Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
36 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
16 Heures
:
16 Minutes
:
04 Secondes
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Ramírez, 12e vainqueur successif différent en Moto3 !

partages
commentaires
Ramírez, 12e vainqueur successif différent en Moto3 !
Par :
17 juin 2019 à 15:49

Le pilote espagnol est sorti victorieux d'une véritable course par éliminations, devant Arón Canet et Celestino Vietti.

Tony Arbolino, Team O
Tony Arbolino, Team O
Tatsuki Suzuki, SIC58 Squadra Corse
Tom Booth Amos, CIP Green Power
Tom Booth Amos, CIP Green Power
Tony Arbolino, Team O
Vicente Perez, Avintia Racing
Tony Arbolino, Team O
Vicente Perez, Avintia Racing
Vicente Perez, Avintia Racing
Vicente Perez, Avintia Racing
Tony Arbolino, Team O
Tom Booth Amos, CIP Green Power
Tom Booth Amos, CIP Green Power
Tatsuki Suzuki, SIC58 Squadra Corse
Tatsuki Suzuki, SIC58 Squadra Corse
Sergio Garcia, Estrella Galicia 0,0 Dols
Sergio Garcia, Estrella Galicia 0,0
Ryusei Yamanaka, Estrella Galicia 0,0
Sergio Garcia, Estrella Galicia 0,0
Ryusei Yamanaka, Estrella Galicia 0,0
Romano Fenati, Team O

Avec seulement 13 rescapés sur 24 partants, le GP de Catalogne MotoGP a fait figure de véritable course d'endurance. Mais que dire de celle du Moto3 ? L'épreuve des quarts-de-litre n'a rien eu à envier à sa grande sœur, avec pas moins de 12 abandons à déplorer !

Parmi eux, certains ont d'ailleurs perdu gros, à l'instar de Lorenzo Dalla Porta, prétendant au titre et qui a dû renoncer sur problème mécanique, et a laissé ainsi la voie libre à Arón Canet pour creuser l'écart au championnat en terminant à la deuxième place. Après cette septième manche de l'année, l'Espagnol dispose ainsi de quasiment une victoire d'avance sur son rival italien, et précisément 23 points.

Lire aussi :

Sept polemen différents cette année, série en cours

Avant cette course rocambolesque, un septième poleman différent cette saison s'était distingué le samedi, à savoir Gabriel Rodrigo, qui renouait ainsi avec la pole position pour la première fois depuis le GP du Japon 2018. L'Argentin était accompagné sur la première ligne de la grille par un surprenant Ai Ogura, ainsi que par Tony Arbolino, alors qu'il fallait descendre à la cinquième place pour trouver Canet, et à la huitième pour Dalla Porta.

Au départ, c'était néanmoins Arbolino qui prenait le meilleur envol pour se porter dans un premier temps en tête de course, avant que Canet ne fasse un premier passage au leadership. Dès les premières boucles, les choses commencèrent à s'agiter dans le peloton, avec d'abord Dalla Porta qui fut victime dès le troisième tour d'une panne sur sa Honda.

Lire aussi :

De multiples accrochages et 18 pilotes en une seconde

Mais ce n'était rien comparé à ce qui allait se produire par la suite, avec un carambolage aux avant-postes impliquant de nombreux pilotes au cinquième passage, et notamment Can Öncü, Albert Arenas, Raúl Fernández, Sergio García, Vicente Pérez et Filip Salač. Un accident qui n'a cependant pas refroidi les ardeurs des pilotes encore en course, puisqu'une bonne quinzaine bataillaient alors pour le gain de la première place, voire même plus, 18 engagés se tenant en à peine une seconde.

Arbolino avait ainsi une belle carte à jouer, mais a été contraint à l'abandon, lui aussi sur problème mécanique sur sa Honda, le tout à dix tours du but. La liste des abandons continuait quant à elle à s'allonger, puisque le poleman, Jaume Masia mais aussi Darryn Binder partaient tous au tapis dans les dix dernières boucles.

Lire aussi :

En tête, de multiples pilotes se relayaient aux commandes de la course. Ramírez déjà, mais aussi Canet, McPhee et Alonso López. Kaito Toba a bien cru lui aussi pouvoir signer sa deuxième victoire cette saison après celle obtenue en ouverture du championnat au Qatar, mais a finalement été victime, comme tant d'autres avant lui, d'une chute dans le dernier tour. McPhee passait lui aussi tout près de la correctionnelle avec un highside rattrapé de justesse dans le virage 10.

La victoire allait finalement se jouer dans le dernier virage, Ramírez se montrant le plus efficace pour franchir en tête la ligne d'arrivée. "J'ai eu de très bonnes sensations durant tout le week-end ainsi que la course", a signalé le vainqueur de l'épreuve, le 12e différent consécutif en Moto3 depuis le Grand Prix de Thaïlande 2018, après être passé sous le drapeau à damier. "Ce fut une course vraiment folle, et quand je suis arrivé dans le dernier gros freinage, j'ai freiné tard et j'ai vu tout le monde partir large. Je me suis dit alors que c'était ma chance : j'ai ouvert les gaz et j'ai pensé 'allez, il ne reste plus que deux virages, deux virages !'. C'est incroyable de gagner ici, après trois courses marquées par la malchance."

Canet, quand la raison l'emporte

Deuxième, Canet est donc l'homme qui réalise probablement la meilleure opération au championnat, puisqu'il y conforte sa position de leader. Alors que la victoire était à sa portée, l'Espagnol a su faire preuve de tempérance pour assurer sa place, et les 20 unités qui vont avec. "Cela a été vraiment une journée difficile. Dans la dernière partie de la course, je me suis dit que je devais attaquer et freiner plus tard car nous avons un peu moins de vitesse dans les lignes droites par rapport aux Honda", a expliqué le pilote KTM. "Finalement j'ai réussi à contrôler la dernière partie de la course et dans le dernier virage je me suis 'qu'est-ce que tu préfères ? 20 points au championnat ou alors un risque entre 25 et 0 ?'. Je me suis dit que la première option était meilleure."

La dernière marche du podium revient quant à elle à Celestino Vietti. Un petit miracle quand on sait que celui-ci s'était élancé depuis le 21e emplacement sur la grille moins de 40 minutes plus tôt. "C'est la fin d'un week-end très difficile, car je suis parti de la 21e place et le feeling général n'était pas bon", a-t-il déclaré. "Je ne m'attendais pas à cela, mais aujourd'hui nous avons fait un pas en avant. La moto était vraiment parfaite, j'ai essayé de ne pas chuter, car il n'y a pas de grip ici. Dans le dernier virage j'ai tenté ma chance, et je suis content de faire mon retour sur le podium."

Spain GP de Catalogne - Course

P. Pilote Moto Écart
1 Spain Marcos Ramírez Honda 38'36"156
2 Spain Arón Canet KTM 0.119
3 Italy Celestino Vietti Ramus KTM 0.146
4 Spain Alonso López Honda 0.235
5 Italy Dennis Foggia KTM 0.947
6 Japan Ai Ogura Honda 1.008
7 Italy Romano Fenati Honda 1.068
8 Japan Ayumu Sasaki Honda 1.358
9 Ryusei Yamanaka Honda 1.984
10 Czech Republic Jakub Kornfeil KTM 2.472
11 Italy Niccolò Antonelli Honda 2.729
12 Carlos Tatay KTM 2.980
13 United Kingdom John McPhee Honda 3.264
14 United Kingdom Tom Booth-Amos KTM 11.120
15 South Africa Darryn Binder KTM 18.467
16 Japan Kazuki Masaki KTM 21.845
17 Italy Riccardo Rossi Honda 39.997
18 Spain Vicente Pérez KTM 54.306
19 Japan Tatsuki Suzuki Honda 1'00.726
  Japan Kaito Toba Honda 1 Lap
  Argentina Gabriel Rodrigo Honda 2 Laps
  Kazakhstan Makar Yurchenko KTM 3 Laps
  Spain Jaume Masia KTM 8 Laps
  Italy Tony Arbolino Honda 9 Laps
  Czech Republic Filip Salač KTM 12 Laps
  Italy Andrea Migno KTM 16 Laps
  Turkey Can Öncü KTM 16 Laps
  Spain Raúl Fernández KTM 17 Laps
  Spain Sergio García Dols Honda 17 Laps
  Spain Albert Arenas KTM 17 Laps
  Italy Lorenzo Dalla Porta Honda 18 Laps

Article suivant
Années 1970 : Read, Sheene et Roberts sur le trône du Roi Ago

Article précédent

Années 1970 : Read, Sheene et Roberts sur le trône du Roi Ago

Article suivant

Années 2010 : Márquez, Lorenzo, Pedrosa et l’hégémonie espagnole

Années 2010 : Márquez, Lorenzo, Pedrosa et l’hégémonie espagnole
Charger les commentaires