Lorenzo : "Nous avons montré le même niveau de performance qu'à Jerez"

L'Ibère se doit d'obtenir rapidement un résultat s'il veut assurer son avenir chez Ducati. Il s'est donné les moyens de ses ambitions samedi, en signant le sixième chrono des qualifications.

Lorenzo : "Nous avons montré le même niveau de performance qu'à Jerez"
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team,
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Charger le lecteur audio

W.Z., Le Mans - Jorge Lorenzo le sait : à l'heure où son coéquipier Andrea Dovizioso vient de prolonger avec Ducati pour deux saisons supplémentaires, il se situe pour sa part sur un siège éjectable qu'un défaut de résultats à court terme ne manquera pas de déclencher.

Car avec six points seulement après quatre manches – soit 40 de moins que son voisin de garage –, cela fait déjà quelques temps que la situation est devenue préoccupante. Dans ces circonstances, les trois prochains rendez-vous du calendrier promettent d'être déterminants pour l'avenir du Majorquin.

Aussi, la sixième place obtenue aujourd'hui en qualifications sur le circuit Bugatti vient à point nommé, d'autant plus que l'écart s'est réduit à peau de chagrin face à son coéquipier, seuls 37 millièmes séparant les deux pensionnaires de chez Ducati.

Une progression qui avait déjà été entrevue à Jerez, avec l'issue malheureuse que l'on sait, mais le numéro 99 semble avoir franchi encore un nouveau cap dans la Sarthe. "Ce fut une bonne journée car nous avons montré le même niveau de performance qu'à Jerez", a expliqué Lorenzo, satisfait du nouveau châssis dont il dispose ce week-end, qui lui permet notamment de mieux percevoir les aspérités de la piste mancelle. "Nous avons beaucoup travaillé sur les réglages, et j'en ai trouvé de meilleurs qu'hier. Le nouveau châssis apporte également de petites choses. Ce n'est pas un grand pas en avant, mais il apporte un truc en plus."

Des écarts serrés qui rendent le podium difficile à atteindre

Une fois encore, les écarts ont été particulièrement étriqués au cours de la séance de qualifications, avec un nivellement par le haut toujours plus perceptible. Pas de quoi faciliter la tâche du triple Champion du monde, qui assure que ses progrès au guidon de la Desmosedici sont en partie cachés par les avancées de la concurrence.

"Tout le monde a été très rapide, en particulier en qualifications", a-t-il confirmé. "Je pensais qu'un temps en 1'31"5 serait suffisant pour être en première ligne, mais vu les écarts on aurait pu finir en troisième ligne, donc ça va. Je me sens fort sur la moto. Physiquement, je suis bien, je comprends mieux la moto, et celle-ci paraît plus stable. Je me sens fort, mais le problème c'est que les Honda ont considérablement amélioré leur niveau de performance. Les Honda sont vraiment très rapides, et pour cette raison le podium est difficile à atteindre. Après, la combinaison avec la moto, que ce soit Dovizioso avec la Ducati ou Lorenzo avec la Ducati, dans les deux cas on est aussi fort que l'an dernier."

Habitué des départs canon, Lorenzo va donc se retrouver demain sur la droite de la trajectoire sur la grille, ce qui devrait lui conférer un avantage pour plonger à l'intérieur de la première courbe rapide à droite – comme avait su le faire l'an passé Johann Zarco.

Et comme à Jerez il y a deux semaines, où il avait fait partie des rares à recourir au pneu tendre avant, l'Espagnol pense renouveler l'expérience, qui lui avait permis d'afficher un bon rythme jusqu'à son accident en Andalousie. "Je pense que comme à Jerez, je peux être compétitif avec les deux types de pneus. Néanmoins, mon feeling est meilleur en milieu de virage avec le pneu tendre. Je vais donc probablement l'utiliser [en course]."

Un choix qui devrait de nouveau trancher par rapport à la tendance générale, mais Lorenzo doit désormais tenter le tout pour le tout s'il veut obtenir un résultat qui s'annonce plus que jamais capital pour son avenir.

partages
Zarco prêt à se battre pour la victoire au Mans
Article précédent

Zarco prêt à se battre pour la victoire au Mans

Article suivant

Pas de blessure majeure pour Crutchlow

Pas de blessure majeure pour Crutchlow
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021