Déçu par la BoP, Bird garde espoir chez Ferrari

Vitesse de pointe et BoP inquiètent Sam Bird à l'aube des 24 Heures du Mans, mais l'Anglais fait toutefois preuve d'optimisme.

Déçu par la BoP, Bird garde espoir chez Ferrari

B.V., Le Mans - Voilà cinq ans, depuis le succès du trio Bruni-Fisichella-Vilander en 2014, que Ferrari (via sa structure AF Corse) n'a pas remporté les 24 Heures du Mans dans la catégorie GTE Pro… et cette série pourrait bien se poursuivre en 2019. En particulier pour Sam Bird et Davide Rigon, rejoints cette semaine par Miguel Molina au volant de la #71, qui n'ont tout simplement pas fini une course de WEC dans le top 5 depuis la manche d'ouverture de la Super Saison, à Spa-Francorchamps, en mai 2018 (avec la troisième place).

Lire aussi :

S'il ne l'avoue qu'à demi-mot, Sam Bird se sent lésé par la Balance de Performance (BoP) qui équilibre le rythme des différentes GT présentes dans cette catégorie, dans un contexte où jamais une Ferrari ne s'est qualifiée dans le top 3 cette saison, accusant un retard moyen de 0"852 sur la pole position – en excluant Le Mans 2018, où le tracé est bien plus long (déficit de 1,990 seconde).

"Il y a eu des points prometteurs et des points difficiles", analyse Bird quant à sa Super Saison, pour Motorsport.com. "Je ne peux insister suffisamment sur le fait que Ferrari a travaillé sans relâche pour nous donner une bonne voiture. Malheureusement, nous n'avons pas toujours eu le droit d'être performants, ce qui n'est pas entièrement la faute de Ferrari, ce sont simplement les circonstances ou d'autres problèmes. Mais j'attends cette course avec impatience, je pense que nous avons une bonne opportunité ici."

"Ce n'est pas un secret, Ferrari a rencontré des difficultés cette année avec la BoP. Ferrari est la référence pour les GT, notre BoP ne change pas beaucoup, celle des autres oui. Cela a représenté une difficulté."

En sera-t-il autrement cette semaine en Sarthe ? Les Ferrari n'étaient pas si mal positionnées lors de la Journée Test, avec la #71 quatrième et la #51 huitième, ce top 8 se tenant en une demi-seconde sur un tour proche des quatre minutes : ce n'est presque rien.

Bird est pourtant inquiet : "C'est la course la plus difficile au monde ! La plus longue, la plus dure, la plus rapide. Il faut de la vitesse de pointe, c'est quelque chose que nous n'avons généralement pas chez Ferrari, mais nous ferons de notre mieux." La V-max de Ferrari à la Journée Test était néanmoins de 297,2 km/h pour Davide Rigon au volant de la #71 ; seul Marcel Fässler faisait mieux avec la Chevrolet Corvette (298 km/h).

#71 AF Corse Ferrari 488 GTE EVO: Sam Bird
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE EVO: James Calado

Les splitters fragiles inquiètent Calado

Du côté de la voiture #71 justement, James Calado fait preuve d'un certain optimisme, notamment par rapport à l'édition 2018 des 24 Heures, où le podium avait échappé aux Ferrari d'AF Corse. Des défaillances survenues lors de la Journée Test viennent toutefois noircir le tableau.

"Nous sommes certainement plus confiants et avons étudié nos faiblesses de l'an dernier pour adopter une approche un peu différente cette année", indique Calado à notre micro. "Une chose qui nous inquiétait légèrement suite à la Journée Test est que nos splitters sont assez fragiles. Nous en avons cassé deux lors des essais."

Lire aussi :

"La fiabilité est donc probablement notre plus gros problème. C'est à nous d'essayer de nous tenir un peu plus à l'écart des vibreurs. Nous avons renforcé cette zone, mais ces dernières années, nous avons toujours eu des dégâts : suspensions, splitter – la voiture #71 avait un splitter endommagé l'an dernier. Il nous faut juste une approche un peu différente."

"L'an dernier, nous étions vraiment déprimés car nous savions que nous n'avions aucune chance. Nous avons donc fait tout notre possible. Nous dépassions parfois la limite. Cette année, c'est une tout autre histoire. Nous avons une chance, nous avons d'autres choses auxquelles penser que le fait d'être rapide ou lent."

Avec Jamie Klein

partages
commentaires
Chez BMW, le contexte laisse Félix da Costa désabusé

Article précédent

Chez BMW, le contexte laisse Félix da Costa désabusé

Article suivant

Toyota imagine SMP en pole, Sarrazin assure que c'est impossible

Toyota imagine SMP en pole, Sarrazin assure que c'est impossible
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021