MotoGP
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
8 jours
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
15 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
28 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
35 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
43 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
71 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
78 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
92 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
99 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
106 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
120 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
127 jours

Márquez : Quartararo a la pression d'être le seul Français devant

partages
commentaires
Márquez : Quartararo a la pression d'être le seul Français devant
Par :
6 juil. 2019 à 07:30

Pour le leader du championnat, le jeune Français doit répondre aux attentes de tout un pays, étant actuellement le seul représentant tricolore à pouvoir se battre pour les pole positions et les victoires. Mais Márquez le sait, Quartararo est pour l'instant plutôt épargné et la véritable pression arrivera l'année prochaine.

Vendredi, une nouvelle fois, Fabio Quartararo a fait partie des protagonistes des premiers essais libres du Grand Prix d'Allemagne. C'est bien simple, depuis Barcelone le pilote français n'a plus quitté le trio de tête lors des essais, qualifications ou courses auxquelles il a pris part, ce qu'il a confirmé hier encore en signant le meilleur temps des EL1 puis en se classant troisième des EL2.

Lire aussi :

Devenu un sujet de discussion récurrent lors des points presse des autres pilotes, le jeune Niçois a reçu à l'issue de cette journée inaugurale les compliments de Marc Márquez qui, bien que faisant toujours office de référence au Sachsenring, sait que Quartararo fera partie de ses adversaires les plus coriaces ce week-end. Il représente notamment une menace sur le tour lancé lui qui, sur les cinq manches européennes disputées à ce jour, s'est qualifié quatre fois en première ligne, dont trois en pole position.

"Je suis surpris. Je crois qu'il représente une très bonne surprise pour le MotoGP – mais pas pour ses adversaires !" a souri le leader du championnat. "C'est en tout cas une surprise, parce que par exemple quand j'ai commencé en MotoGP, dès le début, boom, j'ai été dans le coup ; lui a peut-être eu plus de mal pendant la pré-saison, mais maintenant à chaque course il ne cesse de progresser. Il semble réussir à être rapide sur chaque tracé, et aujourd'hui si vous regardez le rythme, Quartararo, Viñales et moi on est très proches. Quartararo semble donc piloter la Yamaha de la bonne manière et il montre le véritable potentiel de la moto."

Marc Marquez, Repsol Honda Team, Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Le pilote Petronas est indéniablement devenu une référence du clan Yamaha, en effet, lui qui depuis Barcelone a été le premier pilote de la marque au classement lors de 13 séances (et courses) et n'a manqué ce statut que trois fois au profit de Maverick Viñales. De quoi, d'ailleurs, faire sourire Valentino Rossi vendredi soir, alors qu'il saluait lui aussi la performance du Français. "Il pilote très bien et il a de très bonnes trajectoires. Il interprète la M1 de la bonne manière, alors c'est bien. Quand je suis Quartararo, j'ai toujours l'impression qu'il a plus de grip que moi ! On ne sait pas pourquoi. Il est tout simplement rapide", commentait le Docteur.

Tout un pays a les yeux rivés sur lui

Du haut de ses 20 ans, Fabio Quartararo surprend, donc, par ses performances, mais séduit aussi par son comportement irréprochable. Toujours de bonne humeur, toujours positif, il semble laisser la pression glisser sur lui et arrive à se recadrer en un rien de temps lorsque, comme vendredi à la fin des EL2, il se laisse aller à un moment d'humeur.

Pas simple, pourtant, pour l'adolescent qu'il était il y a encore très peu de temps d'avoir eu à gérer une réputation de petit génie forgée en championnat espagnol, lui que l'on surnommait "le nouveau Márquez" lorsqu'il est arrivé sur la scène internationale, à tout juste 15 ans. "Je connais Fabio et il sait que Fabio est Fabio, Marc est Marc, Dani était Dani, Jorge est Jorge, Valentino est Valentino… Tout le monde est différent", pointe Márquez, estimant que les attentes qui pèsent sur Quartararo ne s'appuient en réalité pas sur la comparaison avec le Champion du monde actuel.

Lire aussi :

"Je pense que plus que cette pression [d'être le nouveau Márquez], il a la pression d'être actuellement le seul pilote français à courir devant. Les Espagnols ont un petit avantage, qui est que la pression du pays ne concerne pas seulement un pilote, il y en a beaucoup qui évoluent aux avant-postes", observe-t-il. "Nous, les Espagnols, sommes chanceux car nous divisons la pression entre nous tous. Tout un pays a les yeux rivés sur un pilote car Quartararo est l’espoir français, pour tous les fans français il est le seul en mesure actuellement de gagner des courses et de faire des pole positions. C’est une pression en plus, mais il gère très bien la situation."

"Depuis qu'il est arrivé en MotoGP, il a progressé et il gère bien la pression. Il est vrai que ça n'est pas la même chose de piloter une moto comme celle que j'ai pilotée en 2013 et de piloter une moto quand tu as la pression. La première année en MotoGP, on n'a pas vraiment de pression, parce que toutes les courses sont bonnes. Si vous terminez sur le podium, c'est un très bon résultat, et si vous terminez dans le top 5 c'est un très bon résultat. La pression arrive quand vous avez besoin de gagner et quand on vous pousse à gagner", prévient le #93.

Avec Charlotte Guerdoux

Article suivant
Crutchlow blessé au genou : Pas idéal, mais pas plus lent pour autant

Article précédent

Crutchlow blessé au genou : Pas idéal, mais pas plus lent pour autant

Article suivant

EL3 - Márquez fait le job, Rossi et Dovizioso en Q1

EL3 - Márquez fait le job, Rossi et Dovizioso en Q1
Charger les commentaires