EL1 - Márquez ne perd pas de temps

Leader de la première séance sur son circuit fétiche, Marc Márquez a toutefois dû se défaire d'un rival insistant en la personne de Maverick Viñales.

EL1 - Márquez ne perd pas de temps
Charger le lecteur audio

Après l'Argentine, le paddock MotoGP a pris cette semaine ses quartiers au Texas pour une dernière épreuve outre-mer avant le retour en Europe. Les inconnues étaient nombreuses avant les premiers essais de ce vendredi matin, particulièrement du fait du mauvais état de la piste observé ces dernières années et des travaux récemment menés afin de changer une partie du bitume et d'aplanir une surface notoirement bosselée.

Lire aussi :

Tout en tentant de se positionner au mieux en vue des qualifications, sachant qu'un risque de pluie est annoncé pour demain matin, voire pour cet après-midi, les pilotes avaient donc 45 premières minutes ce matin pour se faire une idée des conditions de l'asphalte et balayer par la même occasion une importante couche de poussière. Et même si la persistance des bosses ne faisait aucun doute à voir les ruades des bolides, dignes d'une improbable séance de rodéo sur la piste de 5,513 km, il en est un qui n'a pas semblé le moins du monde ralenti.

Auteur de toutes les pole positions et de toutes les victoires sur le Circuit of the Americas depuis l'arrivée de ce Grand Prix au calendrier en 2013, Marc Márquez affichait déjà une seconde pleine d'avance sur le deuxième pilote classé lorsqu'il a bouclé son premier tour lancé, seul concurrent à avoir atteint d'emblée les 2'09. Dans son tour suivant, le pilote espagnol affichait déjà un chrono de 2'06"983, puis il enchaînait avec un gain supplémentaire qui allait le porter à un temps de 2'06"252 avant de rentrer au stand pour un premier débriefing avec son équipe. Face à des ingénieurs tout ouïe, son langage corporel en disait alors long sur l'instabilité qu'il avait pu remarquer dès ses premiers tours de roue.

S'ils ont été nombreux à se succéder à la place de dauphin de Márquez durant cette séance, Valentino Rossi est celui qui a occupé la deuxième place avec le plus de fréquence durant la première partie. Peu avant la fin de la première demi-heure, le pilote Yamaha était toutefois dépassé par Cal Crutchlow, tous deux étant à cet instant les seuls à apparaître dans la même seconde que le numéro 93, avec des chronos respectifs de 2'06"661 et de 2'07"153. Maverick Viñales n'allait toutefois pas tarder à sortir du bois pour s'affirmer comme le caillou dans la chaussure de Márquez sur la suite de cette séance.

Lire aussi :

Fidèle à la stratégie qu'il veut désormais adopter, le numéro 12 a mis un point d'honneur à rouler en groupe dès les premiers instants de la séance. À une vingtaine de minutes de la conclusion de la séance, c'est toutefois seul qu'il a réalisé un tour lancé particulièrement remarqué, et pour cause : celui-ci lui a permis de se propulser à la première place, postant un temps de 2'06"023, rapidement abaissé à 2'06"021 dans la foulée. Momentanément devancé de deux dixièmes, Márquez n'avait toutefois pas dit son dernier mot et l'écart a bien vite été réduit à six petits centièmes.

En poursuivant son effort tandis que le pilote Yamaha était de retour à son stand, le numéro 93 a repris les commandes de la séance, avec un premier chrono dans la fenêtre des 2'05 qui lui redonnait une avance très marquée de sept dixièmes. Après une courte pause pour les deux pilotes, Viñales a relancé son attaque et réduit son retard à 0"078, cependant le tour bouclé par Márquez en 2'05"311 restera comme la référence définitive de cette séance.

Miller et Dovizioso en 2'05

Derrière les deux Espagnols, Jack Miller n'a pas démérité et lui aussi est parvenu à passer sous la barre des 2'06 en fin de séance pour se positionner au troisième rang, à six dixièmes du leader. Il devance d'un cheveu une autre Ducati, celle d'Andrea Dovizioso. Un moindre mal pour l'Italien, qui a longtemps figuré en dehors du top 10, alors qu'un problème technique a porté un coup d'arrêt à sa séance après sa première série de tours. Revenu en piste dans les dernières minutes avec deux pneus soft là où ses adversaires sont quasiment tous restés fidèles à une monte soft-medium durant toute la séance, le numéro 4 s'est rapidement positionné à une seconde du leader avant un ultime gain le plaçant à 0"652.

Valentino Rossi en termine à la cinquième place, dernier pilote à avoir réussi à tourner dans la même seconde que Marc Márquez. Fabio Quartararo s'est hissé à la septième place dans les derniers instants de la séance, battu de cinq millièmes seulement par Pol Espargaró sur la KTM. Le constructeur autrichien n'a pas démérité, aperçu dans le haut du classement dès les premières minutes et toujours dans le top 10 avec ses deux machines dans les derniers instants. Lorsque le drapeau à damier s'est abaissé, Johann Zarco avait toutefois rétrogradé au 15e rang, sous le coup des améliorations observées massivement dans le peloton.

Cal Crutchlow en termine à la huitième place, sans avoir pu abaisser son temps en fin de séance. Il devance Aleix Espargaró, qui a lui aussi réussi à se mettre en valeur ce matin. Le top 10 est complété par l'autre Aprilia, pilotée par Andrea Iannone, tandis que les deux Suzuki figurent à la 14e et la 15e places. Jorge Lorenzo doit pour sa part se contenter du 18e temps.

Lire aussi :

Les pilotes MotoGP seront de retour en piste à 14h10 heure locale (21h10 heure française) pour leur deuxième séance d'essais libres.

United States GP des Amériques – EL1

Pos. Pilote Moto Trs Chrono/Écart
1 Spain Marc Márquez  Honda RC213V
15 2'05.311
2 Spain Maverick Viñales  Yamaha YZR-M1
16 0.078
3 Australia Jack Miller  Ducati GP19
15 0.625
4 Italy Andrea Dovizioso  Ducati GP19
13 0.652
5 Italy Valentino Rossi  Yamaha YZR-M1
18 0.731
6 Spain Pol Espargaró  KTM RC16
17 1.016
7 France Fabio Quartararo  Yamaha YZR-M1
16 1.021
8 United Kingdom Cal Crutchlow  Honda RC213V
15 1.171
9 Spain Aleix Espargaró  Aprilia RS-GP
16 1.186
10 Italy Andrea Iannone  Aprilia RS-GP
16 1.381
11 Italy Franco Morbidelli  Yamaha YZR-M1
16 1.418
12 Czech Republic Karel Abraham  Ducati GP18
14 1.421
13 Italy Danilo Petrucci  Ducati GP19
16 1.496
14 Spain Joan Mir  Suzuki GSX-RR
17 1.552
15 Spain Álex Rins  Suzuki GSX-RR
17 1.572
16 France Johann Zarco  KTM RC16
15 1.577
17 Japan Takaaki Nakagami  Honda RC213V
16 1.667
18 Spain Jorge Lorenzo  Honda RC213V
16 1.923
19 Italy Francesco Bagnaia  Ducati GP18
17 2.096
20 Portugal Miguel Oliveira  KTM RC16
15 2.724
21 Spain Tito Rabat  Ducati GP18
17 2.864
22 Malaysia Hafizh Syahrin  KTM RC16
15 4.027

c

partages
commentaires
Aleix Espargaró se sent plus fort que jamais
Article précédent

Aleix Espargaró se sent plus fort que jamais

Article suivant

Le numéro 69 restera à jamais celui de Nicky Hayden

Le numéro 69 restera à jamais celui de Nicky Hayden
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021