MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Deuxième pilote cette saison à gagner plus d'une fois, Franco Morbidelli a frappé fort dans l'optique du championnat mais aussi vécu une course si parfaite qu'elle lui a procuré des sensations inédites.

partages
commentaires
En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Prudent quant à ses chances de titre jusqu'à présent, Franco Morbidelli semblait avoir compris samedi, après s'être qualifié en première ligne, qu'il était au pied du mur : c'était tout ou rien, tel qu'il l'annonçait lui-même, et seule une approche agressive en course ce dimanche pouvait lui permettre de confirmer des chances qui, mathématiquement, restaient réelles mais peut-être pas suffisamment pour être prises au sérieux.

Et le pilote italien a bel et bien déroulé son plan tel qu'il l'espérait, dominant le Grand Prix de Teruel avec une performance aussi puissante que parfaite, imposant le respect à ses poursuivants sans aucune contestation possible. "Je savais que je devais faire une course agressive et quand j'ai vu que j'avais une piste dégagée devant moi, j'ai juste décidé de tout donner à chaque tour", a-t-il résumé à l'arrivée.

Lire aussi :

La piste dégagée, il l'a eue dès le premier tour, lorsque le malheureux Takaaki Nakagami a cédé sous la pression. Une fois le Japonais dans le bac à gravier, Morbidelli s'est emparé des commandes pour ne plus les lâcher. Suivi par Álex Rins, il s'est tenu à l'abri d'un duel en fin de course, d'abord en maintenant une avance très stable avec un rythme de métronome, puis en donnant le petit coup de collier décisif dans les derniers tours.

Décrivant cette deuxième victoire comme étant "peut-être la plus belle course de [sa] vie", le pilote italien, déjà victorieux à Misano le mois dernier, a salué un succès d'équipe. "Cette victoire, on l'a vraiment construite avec mon équipe. Hier, Ramon [Forcada] et moi, on est resté au stand jusqu'à 22h, pour comprendre ce que l'on pouvait faire pour améliorer encore un tout petit peu la moto et faire durer un peu plus le pneu", a-t-il expliqué au micro de Sky Italia.

Son équipe s'est investie, et lui a fait le reste, se montrant agressif et précis dans son pilotage, sans ne rien laisser au hasard ni commettre la moindre erreur. "J'ai peut-être pris de la dynamite au petit déjeuner !" décrivait-il à sa descente du podium, radieux, tout en comparant ces 23 tours à un "trip" tant il a eu le sentiment de planer. "Je me sentais tellement bien avec la moto, j'avais des sensations tellement bonnes dans le pilotage et je donnais tellement en piste que ça me semblait irréel. Et mon niveau de concentration était tellement grand que j'ai réussi à finir la course, alors que ça me semblait impossible avec un tel rythme et un tel niveau d'efforts. C'est pour ça que j'ai dit que c'était comme un trip, car ça semblait fictif."

"Je savais qu'aujourd'hui c'était tout ou rien, et je savais aussi que mon équipe avait fait un travail formidable ce week-end. Ils ont réglé la moto de la meilleure façon possible, j'avais confiance à 100% dans mon package et j'ai juste essayé de tout donner à chaque tour. Au final, je me suis senti super bien pendant toute la course, et c'était positif car on s'attendait tous à une dégradation des pneus. Merci à eux, ils ont fait un travail formidable et si j'ai gagné aujourd'hui, c'est grâce à eux", a affirmé le pilote, parti avec une monte medium-medium, comme Fabio Quartararo.

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

"À mon avis, c'était mieux qu'à Misano, parce qu'on a fait un choix risqué pour la course et ça a payé, mais surtout parce que les sensations que j'avais quand je pilotais étaient fantastiques. On a super bien travaillé avec l'équipe et aujourd'hui je me sentais vraiment à l'aise avec la moto et avec les conditions de piste. En termes de performance, c'était donc encore mieux qu'à Misano. Bien sûr, gagner à Misano cela a une saveur particulière, parce que je suis à la maison, mais aujourd'hui la performance était meilleure. Battre les Suzuki, c'était une réalisation qui trouve sa source dans le travail de l'équipe."

Plus rapide de 6"7 que le vainqueur de la semaine dernière, Morbidelli a amélioré sa propre performance de 11 secondes après sa sixième place dimanche dernier sur cette même piste. Une réussite construite dès vendredi, lorsqu'il a dédié l'intégralité de la première journée à sa performance en pneus usés. "On a très bien travaillé ce week-end, et ça a été la clé. On a fait des tours en pneus usés, on a essayé de régler la moto non pas pour les pneus neufs mais pour le moment où les pneus se dégradent, et ça a payé."

Une "concentration supérieure" à la Senna

Transcendé, Franco Morbidelli s'est lui-même étonné de la manière dont il a vécu cette course, au point de tenter de l'analyser par ses origines maternelles. "Aujourd'hui c'était une concentration brésilienne", tente-t-il pour décrire l'état de grâce qui a été le sien. "Une de mes idoles sportives est Ayrton Senna. Je n'ai jamais cru à un niveau de concentration supérieur ou différent de celle que l'on peut avoir normalement pendant une course, mais aujourd'hui je commence à y croire un peu plus. Je commence à croire que l'être humain peut faire des choses formidables si l'on est dans une condition optimale, comme je l'étais aujourd'hui."

"Ma condition mentale optimale est due au fait que l'on a travaillé de manière splendide pendant les essais et c'est mon équipe qui m'a mis dans cette situation, dans ce calme mental, en condition de ne penser qu'à piloter la moto de la meilleure manière possible", poursuit-il. "Quand j'ai fini la course, j'ai eu l'impression d'avoir fait deux tours, pas 23. C'était impressionnant. Avant ce jour, je ne croyais pas à ce genre de choses. Je suis hyper rationnel, et même pas extrêmement croyant, mais aujourd'hui j'ai senti quelque chose de différent sur la moto."

Et Franco Morbidelli souhaitera peut-être redevenir très rationnel rapidement, car cette deuxième victoire le ramène à 25 points du leader du championnat, à la quatrième position.

À terre après cinq virages, Nakagami regrette une "erreur stupide"

Article précédent

À terre après cinq virages, Nakagami regrette une "erreur stupide"

Article suivant

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Catégorie Course
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Franco Morbidelli
Équipes Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020