La FIM revoit l'âge minimum à la hausse et réduit les grilles

Après les récents drames qui ont touché la course moto, des mesures fortes sont annoncées par la FIM, parmi lesquelles la révision de l'âge minimum des pilotes et du nombre d'engagés dans les championnats.

La FIM revoit l'âge minimum à la hausse et réduit les grilles

Un signe fort était attendu après une année marquée par trop de drames ayant touché des pilotes engagés dans des championnats internationaux de course moto, et notamment certains très jeunes coureurs, et il est arrivé ce vendredi de la part du Bureau permanent de la Fédération internationale de motocyclisme.

"Bien que toutes les parties, ainsi que les fans, aient conscience que la course moto est dangereuse, toutes les instances s'engagent à l'améliorer et à la faire évoluer en permanence afin de la rendre chaque jour plus sûre et de veiller à ce que ce sport continue de se développer à l'échelle mondiale", indique la FIM dans une communication en préambule de l'annonce de nouvelles mesures portant sur quatre domaines clés étudiés afin d'améliorer la sécurité des championnats.

Première mesure forte, l'âge minimum pour être autorisé à prendre part à un championnat de vitesse moto régi par la FIM va être revu à la hausse, avec une première étape en 2022 puis une seconde en 2023. Cette décision fait suite notamment aux accidents qui ont coûté la vie cette année à Hugo Millán, 14 ans, et Dean Berta Viñales, 15 ans, respectivement engagés en European Talent Cup et en WorldSSP300. En 2018, le jeune Andreas Perez, 14 ans, avait déjà perdu la vie dans un accident survenu dans le Championnat du monde Junior Moto3 de la FIM.

L'extrême jeunesse de ces pilotes a suscité une vague d'émotion et imposer de nouvelles limites d'âge faisait partie des suggestions les plus citées ces dernières semaines, parmi d'autres éléments également à l'étude pour tenter d'améliorer la sécurité, tel le nombre d'engagés, notamment depuis l'accident de Jason Dupasquier, décédé à 19 ans lors du Grand Prix Moto3 d'Italie, au mois de mai. C'est ainsi notamment que le nombre de pilotes pouvant être inscrits dans les différentes séries a lui aussi été revu afin de limiter des plateaux parfois excessivement fournis.

Lire aussi :

À partir de 2022, les Talent Cups organisées ou soutenues par la Dorna (European, British, Nordic et Asian) ainsi que les championnats pré-Moto3 seront donc accessibles à un maximum de 30 pilotes et à partir de 13 ans. L'âge minimum passera à 14 ans à partir de 2023, comme pour toutes les courses sur circuit de type Grand Prix. Dans la Red Bull Rookies Cup, l'âge minimum sera quant à lui de 14 ans en 2022, puis de 15 ans en 2023.

Dans le Championnat du monde Junior Moto3 de la FIM, l'âge minimum passera de 14 à 15 ans la saison prochaine, avec un maximum de concurrents de 32, puis l'âge sera relevé à 16 ans à partir de 2023. Il en ira de même pour le Championnat d'Europe Moto2, qui se tient également dans le cadre du CEV.

Dans les dérivées de la série, la limite d'âge minimum passera de 15 à 16 ans dans la catégorie WorldSSP300 et le nombre maximum de pilotes sera fixé à 32. La catégorie WorldSSP, où la limite est actuellement à 16 ans, sera accessible à partir de 18 ans en 2023, pour se mettre donc au niveau du WorldSBK.

Enfin, en Grand Prix, l'âge minimum des pilotes pour les trois catégories (Moto3, Moto2 et MotoGP) sera porté à 18 ans à partir de 2023, alors qu'il était jusqu'à présent de 16 ans pour les catégories Moto2 et Moto3. Il était déjà de 18 ans en MotoGP.

Pas de dérogation avant 17 ans

Dans le Championnat du monde Moto3, une dérogation s'applique depuis 2015 afin qu'un pilote vainqueur du Championnat du monde Junior Moto3 de la FIM ou de la Red Bull Rookies Cup soit autorisé à faire ses débuts à 15 ans seulement. On se souvient qu'il s'agit d'une exception mise en place pour permettre l'arrivée de Fabio Quartararo dans le Championnat du monde, puisqu'il n'avait fêté ses 16 ans qu'après la troisième manche de sa saison de rookie. Désormais, cette dérogation perdurera mais l'âge minimum pour en bénéficier sera de 17 ans à partir de 2023.

En 2023, une exception sera accordée aux jeunes pilotes ayant déjà rejoint le Moto3 l'année précédente, afin qu'ils puissent continuer à courir, et il en sera de même pour les Talent Cups. Les mesures ainsi mises en place s'accompagneront d'exceptions de la sorte dès 2022 pour que les pilotes déjà inscrits puissent conserver leur guidon même s'ils n'ont pas l'âge minimum désormais requis.

Les deux autres domaines clés dans lesquels la FIM veut intervenir concernent les airbags, qui deviendront obligatoires dans tous les championnats régis par la Fédération internationale à partir de 2022, ainsi que la communication avec les pilotes, avec pour objectif de pouvoir alerter un concurrent en piste en cas d'accident.

partages
commentaires
Sécurité : Márquez et Rossi veulent qu'Austin soit un tournant
Article précédent

Sécurité : Márquez et Rossi veulent qu'Austin soit un tournant

Article suivant

Pas de Moto3 avant 18 ans : certains pilotes sont dubitatifs

Pas de Moto3 avant 18 ans : certains pilotes sont dubitatifs
Charger les commentaires