Márquez a tenté, il a "la conscience tranquille"

Quatre jours après avoir été opéré d'une fracture du bras, Marc Márquez a tenté de faire son retour à la compétition, un retour avorté face à la douleur et au manque de force. Serein, il se tourne vers Brno pour remettre ça.

Márquez a tenté, il a "la conscience tranquille"

Marc Márquez a fini par jeter l'éponge et renoncer à disputer le Grand Prix d'Andalousie, mais il l'assure : il dormira bien ce soir. Et pour cause, le pilote espagnol s'est comporté en véritable champion cette semaine, à l'écoute de son corps et poussé par une volonté de fer que seuls les plus grands athlètes connaissent, eux qui sont capables de dépasser tant d'obstacles pour partir en quête de la performance.

"Ça a été une semaine difficile et compliquée, j'ai tout eu", admet Márquez auprès de la chaîne de télévision espagnole DAZN. "Ma première réaction, dimanche avec la fracture, a été que je ne pensais même pas revenir ici. Ensuite, j'ai été opéré et quand on a une passion pour quelque chose, on se doit d'essayer, pour avoir la conscience tranquille. Quand on m'a enlevé le plâtre, j'ai bougé le coude, j'ai vu que j'avais de la force, que j'étais capable de faire des pompes. La douleur était là mais j'avais de la force. Je suis rentré chez moi, j'ai essayé de monter sur une moto et j'ai vu que c'était possible."

Lire aussi:

Dès lors, Márquez ne tenait plus en place et on imagine aisément à quel point il aura été difficile pour son équipe de contenir sa motivation. Comme l'y autorise le code médical, il a fait son retour sur le circuit 48 heures après son opération, afin de passer le test physique visant à déterminer s'il était capable ou non de reprendre la piste. Réponse des médecins : oui.

"J'ai passé jeudi un contrôle médical difficile : d'habitude ils sont faciles, mais là ils m'ont poussé plus que d'habitude, j'ai fait 40 pompes ! Même quand on est en forme c'est difficile, mais ça a été possible", s'étonne lui-même le pilote auprès du site officiel du MotoGP.

"Honda ne m'a jamais mis la pression", assure le pilote, qui a pris une dernière journée de repos, vendredi, avant de faire son retour en piste pour les EL3 seulement. "Ce matin, on a essayé et on a vu que c'était faisable. Je me suis senti bien, j'ai fait un bon temps même si le time attack était plus difficile parce que tout est beaucoup plus agressif que quand on essaye de maintenir un rythme. Par contre, cet après-midi, que ce soit à cause de la chaleur ou de la fatigue, quand j'ai quitté le stand, j'ai tout de suite vu qu'il y avait quelque chose. J'ai perdu mes forces."

Les mauvaises sensations ont commencé à se faire sentir dans le courant de la séance d'EL4, où Márquez a tenté d'enchaîner les tours afin de se projeter un peu plus vers la course. "Cet après-midi, dans mon premier run je me suis senti bien. Mon rythme en pneus usés était assez surprenant, mais je me suis arrêté au stand et dès que je suis ressorti, immédiatement, j'ai senti une grosse faiblesse dans le coude. C’était un nerf ou quelque chose comme ça qui m'a immédiatement fait perdre mes forces, et là ça devient dangereux", explique-t-il.

"J'ai fait ce que j'avais déjà fait toute la semaine, suivre mon corps. Et mon corps à ce moment-là m'a dit de m'arrêter. Je me suis arrêté au stand, j'ai dit à Honda que j'allais essayer en Q1, que j'allais faire un tour et si j'avais les mêmes sensations j'allais laisser tomber. C'est ce qu'on a fait."

"Si je suis ici c'est parce que je suis un gars qui veut se battre pour le titre, sinon ça n'a aucun sens pour moi de rouler, que ce soit pour le championnat ou aujourd'hui. Mais j'essaye toujours de comprendre ce que me demande mon corps et je le suis, je suis mon instinct. Mon instinct m'a dit d'aller à Jerez et c'est ce que j'ai fait. Mon instinct m'a dit aujourd'hui de piloter la moto et c'est ce que j'ai fait. Et mon instinct en Q1 m'a dit de m'arrêter, alors je me suis arrêté et j'ai oublié [cette idée]. C'est toujours ma mentalité."

"Aujourd'hui je dormirai bien parce que j'ai essayé et maintenant je sais que je ne peux pas", ajoute un Marc Márquez visiblement serein. Le Champion du monde en titre perd une bataille, mais pour la guerre il ne s'avoue pas encore vaincu. Dans deux semaines, il a la ferme intention de retenter sa chance, cette fois pour le troisième Grand Prix, en République Tchèque. "Mathématiquement, tant qu'il y a une possibilité, j'essaierai. Je suis ici pour essayer et je serai à Brno. Si je ne peux pas gagner, tant pis, mais je ne manquerai pas d'envie, de volonté et d'effort."

"Cela fait pas mal d'années que je n'avais pas manqué de course", concède-t-il, lui qui enregistre son premier forfait en MotoGP. "Dès cet après-midi, je commence à me préparer pour Brno." Il annonce la couleur pour les jours à venir : "La priorité maintenant est d'essayer d'aller de mieux en mieux en termes de conditions physique. Je vais commencer à travailler dans les prochaines heures, je vais travailler dur, et dans une semaine et demie on sera à Brno. Ma priorité est d'y aller, je ne serai pas à 100% mais je vais encore essayer de piloter la moto et de vivre ma passion."

partages
commentaires
Fabio Quartararo "très surpris" d'être en pole
Article précédent

Fabio Quartararo "très surpris" d'être en pole

Article suivant

Zarco : Le top 10 ? "La moto en est clairement capable"

Zarco : Le top 10 ? "La moto en est clairement capable"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021