nicolas Lapierre
José María López

Yuji Kunimoto

3'19"889
6 25 LMP2
 CEFC Manor TRS Racing

Roberto Gonzalez
Simon Trummer
Vitaly Petrov

3'25"549
7 4 LMP1
 ByKolles Racing

Oliver Webb

Dominik Kraihamer

Marco Bonanomi

3'26"026
partages
commentaires
Bourdais met en garde contre le nivellement vers le bas du GTE

Article précédent

Bourdais met en garde contre le nivellement vers le bas du GTE

Article suivant

Qualifs - Toyota en pole grâce à son intouchable record

Qualifs - Toyota en pole grâce à son intouchable record
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
2 h
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021